juillet 1, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Selon l’enquête, près d’un propriétaire sur quatre déclare qu’il devra vendre sa maison si les taux d’intérêt augmentent encore.

Près d’un propriétaire sur quatre dit qu’il devra vendre sa maison si les taux d’intérêt augmentent encore, selon une nouvelle enquête sur la dette de la Banque Manuvie du Canada.

L’enquête, qui a été menée entre le 14 avril et le 20 avril, a également révélé que 18 % des propriétaires interrogés sont déjà à un point où ils ne peuvent pas payer leur maison.

Le sondage a révélé que plus d’un Canadien sur cinq s’attend à ce que des taux d’intérêt plus élevés aient un « impact négatif important » sur son hypothèque, sa dette et sa situation financière.

La Banque du Canada est toujours sur la bonne voie pour augmenter les taux d’intérêt alors qu’elle tente de maîtriser l’inflation, qui a maintenant atteint un sommet en 31 ans de 6,8 %. Le 1er juin, la banque centrale a relevé le taux directeur d’un demi-point de pourcentage, à 1,5 %.

La baisse des taux d’intérêt pendant la pandémie a augmenté la demande de biens immobiliers, ce qui a entraîné une hausse des prix des logements.

« Certains Canadiens ont pris la décision de contracter leur hypothèque en fonction de ce pour quoi ils peuvent être approuvés et n’ont peut-être pas eu de conseils financiers pour dire :  » Je sais que je peux obtenir une approbation pour une hypothèque à ce niveau particulier, mais qu’est-ce qui peut J’ai vraiment les moyens ??  »

Regarder | Avertissement aux propriétaires:

La Banque du Canada met en garde les propriétaires contre la hausse des taux hypothécaires

La chroniqueuse en finances personnelles Rubina Ahmed Haq affirme que la Banque du Canada veille à ce que les gens soient prêts à payer des versements hypothécaires plus élevés au cours des prochaines années.

READ  Dans quelle mesure la hausse des taux de la Banque du Canada affectera-t-elle votre budget familial? - voter

Mais Fitzgerald dit qu’il est important de se rappeler que l’enquête est un indicateur de ce que les Canadiens pensent de leur situation financière plutôt qu’un reflet de leur risque financier réel.

« Il y a beaucoup de spéculations là-bas », a-t-elle déclaré. « J’encouragerais simplement les Canadiens à se trouver un bon conseiller financier certifié qui est habitué à faire face à ce genre de scénarios. »

Le sondage de Manuvie a également révélé que les deux tiers des Canadiens ne considèrent pas l’accession à la propriété comme abordable dans leur communauté locale.

De plus, près de la moitié des Canadiens lourdement endettés disent que la dette affecte leur santé mentale, et près de 50 % des Canadiens disent qu’ils auraient du mal à faire face à des dépenses soudaines.