août 9, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le programme d’essais spatiaux 3 du département américain de la Défense – avec le LCRD de la NASA – a été lancé avec succès

La fusée Atlas V du ministère de la Défense du programme d’essais spatiaux 3 (STP-3) du ministère de la Défense est lancée depuis le complexe de lancement spatial 41 de la station spatiale de Cap Canaveral, le mardi 7 décembre 2021. Le satellite du programme d’essais spatiaux de la mission – Vaisseau spatial 6 (STPSat-6) héberge l’affichage de la séquence de communications laser de la NASA (LCRD), le laboratoire de recherche navale de la NASA et le Pathfinder américain de spectroscopie ultraviolette de coronagraphe (UVSC). Crédit : NASA/Joel Kosky

Le LCRD est en route !

La mission de démonstration de communications laser (LCRD) a été lancée avec succès, a terminé deux brûlages pour le moteur Centaur et est en route ! La mission du programme d’essais spatiaux 3 (STP-3) du ministère de la Défense (DOD) a envoyé deux satellites, dont le vaisseau spatial 6 (STPSat-6) pour le programme d’essais spatiaux, qui a accueilli deux Nasa Charges utiles – LCRD et Naval Research Laboratory de la NASA et Pathfinder du spectro-coronagraphe ultraviolet aux États-Unis (UVSC) – dans l’espace. STPSat-6 devrait se séparer de Centaur en orbite géosynchrone dans environ 6 heures.

Mise à jour précédente :

La première panne majeure de moteur, ou MECO-1, a été confirmée dans l’étage supérieur de la fusée Centaur Atlas V de la United Launch Alliance (ULA).

Atlas a lancé le programme d’essais spatiaux 3 (STP-3) du ministère de la Défense (DOD), qui héberge la NASA Affichage du relais de communication laser (LCRD) et le Pathfinder du coronagraphe de spectroscopie ultraviolette (UVSC) de la NASA et du US Naval Research Laboratory.

Mise à jour précédente :

Le missile Atlas V 551 de United Launch Alliance (ULA) a disposé de cinq propulseurs à poudre et est sur le point d’éliminer sa charge utile.

À ce stade de l’ascension, l’Atlas V brûle le propulseur à une vitesse de 2 000 livres par seconde, parcourt plus de 7 500 milles à l’heure et se situe à 64 milles et 150 milles en dessous de la portée.

La panne du moteur principal se produirait environ une minute après l’arrêt progressif du propulseur, suivie peu de temps après par le détachement Atlas Centaur.

Notre décollage ! À 5 h 19, la fusée Atlas V 551 de la United Launch Alliance est en route vers l’orbite, transportant des satellites et des expériences technologiques sur la mission du ministère de la Défense et le programme d’essais spatiaux 3 de l’US Space Force.

Mise à jour précédente :

Feuilles!

Notre décollage ! À 5 h 19, la fusée Atlas V 551 de la United Launch Alliance est en route vers l’orbite, transportant des satellites et des expériences technologiques sur la mission du ministère de la Défense et le programme d’essais spatiaux 3 de l’US Space Force.

READ  Un objet mystérieux qui n'a pas brillé depuis des décennies pourrait en fait être la neuvième planète

Mise à jour précédente :

Cinq minutes pour démarrer – tout semble bien

Les préparatifs pour le lancement sont en cours et nous sommes toujours en route pour décoller à 5 h 19 du matin pour la mission Space Test Program 3 (STP-3) du ministère de la Défense (DOD), opérée par l’USSF Space Systems Command (SSC ), depuis le complexe Launch 41 de la station spatiale Cape Canaveral en Floride.

La fusée Atlas V 551 de United Launch Alliance (ULA) transportera des satellites et des expériences technologiques, notamment la démonstration du relais de charge de communication laser (LCRD) de la NASA et le Pathfinder Ultraviolet Spectroscopic (UVSC) du US Naval Research Laboratory.

Pour le moment, aucun problème n’est suivi et il y a 90 % de chances que la météo soit propice au décollage.

Mise à jour précédente :

Temps d’exécution mis à jour

ULA Atlas V Rocket Carrying DoD Space Test 3. Programme

La fusée Atlas V de la United Launch Alliance transportant la mission Space Test Program 3 (STP-3) du ministère de la Défense est éclairée par des projecteurs au Space Launch Complex 41 de la station spatiale de Cap Canaveral, le mardi 7 décembre 2021, depuis le Kennedy Centre à la NASA. Centre spatial de Floride. Le vaisseau spatial du programme d’essais spatiaux 6 (STPSat-6) de la mission héberge l’affichage de la séquence de communications laser (LCRD) de la NASA, le laboratoire de recherche navale de la NASA et le spectrophotomètre ultraviolet Coronagraph (UVSC) Pathfinder des États-Unis. Crédit : NASA/Joel Kosky

Les préparatifs du lancement sont en cours, mais en raison des vents à haute vitesse en altitude, la nouvelle heure de lancement est 5 h 19 HAE pour la mission Space Test Program 3 (STP-3) du ministère de la Défense, exploitée par l’US Space Force (USSF ) Commandement des systèmes spatiaux (SSC), à partir du complexe de lancement 41 de la station spatiale Cape Canaveral en Floride.

