septembre 27, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’OPEP+ est désormais à 3,6 millions de barils par jour en dessous de l’objectif de production de pétrole

  • L’OPEP+ a chuté de 3,6 millions de barils par jour par rapport à son objectif de production de pétrole en août, l’écart se creusant par rapport à 2,9 millions de barils par jour en juillet.
  • Alors que les membres de l’OPEP accusaient un retard de 1,399 million de barils par jour sur leur quota, les producteurs non membres de l’OPEP manquaient de plus de deux millions de barils par jour à leur quota.
  • La Russie et le Nigéria étaient les deux pays les plus en retard de leur groupe, et l’OPEP+ devrait encore prendre du retard sur les quotas de production en septembre.


Le groupe OPEP+ continue de sous-performer son objectif collectif de production de pétrole, l’écart entre les quotas et la production réelle s’élargissant à 3,58 millions de barils par jour en août, selon les délégués et les données de l’OPEP. Argus ont vu.

Les dix pays membres de l’OPEP liés par l’accord ont constaté que leur production collective de pétrole brut s’élevait à 1,399 million de barils par jour de moins que le quota, tandis que les producteurs non membres de l’OPEP dans l’accord accusaient un retard de plus de deux millions de barils par jour sur le quota, à 2,185 millions de barils par jour, selon les données de l’OPEP. . J’ai vu.

En juillet, l’OPEP+ était déjà 2,9 millions de barils par jour en dessous de son objectif.

Les données ont montré qu’en août, les deux pays les plus en retard sur les quotas de production étaient la Russie non membre de l’OPEP et le Nigeria, membre de l’OPEP. La production pétrolière de la Russie a chuté de 1,25 million de barils par jour par rapport à son objectif, tandis que la production du Nigeria de 700 000 barils par jour était inférieure à son quota.

La production russe est contrainte par les sanctions occidentales à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine, tandis que le Nigeria souffre depuis des années d’un sous-investissement et d’un vol de pétrole.

La société d’analyse des exportations de pétrole Petro Logistics a déclaré plus tôt ce mois-ci que les exportations de pétrole brut du Nigéria étaient tombées à moins d’un million de barils par jour en août, son plus bas niveau jamais enregistré. Le sous-investissement continu dans l’industrie pétrolière nigériane et le problème chronique du vol de pétrole dans les oléoducs ont paralysé le secteur ces dernières années. Les grandes compagnies pétrolières n’investissent pas dans l’offre nigériane et plusieurs sociétés étrangères ont vendu des actifs ou indiqué qu’elles poursuivraient leurs désinvestissements dans l’industrie pétrolière nigériane.

Il était largement prévu que l’OPEP+ continuerait à sous-performer de manière significative par rapport à ses objectifs de production pour juillet et août après que le groupe ait décidé d’accélérer l’annulation des coupes et de les supprimer complètement d’ici la fin août.

La mauvaise performance de septembre sera d’autant plus élevée que le groupe a relevé son objectif collectif de 100 000 barils par jour pour septembre. Et, lors d’une réunion plus tôt ce mois-ci, l’OPEP+ a décidé que cette augmentation serait inversée en octobre.

Par Tsvetana Paraskova pour Oilprice.com

Plus de lectures sur Oilprice.com :

Téléchargez l’application gratuite Oilprice dès aujourd’hui


Aller à la page d’accueil

READ  Le ministre des Transports de la Colombie-Britannique accuse les prix de l'essence de "truquage" et aucun allégement fiscal en vue