mai 28, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L'Alberta maintient le tarif d'électricité par défaut et le rebaptise tarif de dernier recours.

L'Alberta maintient le tarif d'électricité par défaut et le rebaptise tarif de dernier recours.

L'Alberta conservera l'option de tarif réglementé pour l'électricité, mais la renommera tarif de dernier recours et l'ajustera pour baisser les prix.

Recevez les dernières nouvelles de Chris Varcoe, Calgary Herald directement dans votre boîte de réception

Contenu de l'article

Tarif en dernier recours.

Vous pouvez l'appeler le prix de l'électricité par défaut de l'Alberta, ou option de tarif réglementé (RRO), mais le nom de l'option de prix de l'énergie utilisée par près d'un tiers des consommateurs de la province est sur le point de changer.

Contenu de l'article

Après avoir envisagé diverses options l’année dernière – y compris l’élimination progressive du RRO – le gouvernement de l’Alberta annoncera jeudi plusieurs changements au tarif d’électricité par défaut.

Publicité 2

Contenu de l'article

Parmi ces mesures, il y aura le changement de nom pour le renommer taux de dernier recours, alors que la province cherche à pousser les consommateurs à abandonner le taux de défaut volatil et à examiner plutôt les contrats disponibles auprès des fournisseurs de détail, soit à un taux variable ou à long terme.

Il apportera également des modifications techniques à la manière dont le taux de défaut est finalement déterminé, affirmant que ces ajustements devraient réduire la volatilité – et potentiellement la baisse des prix – qui ont stupéfié des milliers d'Albertains à propos du taux de rendement (RRO) de l'obligation.

Le ministre des Services publics, Nathan Neudorf, a déclaré que le changement de nom avait été recommandé par un groupe de travail qui a examiné le taux de défaut. Son objectif est d’aider à faire comprendre aux gens que le taux réglementé est volatil.

« Le mot « réglementation » a donné à beaucoup de gens l’impression qu’il était protégé, d’une manière ou d’une autre – et ce n’était pas le cas », a déclaré Neudorf dans une interview.

« Changer le nom pour quelque chose d'un peu plus radical – ce que nous optons pour le taux de dernier recours – donnera un élan et sensibilisera les consommateurs au fait qu'ils devraient peut-être rechercher quelque chose d'un peu plus stable. »

Contenu de l'article

Publicité 3

Contenu de l'article

Dans le marché énergétique déréglementé de l'Alberta, les consommateurs peuvent s'inscrire auprès de l'un des plus de 50 détaillants ou maintenir le taux de défaut.

Dans le cadre du RRO, les tarifs sont fixés chaque mois par l'Alberta Utilities Commission (AUC), sur la base des prix de gros de l'électricité dans la province.

À mesure que les prix de l’électricité ont augmenté au cours des deux dernières années, le prix par défaut a considérablement fluctué et a porté préjudice aux consommateurs.

Le tarif à Calgary est passé de 16 cents le kilowattheure (kWh) en mai dernier, pour atteindre un niveau record de 31,9 cents en août. Les prix de gros ayant baissé cette année, le taux de retour est tombé à 12,8 cents le kilowattheure en avril.

De nombreux Albertains ont abandonné le taux de défaut de paiement l'été dernier lorsque les prix ont augmenté, « mais à mesure que la population de la province a augmenté, ce chiffre n'a pratiquement pas changé », a noté Neudorf.

Environ un tiers des utilisateurs commerciaux, 46 pour cent des clients agricoles et 29 pour cent des consommateurs résidentiels vivent désormais au taux par défaut.

Cependant, il a déclaré que certains Albertains vulnérables pourraient ne pas être en mesure d'obtenir des contrats à des taux inférieurs auprès des détaillants – s'ils ont des problèmes de crédit ou s'ils viennent de déménager dans la province – et doivent accéder au taux de défaut.

Publicité 4

Contenu de l'article

Plus de la moitié des Albertains utilisaient un système RRO en 2016, alors que le taux de défaut n'était en moyenne que de 4,2 par kilowattheure.

Neudorf espère que le nouveau titre incitera les gens à envisager de quitter le RRO.

041824-Ministre Neudorf-Chambers001
La Chambre de commerce de Calgary a accueilli l'honorable Nathan Neudorf, ministre de l'Abordabilité et des Services publics à Calgary, le mardi 12 décembre 2023. Photographie par Darren McWishuk /Darren Macovichuk/Postmedia

« C'est un terme inconfortable, c'est un prix de dernier recours », a-t-il ajouté. « Il y a un inconfort à propos de ce nom, et j'espère que cela leur fera comprendre qu'ils ont des options. »

READ  Viet Dinh, l'avocat en chef de Fox qui a supervisé le règlement du Dominion de 787 millions de dollars, démissionne.

Dans une lettre de mandat ministérielle de la première ministre Danielle Smith l'année dernière, Neudorf a été invité à examiner divers aspects du système électrique de l'Alberta, notamment « en explorant la possibilité d'éliminer progressivement l'option de tarif réglementé pour l'électricité ».

Examinant le concept, le ministre a déclaré que le taux de défaut est « assez fondamental » dans le fonctionnement du système non réglementé et est parfois considéré comme le taux de référence. (Par exemple, la ville de Calgary base en partie ses frais de franchise sur les clients en fonction du taux de défaut mensuel, ce qui a fait augmenter les revenus de l'hôtel de ville l'année dernière.)

Dans certaines zones rurales, les options de contrat d’électricité peuvent également être limitées, et parfois un RRO constitue la seule option.

Dans le cadre des changements réglementaires, la province exigera des fournisseurs de RRO – comme Enmax ou Epcor – qu'ils contactent le consommateur dans les trois mois suivant la fourniture d'énergie et confirment s'ils souhaitent conserver le tarif par défaut.

Publicité 5

Contenu de l'article

Les changements donneront aux fournisseurs de taux de défaut plus de flexibilité dans la manière dont ils achètent de l'énergie, en achetant de l'électricité sur une période plus longue de deux ans au taux RRO (en hausse par rapport aux trois mois actuels), ce qui stabilisera probablement les prix grâce à la couverture.

« C'est devenu le taux à battre parce qu'il est plus stable et plus prévisible », a déclaré Neudorf.

« Nous nous attendons à ce que l'industrie exprime un certain mécontentement à l'égard de ces (changements), car cela exercera une pression à la baisse sur elle et sur ses offres concurrentielles. »

Les projections du gouvernement indiquaient que le tarif d'électricité par défaut de l'année dernière aurait été en moyenne inférieur à 12 cents par kilowattheure selon les changements proposés, au lieu d'environ 22 cents obtenus au cours de la période d'achat actuelle de trois mois.

Les changements seront introduits par voie réglementaire et législative plus tard ce printemps et devraient être mis en œuvre d’ici le 1er janvier 2025.

Chris Varcoe est chroniqueur pour le Calgary Herald.

cvarcoe@postmedia.com

Contenu de l'article