La fusée Atlas V 551 de la United Launch Alliance (ULA) transportera dans l’espace des satellites et des expériences technologiques, notamment la démonstration du relais de charge de communication laser (LCRD) de la NASA et le Pathfinder du laboratoire de recherche ultraviolette (UVSC) de la marine américaine.

Mise à jour précédente :

Mise à jour précédente :

Regardez ce qu’il y a à bord

Programme de tests spatiaux ULA Atlas V Rocket DoD 3

La fusée Atlas V de la United Launch Alliance (ULA) et la mission STP-3 de l’US Space Force le jour du lancement. La mission héberge l’affichage du relais de communication laser (LCRD) de la spectroscopie ultraviolette (LCRD) de la NASA et du US Naval Research Laboratory. crédit : NASA

La mission Space Test Program 3 (STP-3) d’aujourd’hui contient des expériences technologiques d’institutions gouvernementales, militaires et de recherche, y compris deux charges utiles de la NASA qui contribueront à faire avancer l’avenir de l’exploration spatiale. La principale charge utile de la NASA, hébergée à bord du vaisseau spatial 6 (STPSat-6) du programme d’essais spatiaux du ministère américain de la Défense, est le Laser Communications Relay Display (LCRD).

READ  Les astronomes ont dévoilé la carte la plus détaillée de l'âme métallique d'un astéroïde à ce jour

À l’instar des offres technologiques qui l’ont précédé, le LCRD est un pas de géant vers la réalisation des communications laser ou optiques opérationnelles. De la taille d’un king-size, le LCRD enverra et recevra des données via des lasers infrarouges à 1,2 gigabits par seconde de l’orbite géosynchrone à la Terre.

Combien de données pouvons-nous transmettre à la fois en utilisant les communications laser ? Envoyez une carte haute résolution de Mars Il faudrait environ neuf semaines pour atteindre la Terre avec les systèmes radio actuels à bord du vaisseau spatial, mais moins de neuf jours avec les communications laser. Cette « vitesse » (ou plus précisément, le débit de données) est attrayante pour les futures explorations humaines et les expéditions scientifiques. Les systèmes offrent également un faisceau plus petit – les systèmes de communication laser peuvent occuper moins d’espace, de poids et d’énergie sur un vaisseau spatial.

Le LCRD contribuera à faire de tout cela une réalité. La mission fonctionnera pendant au moins deux ans. Il commencera à « parler » avec des stations au sol en Californie et à Hawaï pour tester des lasers invisibles dans le proche infrarouge. Les ingénieurs transmettront des données vers et depuis le satellite (qui est situé à plus de 22 000 milles au-dessus de la Terre) pour améliorer la transmission, étudier différents scénarios de fonctionnement et optimiser les systèmes de suivi. Les informations et les données sont essentielles pour préparer un système de communication laser pour une mission opérationnelle, car nous ne pouvons pas reproduire les mêmes conditions avec des tests au sol. Le LCRD étudiera également les effets de la traînée (un facteur qui n’affecte pas les communications actuelles espace-Terre) et d’autres perturbations potentielles pour identifier des solutions viables.

Le LCRD aidera également la NASA à mettre à jour la façon dont les astronautes communiquent dans et hors de l’espace. Plus tard dans la mission, le LCRD effectuera des relais de communications optiques avec une future station de la Station spatiale internationale. Avec le retour de la NASA sur la Lune, les communications laser pourraient permettre des structures de communication durables et nous aider à assurer la présence humaine sur Mars.

Jetez un œil au développement LCRD avec un fichier Voir les connexions laser De la NASA Edge.

READ  Omicron a le vent en poupe et les scientifiques sont optimistes. Comment les deux peuvent-ils être vrais ?

Réseau invisible de la NASA Le podcast lancera aujourd’hui une série spéciale du LCRD, avec des épisodes supplémentaires publiés au cours des quatre prochains mercredis. Le podcast mettra en lumière l’avenir des technologies de communication laser démontré par cette mission et les personnes qui la sous-tendent.

