mai 29, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Favoriser les dialogues sur le design entre l’Inde et la France

Favoriser les dialogues sur le design entre l’Inde et la France

Chennaï : Ayant grandi entre différentes régions de Provence et du Tamil Nadu, telles sont les frontières floues de Victor de Brandes. Aujourd'hui designer française polyvalente, Victoire était récemment à Chennai dans le cadre d'un réseau de partenaires locaux dans les deux pays, la Villa Swagadam, qui vise à renforcer le dialogue entre la France et l'Inde dans les domaines de la littérature, des arts du spectacle et de l'artisanat.

Dans sa résidence au Vastragala, un atelier de broderie fondé en 1993 par l'entrepreneur français Jean-François Lesage, elle a redéfini le rôle de l'embellissement en mélangeant tradition et matériaux innovants.

Elle décrit ici son parcours dans le domaine du design et comment l'héritage indien a façonné sa compréhension du pays, qu'elle exprime dans ses œuvres d'art d'une facture exquise.

Q. Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours dans l’industrie du design ?

UN.Après avoir terminé mes études préparatoires aux Ateliers de Sèvres à Paris, j'ai poursuivi mes études à la Design Academy Eindhoven (DAE) aux Pays-Bas, en me concentrant sur la recherche et le développement de matériaux, aboutissant à la conception de produits. Au DAE, mon programme mettait l'accent sur l'exploration de facteurs contextuels tels que les matériaux et la couleur, informant ainsi la forme et l'esthétique de nos produits grâce à un processus de conception inversée. Cette approche encourage une compréhension plus approfondie de la manière dont notre comportement interagit avec les produits que nous créons. Lors d'un programme d'échange au Chelsea College de l'Université UAL, je me suis spécialisé dans la conception de motifs textiles.

question

UN.J'ai passé mon enfance jusqu'à mes 11 ans, partagée entre le sud de l'Inde et le sud de la France. Par la suite, j'ai passé mon adolescence à Florence, en Italie, puis au lycée à Paris. Grâce à mes efforts académiques, j'ai passé cinq ans aux Pays-Bas avant de retourner à Paris, qui sert désormais de base à ma pratique et à mes voyages actuels.

READ  Un artiste britannique arrêté en Belgique, recherché par la France

En grandissant, j’ai réalisé que parler d’un pays dans son ensemble était trop large et j’ai commencé à apprécier le caractère unique de chaque lieu. Au lieu de cela, j'aborde les lieux en fonction de leurs régions, une perspective que j'ai développée en observant les différents paysages, traditions, artisanats et histoires de chacun.

Cette orientation régionale influence profondément mon processus de conception. Je mets l'accent sur l'environnement et le territoire, en favorisant les relations de collaboration avec les artisans et les entreprises locales. En ancrant ma pratique dans les particularités de chaque région, je vise à capturer et refléter leurs caractéristiques uniques dans mon travail.

Q. Quelle est votre opinion sur le patrimoine culturel et l’artisanat indien ?

UN.En me concentrant sur l'artisanat de la broderie à la Villa Swagatam Residency, j'ai été inspirée par la créativité à chaque étape du processus. Il existe un sentiment d’amélioration, d’adaptation et d’utilisation des alternatives disponibles dans l’environnement. Mais ce qui m'a le plus impressionné, c'est la cohérence des mouvements des broderies : leur rythme régulier, même en période de stress, ressemblait presque à une forme de méditation, créant des motifs délicats et délicats. De plus, je m'inspire de la manipulation d'objets, de la combinaison de textures et de couleurs pour refléter la réalité, des fleurs, des personnages, des forêts et bien plus encore. En tant que créateur, ma perspective s'élargit par l'abondance des ressources locales en matériaux et sources primaires, favorisant un véritable dialogue entre l'artisan et son environnement.

K. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre expérience en tant que designer multidisciplinaire et ce qui vous a amené à participer à la résidence Villa Swagatam ?

READ  Paul Pogba a visé un retour en France pendant la trêve internationale de juin

UN.En tant que designer polyvalent, la Villa Swagadam m'a donné l'opportunité d'explorer mes différents intérêts, me permettant de consacrer du temps et de l'espace au développement de matériaux et de me plonger dans un métier. Dans mon cas, j'ai exploré Vastragala, un atelier de broderie qui relie l'Inde et la France. J'ai intégré et combiné diverses disciplines comme la mode, la couture et la broderie.

De plus, la résidence m'a donné l'opportunité inestimable de collaborer étroitement avec les brodeuses de Vastragala. Cette expérience m'a aidé à comprendre leurs techniques et leur expertise d'une manière plus approfondie que ce que j'aurais pu faire en tant que jeune designer indépendant.

K. Qu’avez-vous appris de cette expérience Amalgam ?

UNCe que je retiens de cette expérience mitigée, c'est qu'en matière de design, l'accent n'est pas mis sur la réinvention de la roue, mais sur la réinterprétation des concepts existants. C’était précisément mon approche, nous encourageions les brodeurs à regarder des matériaux familiers sous de nouvelles approches et lumières.

Nous avons créé deux exemples concrets de cette fonctionnalité innovante : parfaitement intégrés dans une chaise, utilisant différentes archives dans une interprétation organique, et des panneaux modulaires capables de créer différentes combinaisons pour s'adapter à un espace, incorporant des éléments de mode et de design d'intérieur. Rideaux, séparateurs de pièce, paravents. En intégrant harmonieusement des éléments provenant de divers ateliers de Vastragala, nous avons transformé des vêtements traditionnels comme des boutons de manchette et des boutons surdimensionnés en ornements de rideaux uniques.

Pour y parvenir, j’ai utilisé des techniques de moulage couramment utilisées pour les motifs floraux complexes afin de créer ces boutons inhabituels. De plus, nos collaborations avec des brodeurs impliquent une réinterprétation rafraîchissante des techniques de broderie traditionnelles. Au lieu de nous en tenir aux modèles conventionnels, nous avons expérimenté différents points, leur permettant de circuler librement et de créer des combinaisons dynamiques. Cette approche a non seulement démontré l'adaptabilité des artisans, mais a également souligné la capacité de collaboration et d'échange d'idées entre différentes disciplines du design.

READ  La France et l'Allemagne mettent en œuvre une nouvelle politique pour bloquer l'entrée des imams financés par l'étranger

Q. Dans quelle mesure l’industrie française de l’art et du design est-elle différente de celle de l’Inde ?

UN.Il existe une différence dans les métaux utilisés dans chaque pays en raison de l'influence des conditions géographiques et climatiques. Les diverses influences issues de l'histoire de chacun sont remarquables. J'ai pu identifier ces deux critères grâce aux artistes et designers que j'y ai rencontrés et qui m'inspirent énormément. J'espère retourner bientôt en Inde pour explorer davantage !

question

UN.Mes prochaines inspirations suite à cette résidence à Vastragala incluent l'exploration en profondeur de mon identité et l'appropriation totale de mon univers collectif avec divers artisans. J'espère retourner en Inde pour créer d'autres produits ou collections en mélangeant différents métiers. J'ai aussi beaucoup apprécié l'échange quotidien avec d'autres créateurs et j'aimerais collaborer sur des projets avec d'autres designers indiens. Mon objectif est également d'approfondir mes liens avec le lieu de naissance de ma famille, le sud de la France et le sud de l'Inde. J'aime créer des mondes riches, scénarisés, ludiques et tactiles.