juin 14, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’ancien doyen des Dragons star Michael Weckerly est enfermé dans une bataille juridique avec un partenaire sur un projet immobilier à Waterloo

L’ancien doyen des Dragons star Michael Weckerly est enfermé dans une bataille juridique avec un partenaire sur un projet immobilier à Waterloo

Illustration photographique Le Globe and Mail. Source de l’image : Documents, Facebook, Coherent Logix

Avec le déclin de BlackBerry et son retrait de Waterloo, en Ontario. Michael Wekerle a vu une opportunité en 2014 de s’emparer d’un bloc de bâtiments qui abritait autrefois le fabricant de smartphones. Son plan était d’attirer d’autres entreprises technologiques dans la ville et de promouvoir le développement économique. Appelez-le le Réseau d’innovation de Waterloo.

Mais le projet est maintenant embourbé dans des litiges, tous les huit bâtiments sauf un ont été vendus, et M. Wekerle accuse l’homme qu’il a chargé de le diriger, Mark Arbor – autrefois un ami proche, un confident et même un administrateur de la succession – de orchestrer une fraude de 15 millions de dollars contre lui. . la précédente La tanière du dragon Le commerçant de Star and Bay Street poursuit également l’épouse de M. Arbour, son fils adulte, un cabinet d’avocats, deux agences immobilières commerciales et diverses autres personnes pour leur implication dans le stratagème présumé.

L’homme d’affaires Michael Weckerly est apparu dans une promo pour la neuvième saison de Dragon’s Den.note

« Arbor a de plus en plus abusé de la confiance de Wekerle, exploité les difficultés personnelles de Wekerle et finalement fraudé le groupe Wekerle de millions de dollars », selon une longue déclaration déposée en novembre.

S’il n’y avait pas eu la fraude présumée, « il est probable que M. Weckerly n’aurait vendu aucun de ses immeubles à Waterloo », a déclaré Jason Woechishen, avocat de M. Weckerly chez Stuart McKelvey, dans un courriel.

M. Arbour a nié les allégations devant le tribunal et a déclaré que les actions que M. Weckerly a qualifiées de fraude étaient des transactions commerciales légitimes. D’autres documents judiciaires décrivent M. Wekerle comme désintéressé par les détails du projet et il affirme qu’il a rarement visité les propriétés parce qu’il avait du mal à rembourser les dettes de ses autres entreprises, notamment le célèbre club El Mocambo de Toronto.

Les bâtiments ont été vendus avec l’approbation de Wekerle parce que les postes vacants ont chuté pendant la pandémie et parce que Wekerle a dû rembourser un important emprunt contracté pour rénover El Mocambo, et non à cause d’une fraude présumée, a déclaré M. Arbour dans un e-mail, par l’intermédiaire de son avocat. « La raison pour laquelle Michael Wekerle est dans une si mauvaise situation financière est à cause de Michael Wekerle et de ses mauvaises décisions », a déclaré M. Arbour dans un communiqué au Globe and Mail.

READ  Le projet éolien GH2 West Coast de World Energy obtient le feu vert

Aucune des allégations n’a été testée devant les tribunaux.

Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois en 2014 par le biais d’une connaissance mutuelle et se sont liés par une histoire commune de tragédie personnelle, selon des documents judiciaires. M. Wekerle a déjà été un trader de haut niveau chez GMP Capital Inc. Il est devenu légendaire pour ses talents d’érudit sur le marché. En 2010, sa deuxième épouse est décédée d’une crise cardiaque, ce qui l’a plongé dans une période de dépression, et il s’est séparé de GMP l’année suivante au milieu de rapports faisant état d’un comportement erratique. Plus tard, il a commencé et rejoint une société de banque commerciale La tanière du dragon pendant quatre saisons.

M. Arbour, quant à lui, est un ancien officier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), dont la fille est décédée en 2014 à l’âge de 23 ans. Voulant l’aider, M. Wekerle l’a nommé assistant personnel et lui a rapidement confié la gestion du portefeuille immobilier de Waterloo, détenu par l’intermédiaire d’une société appelée Wekerloo Developments.

Au centre du procès semble être une filiale appelée Waterloo Innovation Network PM, ou WIN PM, qui a agi en tant que gestionnaire immobilier pour les bâtiments et a reçu une rémunération en retour.

En 2014, M. Wekerle a saisi l’occasion d’acquérir un bloc d’immeubles à Waterloo, en Ontario. Il abritait un appareil BlackBerry. Il a appelé la propriété le Waterloo Innovation Network (WIN).note

En 2019, M. Wekerle a transféré ses actions dans WIN PM à M. Arbor, étant entendu que sa participation lui serait restituée quand il le souhaiterait, selon des documents judiciaires. La demande est quelque peu vague sur la raison de l’accord, suggérant seulement que M. Weckerly voulait séparer la branche de gestion immobilière du reste de l’opération en prévision d’attirer de nouveaux investisseurs. M. Weckerley allègue que son ancien partenaire « a pris des mesures frauduleuses » pour s’assurer que les actions ne seraient jamais restituées et pour cacher ce fait.

M. Wekerle dit que la fraude présumée a été révélée en mai dernier lors d’un appel téléphonique avec M. Arbour. En réponse à des questions commerciales courantes, il s’est « immédiatement et de plus en plus défensif », a déclaré qu’il « gère tout » puis a raccroché. Peu de temps après, il a démissionné de son poste de COO de Wekerloo.

Selon des documents judiciaires, il aurait détourné plus de 15 millions de dollars du groupe d’entreprises par divers moyens, notamment en vendant illégalement des actifs, en vidant des comptes bancaires et en utilisant l’argent de l’entreprise pour payer les rénovations de sa maison et de celle de son fils. Le procès allègue également qu’il a versé à sa femme plus de 1,2 million de dollars sur quatre ans, même si elle n’était impliquée dans aucune des entreprises.

