octobre 3, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le vrai problème du Canada n’est pas les pertes d’emplois, c’est la précipitation à la retraite

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

OTTAWA (Reuters) – Plus d’un an après le début de la Grande démission aux États-Unis, le Canada fait face à sa propre version grise : la grande retraite.

La main-d’œuvre canadienne a augmenté en août, mais elle a chuté au cours des deux derniers mois et est restée inférieure à ce qu’elle était avant l’été, car des dizaines de milliers de personnes ont tout simplement cessé de travailler. Et Statistique Canada a déclaré qu’une grande partie de cela peut être attribuée au plus grand nombre de Canadiens à la retraite que jamais auparavant.

Il n’y a pas que les 65 ans et plus qui emballent leur bureau et attachent leur ceinture à outils. Les données de Statscan montrent qu’un nombre record de Canadiens âgés de 55 à 64 ans déclarent maintenant avoir pris leur retraite au cours des 12 derniers mois. (frais: https://tmsnrt.rs/3RVXvNM)

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Graphiques Reuters

Les économistes disent que cela accélère un exode massif des travailleurs les plus qualifiés du Canada, obligeant les entreprises à se démener, aidant à augmenter fortement les salaires et menaçant de réduire la faible productivité du pays.

« Nous savons depuis longtemps que cette vague arrive et que nous arriverons à ce moment », a déclaré Jamie Jane, économiste en chef du Mouvement Desjardins. Cela ne fera qu’empirer dans les années à venir.

« Le risque dans lequel vous vous trouvez, et dans certains des secteurs que vous voyez déjà, c’est que les gens partent sans suffisamment de jeunes travailleurs pour prendre la relève. Il y a donc une perte de capital humain et de connaissances. »

READ  Le prix médian des maisons a atteint un record de 748 450 $ en janvier, soit une hausse de 21 % par rapport à l'année dernière

Pendant la pandémie, le nombre de départs à la retraite a diminué, car de nombreux Canadiens décident de rester plus longtemps dans leur emploi. Les restrictions étant désormais levées, beaucoup se précipitent pour rattraper le temps perdu, choisissant de voyager et de passer plus de temps en famille.

Leur départ réduit la main-d’œuvre, ce qui pourrait affecter la croissance économique à un moment où la banque centrale augmente agressivement les taux d’intérêt pour contrer la flambée de l’inflation, faisant craindre que l’économie ne tombe en récession.

Le Canada – qui a augmenté l’immigration pour stimuler la croissance économique – a la plus grande population en âge de travailler, en pourcentage de la population totale, du G7, mais en même temps, sa main-d’œuvre n’est pas beaucoup plus âgée, selon Statscan. Un travailleur sur cinq au Canada a 55 ans ou plus. En savoir plus (graphique : https://tmsnrt.rs/3RTcMyJ)

Graphiques Reuters

Selon Statscan, 307 000 Canadiens en août ont quitté leur emploi pour prendre leur retraite l’an dernier, en hausse de 31,8 % par rapport à l’année précédente et de 12,5 % par rapport à août 2019, avant le déclenchement de la pandémie.

Ajoutant au problème, plus de 620 000 Canadiens sont entrés dans le groupe d’âge des 65 ans et plus pendant la pandémie, une augmentation de 9,7 % de ce groupe démographique. Malgré trois mois consécutifs de pertes d’emplois, les postes vacants et les embauches restent bien au-dessus des niveaux d’avant la pandémie.

Infirmières et camions

Le problème de la retraite est particulièrement grave dans les domaines exigeant des compétences comme l’artisanat et les soins infirmiers. Depuis mai, le Canada a perdu 34 400 emplois dans le domaine de la santé, même avec un nombre record d’infirmières déclarant faire des heures supplémentaires.

READ  Le S&P 500 atteint un creux de quatre semaines; Rendement en hausse : envelopper les marchés

Il ne s’agissait pas d’emplois supprimés, mais plutôt de retraités, a déclaré Catherine Hoy, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario.

« C’est un gros problème en ce moment, car nous avons beaucoup de gens qui ont pris leur retraite de manière inattendue », a-t-elle déclaré, citant la pandémie, les conditions de travail et un conflit salarial avec la plus grande province du Canada.

L’industrie du transport est également aux prises avec une grave pénurie de main-d’œuvre, en raison de la frénésie provoquée par la pandémie de plus de marchandises et du vieillissement de la main-d’œuvre.

« De plus en plus de conducteurs vieillissent et prennent donc leur retraite ou envisagent un mode de vie différent », a déclaré Tony Ridder, propriétaire du Trans Canada College, un collège professionnel qui forme les conducteurs de camions de transport.

Dans le même temps, la demande est en plein essor de la part des entreprises de camionnage, dont beaucoup prennent des étudiants en cours d’emploi et les embauchent ensuite une fois qu’ils ont une licence complète, a déclaré Reeder.

« Sans les camions et les conducteurs de camions (…), les marchandises resteront dans les ports et les entrepôts au lieu d’atteindre la destination où elles pourront être consommées », a-t-il déclaré.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage supplémentaire de Julie Gordon à Ottawa; Montage par Steve Shearer et Matthew Lewis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.