mai 25, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

RBC dépasse les attentes avec des provisions pour pertes sur prêts plus élevées

RBC dépasse les attentes avec des provisions pour pertes sur prêts plus élevées

La performance des marchés de capitaux et des sociétés de gestion de patrimoine est plus forte que prévu

Contenu de l'article

La Banque Royale du Canada a dépassé les estimations des analystes, la performance plus forte que prévu des activités de marchés financiers et de gestion de patrimoine de la société ayant été compensée par une augmentation des provisions pour pertes sur prêts et des dépenses plus élevées.

La banque basée à Toronto a déclaré mercredi dans un communiqué qu'elle avait gagné 2,85 $ par action sur une base ajustée au cours de son premier trimestre fiscal, dépassant l'estimation moyenne des analystes de 2,80 $ dans un sondage Bloomberg. Le bénéfice net de 1,15 milliard de dollars de l'activité marchés de capitaux a dépassé les attentes de 943,7 millions de dollars, les revenus obligataires donnant un coup de pouce à l'unité.

Publicité 2

Contenu de l'article

Contenu de l'article

La Banque Royale a maîtrisé ses dépenses grâce à de récentes séries de suppressions d'emplois au Canada et dans sa filiale américaine en difficulté, City National Bank. City National, basé à Los Angeles, a déclaré une perte nette de 22 millions de dollars, sa troisième perte trimestrielle consécutive. La Banque Royale a injecté près de 3 milliards de dollars américains pour renforcer le bilan de City National l'an dernier et a nommé de nouveaux cadres supérieurs au sein de l'unité.

Les provisions pour pertes sur créances au cours des trois mois jusqu'en janvier ont totalisé 813 millions de dollars, soit une augmentation de 53 pour cent par rapport au même trimestre de l'année dernière et un peu plus que ce que prévoyaient les analystes.

Les résultats ont également été affectés par une cotisation spéciale de 159 millions de dollars avant impôts par la Federal Deposit Insurance Corporation des États-Unis liée à des faillites bancaires.

« Royal a enregistré un trimestre solide, bien supérieur aux attentes, en particulier lorsque les frais de la FDIC sont supprimés de la base », ont déclaré John Aiken, Joe Ng et Aria Samarzadeh, analystes chez Jefferies Financial Group. « L'entreprise continue d'afficher une forte croissance dans un environnement difficile et, grâce à l'acquisition prochaine de la Banque HSBC Canada, elle devrait générer une croissance supplémentaire jusqu'en 2025. »

Contenu de l'article

Publicité 3

Contenu de l'article

L'accord de 13,5 milliards de dollars de la Banque Royale visant à acquérir les activités canadiennes de HSBC Holdings PLC a reçu l'approbation du gouvernement en décembre et devrait être conclu le 28 mars, plus tard que prévu initialement par les analystes. L'achat devrait contribuer à accroître le levier d'exploitation de la Banque Royale à mesure que les synergies de coûts commenceront.

Les actions de la société ont augmenté de 1,2 pour cent à 132,75 $ à 9 h 57 à Toronto. Ils ont chuté d'environ 1 pour cent cette année, soit moins que la baisse de 2,4 pour cent de l'indice des banques commerciales S&P/TSX.

Le ratio des actions ordinaires de catégorie 1 de la Banque Royale était de 14,9 pour cent au premier trimestre, et la société a déclaré qu'elle s'attend à un ratio CET1 de 12,5 pour cent après la conclusion de la transaction. C'est bien au-dessus du minimum réglementaire de 11,5 pour cent.

Le prêteur a déclaré mercredi dans une présentation de diapositives qu'il prévoyait de mettre fin à la décote sur son programme de réinvestissement des dividendes à compter du 24 mai. Le DRIP actualisé a été utilisé comme moyen de lever des capitaux supplémentaires.

Les dépenses autres que d'intérêts ont totalisé 8,32 milliards de dollars, soit une augmentation de 9,7 pour cent par rapport à l'année précédente. Il s’agit d’un rythme de croissance plus lent qu’en 2023, lorsque la banque avait annoncé une augmentation de 15,8 % de ses dépenses sur un an. La Banque Royale a déclaré que les coûts avaient augmenté en raison de l'augmentation des dépenses en matière de transactions et de travaux d'intégration pour l'opération HSBC ainsi que des frais de la FDIC.

Publicité 4

Contenu de l'article

Les provisions pour prêts douteux ont augmenté dans les activités de prêts commerciaux de la Banque Royale au Canada, particulièrement dans les secteurs de l'automobile et de l'immobilier. La banque a également fourni de nouveaux détails sur l'immobilier commercial, notant que le total de ses prêts dans ce domaine représente 9,7 pour cent du total des prêts, tandis que les prêts aux bureaux américains ne représentent que 0,6 pour cent de son portefeuille total.

Pour l’avenir, « les scénarios d’économies à la baisse représentent une baisse des prix de l’immobilier commercial de 25 à 40 pour cent », a indiqué la société.

De nombreux clients de la Banque Royale comptent encore sur l’épargne accumulée pendant la pandémie – ce qui devrait fournir un coussin au cours des prochains mois, a déclaré Nadine Ahn, directrice financière, en entrevue. Les consommateurs canadiens réduisent leurs dépenses alors qu'ils se préparent à des dépenses mensuelles plus élevées, car de nombreux prêts hypothécaires devraient être renouvelés à des taux d'intérêt plus élevés en 2025 et 2026.

« Alors que nous constatons une augmentation des impayés, comme on pouvait s'y attendre à ce type de taux d'intérêt, nous constatons que les dépenses commencent à ralentir », a-t-elle déclaré. «Je pense que le consommateur canadien s'adapte aux taux d'intérêt plus élevés.»

Publicité 5

Contenu de l'article

Les activités de gestion de patrimoine de la Banque Royale ont déclaré un bénéfice net de 606 millions de dollars, dépassant les estimations de 520,3 millions de dollars.

La Banque Nationale du Canada, qui a également publié ses résultats mercredi, a annoncé un bénéfice par action ajusté de 2,59 $ pour le premier trimestre fiscal, dépassant les estimations de 2,35 $.

La banque montréalaise a déclaré avoir enregistré une croissance de ses revenus dans toutes ses activités, tandis que les provisions pour pertes sur créances ont atteint 120 millions de dollars, soit légèrement plus que prévu par les analystes.

Les provisions pour pertes sur prêts ont augmenté à la fois à la Banque de Nouvelle-Écosse et à la Banque de Montréal, la première grande banque canadienne à publier ses résultats mardi.

bloomberg.com

Contenu de l'article