Le trajet à bord du STPSat-6 est également une expérience conjointe de la NASA et du US Naval Research Laboratory dédiée à l’étude des origines des particules d’énergie solaire (SEP) – la forme de rayonnement la plus dangereuse du soleil.

UVSC Pathfinder – abréviation de Ultraviolet Spectro-Coronagraph Pathfinder – regardera dans les régions les plus basses de l’atmosphère extérieure du Soleil, ou couronne, d’où les SEP sont censés provenir. UVSC Pathfinder est le dernier ajout à la flotte d’observatoires de physique solaire de la NASA. Les missions d’héliophysique de la NASA étudient un vaste système interconnecté du Soleil à l’espace autour de la Terre et d’autres planètes, et jusqu’aux extrêmes du flux continu de vent solaire du Soleil. Le programme UVSC Pathfinder fournit des informations clés sur les SEP, permettant une future exploration spatiale.

Mise à jour précédente :

ULA Atlas V Rocket DoD STP 3

La fusée Atlas V de la United Launch Alliance (ULA) et la mission STP-3 de l’US Space Force sont situées au Space Launch Complex 41 (SLC-41) à Cap Canaveral au coucher du soleil. Crédit : United Launch Alliance

Mission de commandement des systèmes spatiaux STP-3

Une fusée Atlas V 551 de United Launch Alliance (ULA) est prête à décoller au complexe de lancement 41 de la station spatiale de Cap Canaveral (CCSFS) pour le programme d’essais spatiaux de l’USSF Space Systems Command (SSC) 3 (STP-3). , qui héberge Le Laser Communications Relay Show (LCRD) de la NASA et le Pathfinder Ultraviolet Spectroscopic (UVSC) du US Naval Research Laboratory.

Le lancement est prévu à 4 h 04 HNE, avec une fenêtre de lancement de deux heures. Continuer le long Télévision de la NASA pour une diffusion en direct.

Les prévisionnistes du 45e escadron météorologique de l’US Space Force prévoient qu’il y aura plus de 90 % de chances de décollage par temps favorable.

Voici un aperçu de certains des jalons d’aujourd’hui pour le compte à rebours et l’ascension. Tous les horaires sont approximatifs :

Compte à rebours
événement heure/minute/seconde
00:55:00 Les derniers préparatifs de la commande de vol pour augmenter la pression hydraulique commencent
– 00:45:00 Comprimer le système pneumatique de la pression d’air du moteur principal
00:16:00 début de la séquence de remplissage de carburant
00:10:00 Briefing météo avec le responsable météorologique du lancement d’Atlas
– 00:05:00 La séquence de remplissage de carburant est terminée ; Le réglage de la pression de fonctionnement du système d’immersion dans l’eau est effectué ; Atlas L02 au niveau de vol ; Centaure L02 au niveau de vol ; Centaure LH2 au niveau de vol
– 00:04:00 la surveillance des gaz dangereux est terminée ; Le séquenceur automatisé par ordinateur contrôle tous les événements critiques jusqu’au décollage ; La régénération de l’Atlas LO2 Phase 1 est sécurisée, permettant la pression du réservoir en vol
00:03:00 Pression de vol des réservoirs Atlas
00:02:00 Le premier étage d’Atlas et l’étage supérieur du Centaure se transforment en énergie intérieure ; L02 et LH2 s’arrêteront sur la tête Centaur dans 10 secondes
00:01:30 Contrôle de lancement activé

Lancement et distribution d’engins spatiaux
Toutes les heures sont approximatives
événement heure/minute/seconde
00 : 00 : 00.1 allumage du moteur RD-180
00 : 00 : 01.1 Décollage de l’Atlas V
00:00 : 03.9 début de tangage / manœuvre de lacet
00 : 00 : 34,7 Mach 1
00 : 00 : 48,7 Max Q (le moment de la contrainte mécanique maximale sur le missile)
00:01:46.7 Se débarrasser du missile solide
00:03:30.2 Élimination de la charge utile
00:04:27.4 Pièces de servomoteur Atlas (BECO)
00:04:33.4 Chapitre Atlas Centaur
00:04:43.3 Premier démarrage du moteur principal Centaur (MES-1)
00:10:38.4 Première coupure du moteur principal du Centaur (MECO-1)
01:07:22.1 Centaur 2ème démarrage du moteur principal (MES-2)
01:12:25.6 Pièces du moteur principal Centaur II (MECO-2)
06:24:48.2 Démarrage du 3e moteur principal Centaur (MES-3)
06:27:26.3 Pièces du moteur principal du Centaur III (MECO-3)
06h30 : 15.4 chapitre STPSat-6
07h10 : 02,4 Séparation du LDPE-1
08: 08: 02.3 la fin de la mission