octobre 4, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Inflation : ce que les économistes attendent des chiffres de mardi

Les économistes s’attendent à voir un ralentissement de l’inflation canadienne lorsque Statistique Canada publiera ses dernières données mardi matin.

La tendance à la baisse sera une continuation des données de juillet lorsque le taux d’inflation annuel se refroidira à 7,6 % en glissement annuel. Le taux de 8,1% en juin était le plus élevé depuis près de quatre décennies.

La tendance à la baisse sera une continuation des données de juillet lorsque le taux d’inflation annuel se refroidira à 7,6 % en glissement annuel.

« Nous envisageons une baisse des taux sur 12 mois, mais cela n’est pas très réconfortant, car cela provient en grande partie de la baisse des prix de l’essence », a déclaré Avery Shenfield, économiste en chef chez CIBC Capital Markets, par courrier électronique à BNN. Bloomberg.

Alors que la baisse des prix de l’essence devrait faire baisser le taux d’inflation global, Shenfield a indiqué qu’il s’attend toujours à ce que l’indice des prix à la consommation (IPC) de base demeure au-dessus de l’objectif de 2 % de la Banque du Canada pour la prochaine courte période.

« Lorsque vous excluez les coûts des aliments et de l’énergie de l’IPC, nous ne voyons pas l’inflation sous-jacente descendre en dessous de 3% avant le second semestre 2023 », a-t-il déclaré.

au sud de la frontière, un plus haut que prévu Le chiffre de l’inflation a soulevé des signes avant-coureurs pour Royce Mendes, directeur général et chef de la stratégie macro chez Desjardins.

« Tous les regards seront tournés vers la question de savoir si les données canadiennes suivront cette voie inquiétante », a-t-il déclaré.

READ  La fillette de deux ans a commandé un cheeseburger 31 après que ma mère ait laissé son téléphone allumé

Bien que Mendes ne s’attende pas à ce que l’IPC canadien soit aussi chaud qu’aux États-Unis, il s’attend à ce qu’il soit suffisamment élevé pour justifier une action continue de la Banque du Canada.

« La Banque du Canada devra poursuivre le cycle de hausse des taux », a-t-il déclaré.