octobre 25, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Ottawa a appelé à la répression sur Facebook après le témoignage d’un dénonciateur devant le Sénat américain

Les experts en technologie et les personnes qui luttent contre la haine en ligne affirment que le témoignage étonnant d’un ancien employé de Facebook cette semaine devrait inciter Ottawa à freiner le géant des médias sociaux avec des réglementations plus strictes et plus complètes.

Frances Hogan, une ancienne data scientist de Facebook, a déclaré mardi aux sénateurs américains que Facebook utilisait délibérément des produits qui “nuisent aux enfants, alimentent la division et affaiblissent notre démocratie”.

Elle a appelé le gouvernement américain à agir, affirmant qu’une surveillance stricte est devenue la seule solution viable depuis que l’entreprise a choisi le profit plutôt que la sécurité de ses utilisateurs.

Le gouvernement libéral réélu a déclaré qu’il prévoyait d’éliminer les discours de haine sur les réseaux sociaux dans une future législation – mais le témoignage de Haugen a certains observateurs disant que le gouvernement doit repenser complètement la façon dont les entreprises comme Facebook sont réglementées.

« Le débat doit être beaucoup plus vaste en termes d’organisation », a déclaré Ramona Pringle, professeure à l’Université Ryerson qui étudie les médias sociaux.

“Si nous ne voyons pas de nouvelle législation, la crainte est que les choses deviennent très sombres.”

La certification « renforce » ce que certains savent déjà

Haugen, qui a rejoint Facebook en 2019 et l’a quitté en mai, a déclaré que la société avait échoué à plusieurs reprises à travailler sur des recherches internes montrant que ses produits – en particulier Instagram – pouvaient nuire aux adolescents en exacerbant leurs problèmes d’image corporelle.

Haugen a également affirmé que Facebook avait volontairement utilisé du contenu haineux pour maintenir l’engagement des utilisateurs.

READ  Les Israéliens se précipitent pour stimuler la campagne de masse pour le troisième tir de COVID-19
L’ancienne data scientist et lanceuse d’alerte de Facebook, