mai 24, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

En surmontant les obstacles tout au long de la saison, les Oilers sont prêts pour ce qui les attend

Edmonton – Combien d’obstacles se dressent sur le chemin d’une équipe aspirante aux séries éliminatoires d’octobre à la nuit où elle obtiendra cette place en avril?

Dans cette édition des Oilers d’Edmonton, la première à avoir une séquence de trois ans en séries éliminatoires depuis les équipes de 1998-2001, il y en avait plus que la plupart.

Le gardien n°1 qui n’a retrouvé la santé qu’au début de la nouvelle année. Un entraîneur-chef n’a jamais trouvé la solution, alors son directeur général l’a trouvé, la nomination de Maher s’améliorant de jour en jour. Une séquence de six défaites consécutives, suivie de sept joueurs qui avaient été éliminés en séries éliminatoires fin janvier.

« Ça a été une saison assez volatile. Je pense que tout le monde serait d’accord avec ça », a admis Leon Drysitl, quelques instants après que l’équipe ait remporté les séries éliminatoires dans un impressionnant match 6-3 avant qu’une foule ne s’épuise à Rogers Place. « Mais… les bonnes équipes passent par là, et nous savions dès le début de la saison que nous avions une bonne équipe. C’était difficile pour nous de rester en bonne santé, c’est un gros problème. (Et) chaque équipe passe par là. »

Le seul soir où Evander Kane a marqué trois buts et ajouté une passe décisive, les Oilers ont finalement éliminé un match avec le Colorado par deux points, après avoir perdu en prolongation et aux tirs au but plus tôt cette saison, deux matchs très originaux et amusants. Comme ce fut le match de vendredi.

Cette victoire leur a valu 98 points et un « X » à côté de leur nom au classement de la Conférence Ouest. Mais avec les Kings de Los Angeles un adversaire presque certain au premier tour, le moment leur a donné autre chose – se sentir prêt pour ce qui les attend.

READ  Les marins vont signer Robbie Ray

« On parle tout le temps d’adversité, et il y a deux façons de faire », a déclaré ce soir-là le gardien Mike Smith, encore meilleur que son homologue Darcy Quimper. « (Vous pouvez) vous apitoyer sur votre sort, ou simplement le retirer et faire quelque chose. Et j’ai vraiment envie de traverser des moments difficiles cette année qui ont permis à cette équipe de rester soudée, de grandir et de comprendre ce qu’il faut pour gagner un hockey serré. Jeux.

« Il est facile d’arrêter de jouer quand les choses tournent mal et d’abandonner. Mais il est difficile de traverser ces moments difficiles et d’en faire quelque chose. Faites quelque chose à ce sujet », a-t-il déclaré. n’ira pas dans votre sens. Mais vous devez juste vous y tenir, et rester ensemble en tant que groupe et de bonnes choses se produiront.

Il y a un an, cette équipe a participé à une série éliminatoire contre les Jets de Winnipeg après avoir affronté les Jets toute la saison. Ensuite, ils ont été brutalement balayés et laissés pour réfléchir à ce qui leur manquait dans les séries éliminatoires, alors que la saison régulière s’était tranquillement terminée.

La saison régulière de cette année a été encore plus difficile. Mais quand on regarde ce qu’est cette équipe aujourd’hui, elle est infiniment supérieure à celle qui est devenue la vadrouille de Winnipeg au printemps dernier.

Kane était une menace sur le côté gauche de McDavid, une combinaison de vitesse, de force et de sniping, avec une attitude de snowboard contagieuse, menant ses coéquipiers dans le combat proverbial.

READ  Bownis quitte son poste d'entraîneur des Stars après trois saisons

Nouveau Zach Hyman, un dur à cuire et un professionnel avec 25 buts qui rend ses copains meilleurs et contrôle le front.

Duncan Keith est une mise à niveau principale, et c’est une mise à niveau majeure qui pourrait être exploitée si Darnell Nurse – qui a quitté le match de vendredi en deuxième période – se blesse pendant un certain temps. Smith est de retour, et il joue mieux aujourd’hui qu’il y a un an.

Conor McDavid est aujourd’hui le double du 200 pieds qu’il était il y a un an, et Drystel s’est également amélioré, partant d’un point de départ bien en avance sur le capitaine. Avec Ryan Nugent-Hopkins concentré sur la troisième séquence et le jeune Ryan McLeod quatrième, les Oilers ont un avantage solide au milieu, un trait essentiel pour tout club décent.

Et maintenant, pour la première fois en trois ans, ils vont tout balancer devant la folle ville du hockey qui est prête à jouer à nouveau sa part dans tout ça.

L’endroit était en feu vendredi. Lorsque les séries éliminatoires s’ouvriront en mai, cette scène du vendredi ressemblera à une promenade à l’église.

« Cette atmosphère fait partie de ce pour quoi nous jouons », sourit Driestel. « En fin de compte, l’objectif principal est de gagner la Coupe Stanley, et c’est amusant de voir ces gens venir nous encourager. Même lorsque les choses ne vont pas dans notre sens, ils semblent trouver un moyen de soutenir nous.

« Nous sommes ravis d’y être. Cette première étape est terminée. »