READ  Metrolinx met à jour son objectif d’achèvement d’Eglinton Crosstown

Par ailleurs, M. Wekerle a intenté une action en justice plus tôt ce mois-ci contre un acheteur d’un immeuble de Waterloo, alléguant qu’il avait été vendu illégalement à un prix inférieur à sa juste valeur marchande.

M. Arbour offre une version très différente des événements dans sa déclaration de défense. En 2018, on lui a diagnostiqué deux types de lymphomes – l’un de stade 4 et l’autre incurable. Pour couvrir les frais de son traitement et mettre de l’ordre dans ses finances, il a exigé une avance sur ses éventuels revenus futurs grâce à son travail à Wekerloo. M. Arbour dit que lui et M. Weckerly ont convenu qu’il avait droit à 6 millions de dollars. (M. Weckerly décrit le paiement comme un prêt et dit que M. Arbour lui doit encore 3,9 millions de dollars.) Dans le cadre de l’accord, WIN PM a également été transféré à M. Arbour, et il n’y a jamais eu d’accord pour restituer les actions, affirme-t-il.

De plus, tout ce qu’il faisait était honnête et en tirait le meilleur parti, dit-il. L’un des bâtiments contenait un centre de données, mais M. Arbour n’a pas pu mobiliser de main-d’œuvre, en partie parce que Waterloo n’était pas un endroit souhaitable et que l’équipement était désuet. Au lieu de cela, il a vendu l’équipement et a entrepris une rénovation pour convertir l’espace en bureaux. M. Weckerly affirme que son partenaire commercial a dépouillé les actifs et saisi le produit – il a également déposé un rapport de police à ce sujet, selon des documents judiciaires – mais M. Arbour dit que son patron a approuvé le plan.

Pendant ce temps, sa femme travaillait comme décoratrice et était payée en conséquence, selon M. Arbour. Il dit qu’il n’a pas utilisé l’argent de l’entreprise pour rénover des biens personnels.

Avant que M. Weckerly ne l’accuse de fraude, M. Arbour tentait de récupérer de l’argent auprès de son ancien patron. En août, il a intenté une action en justice demandant une indemnisation de près de 900 000 $ que WIN PM a versé à M. Weckerly entre 2019 et 2021, période pendant laquelle il n’aurait fait aucun travail réel. M. Wekerle affirme que le procès est une tentative de saborder son enquête sur la fraude présumée.

READ  Alors que la Fed continue d'attiser les flammes, la Banque de Russie jette un choc et redoute une hausse de l'inflation "en cours", mais l'inflation américaine n'est pas beaucoup plus faible que l'inflation russe

M. Wekerle est devant le music-hall El Mocambo, qu’il a acheté en 2014 avec un prêt de 40 millions de dollars à 12 % d’intérêt.note

Au cours des dernières années, M. Wekerle a connu des difficultés financières et M. Arbour affirme qu’il a constamment demandé des fonds à WIN PM pour résoudre des problèmes de trésorerie. Selon des documents judiciaires, « Wickerly a appelé Arbour tous les mois alors qu’il était dans une profonde dépression en raison de ses problèmes financiers ».

En particulier, il a emprunté 40 millions de dollars à 12% d’intérêt à Waygar Capital, une banque de Toronto, pour rénover El Mocambo après l’avoir acheté en 2014. Il était fermé depuis des années et n’a annoncé son intention de rouvrir qu’en avril 2020, mais il a dû rester fermé pendant l’épidémie.

M. Arbour a fourni plus de 1,5 million de dollars de WIN PM pour soutenir le club, selon une action en justice distincte déposée en août dernier, mais M. Wekerle aurait refusé de le rembourser et a depuis affirmé qu’il n’y avait jamais eu d’accord de prêt.

Son avocat, M. Woychesyhn, a déclaré dans un e-mail que le prêt initial de Waygar Capital était « d’un montant beaucoup plus faible » et que son client avait hâte de refinancer El Mocambo. (Waygar Capital a refusé de commenter, invoquant la confidentialité des clients.)

M. Wekerle aurait également affronté James Connacher, l’ancien président de Bay Street Gordon Capital, qui détient une participation de 10% dans Wekerloo. M. Wekerle aurait retiré des sommes importantes à Wekerloo malgré un accord selon lequel il ne le ferait pas sans consentement, selon des documents judiciaires. Conacher se préparait à intenter une action en justice, mais ils se sont installés et M. Weckerly a accepté de racheter la participation de 10 %, ce qui l’obligerait à emprunter plus d’argent, selon la déclaration de défense de M. Arbour.

M. Woycheshyn conteste ces allégations et dit que la principale préoccupation de M. Konacher était le rôle de M. Arbour dans les opérations. Ryan Conacher, qui aide son grand-père à gérer ses investissements, a déclaré au Globe que la participation de 10 % avait été vendue parce que M. Arbor n’avait pas transféré les actions de WIN PM que M. Wekerle avait rendues à Wekerloo. « Nous avons quitté l’investissement à l’amiable avec Michael et avons finalement choisi de nous désinvestir en raison des actions de Mark Arbour », a-t-il déclaré dans un e-mail.

De retour à Waterloo, le seul immeuble que M. Wekerle possède encore abrite le bureau de recherche et développement de Ford Canada. Le troisième étage, plus de 42 500 pieds carrés d’espace de bureau, est actuellement vacant. Selon son avocat, M. Weckerly s’attend à ce qu’il soit entièrement loué dans les prochains mois.