juin 22, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’investissement canadien de 28 milliards de dollars dans les usines de batteries pour véhicules électriques VW et Stellantis prendra quatre fois plus de temps que ne le prévoient le gouvernement, révèle un rapport parlementaire.

L’investissement canadien de 28 milliards de dollars dans les usines de batteries pour véhicules électriques VW et Stellantis prendra quatre fois plus de temps que ne le prévoient le gouvernement, révèle un rapport parlementaire.

Crédit : Volkswagen

Le Canada et l’Ontario ont promis plus tôt cette année jusqu’à 28,2 milliards de dollars canadiens (20,8 milliards de dollars américains) pour inciter les constructeurs automobiles Stellantis et Volkswagen à créer des usines de batteries pour véhicules électriques. Ces investissements ont été réalisés dans le cadre de la stratégie du premier ministre Justin Trudeau visant à positionner le Canada comme un acteur majeur dans la chaîne d’approvisionnement nord-américaine des véhicules électriques.

Cependant, un nouveau rapport du directeur parlementaire du budget jette un voile sur le calendrier prévu pour récupérer cet investissement majeur.

Initialement, le gouvernement Trudeau s’attendait à ce que les retombées économiques de ces investissements correspondent aux dépenses gouvernementales d’ici seulement cinq ans. En revanche, le rapport du responsable du budget suggère une période de récupération beaucoup plus longue, d’environ 20 ans, s’étendant jusqu’en 2043, en supposant que la production commence en 2024 comme prévu. (via Bloomberg)

La différence entre les deux estimations réside dans les hypothèses. Les estimations du gouvernement concernant un retour sur investissement plus rapide reposaient sur l’hypothèse selon laquelle le fait de disposer de deux grandes installations de cellules de batterie stimulerait des investissements et une production supplémentaires dans la chaîne d’approvisionnement, générant ainsi des revenus gouvernementaux importants.

Cependant, l’analyse du CBO s’est principalement concentrée sur les revenus générés directement par la fabrication de cellules et de modules, à l’exclusion des impacts économiques plus larges et des frais de la dette publique.

Même si les estimations du seuil de rentabilité du directeur du budget peuvent sembler intimidantes, elles restent conformes à l’engagement du Canada d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050. En fait, cela implique que le secteur des véhicules électriques aura couvert ses coûts sept ans plus tôt que cet objectif environnemental. gage.

Achèteriez-vous Tesla ? Si vous nous aidez Cliquez ici pour obtenir 650 $ de rabais Achetez le modèle 3/Y ou 1 300 $ de réduction sur le modèle S/X et trois mois de conduite entièrement autonome (FSD).