mars 4, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les bénéfices du géant pétrolier ont chuté de 23% au troisième trimestre

Les bénéfices du géant pétrolier ont chuté de 23% au troisième trimestre

Le géant pétrolier saoudien Aramco a annoncé aujourd’hui mardi que ses bénéfices nets avaient diminué de 23 % au troisième trimestre clos le 30 septembre, à 32,6 milliards de dollars, en raison de « l’impact de la baisse des prix du pétrole brut et des quantités vendues ». »

Le bénéfice net du troisième trimestre a fortement diminué par rapport aux 42,4 milliards de dollars à la même période de l’année dernière, mais il dépasse toujours les estimations des analystes, qui étaient de près de 31,8 milliards de dollars.

Le flux de trésorerie disponible de l’entreprise est tombé à 20,3 milliards de dollars, soit moins de la moitié de ce qu’il était au troisième trimestre 2022, à 45 milliards de dollars.

Aramco s’accroche toujours à distribuer des bénéfices d’une valeur de 29,4 milliards de dollars aux investisseurs et au gouvernement saoudien. De ce montant, 19,5 milliards de dollars constituent des dividendes de base, qui seront versés au quatrième trimestre, et 9,9 milliards de dollars supplémentaires constituent des dividendes liés à la performance.

La distribution de 9,9 milliards de dollars « sera versée au quatrième trimestre sur la base des résultats de l’année 2022 et des résultats des neuf mois 2023 », indique le communiqué de résultats de la société.

Les dépenses en capital ont atteint 11,02 milliards de dollars pour ce trimestre, contre 9,03 milliards de dollars au troisième trimestre de l’année dernière. La société a déclaré que les expansions d’Aramco incluent la finalisation d’un accord sur son premier investissement international dans le gaz naturel liquéfié et « son projet d’entrer sur le marché sud-américain par l’acquisition du secteur de la vente au détail ».

READ  Les États-Unis envisageraient de soutenir davantage les banques tout en laissant à la Première République le temps de consolider son bilan

La baisse de la rentabilité cette année était conforme aux tendances du secteur, les grandes sociétés énergétiques telles qu’Exxon Mobil et Chevron ayant connu de fortes baisses annuelles au troisième trimestre, alors que la faiblesse des prix du pétrole s’infiltrait dans le secteur.

L’Arabie saoudite, en tant que principal producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, a mis en œuvre de multiples réductions de production, à la fois dans le cadre de la politique officielle de l’OPEP et sous forme de réductions volontaires individuelles. Elle poursuit sa réduction volontaire de la production pétrolière d’un million de barils par jour jusqu’à la fin de l’année et reconsidérera à nouveau cette stratégie de production en décembre.

« Nos solides résultats financiers renforcent la capacité d’Aramco à générer une valeur constante pour nos actionnaires, et nous continuons d’identifier de nouvelles opportunités pour développer notre activité et répondre aux besoins des clients », a déclaré le président et chef de la direction d’Aramco, Amin Nasser, dans un communiqué d’accompagnement.

En août, le magazine Fortune a classé Aramco comme la deuxième entreprise mondiale en termes de chiffre d’affaires, derrière Walmart et devant Apple et Amazon. Cette note intervient après qu’Aramco a annoncé des bénéfices annuels pour 2022 de plus de 160 milliards de dollars – le plus élevé jamais enregistré pour une société cotée en bourse – alors que les prix du pétrole étaient à leurs plus hauts niveaux depuis plusieurs années grâce à l’invasion russe de l’Ukraine.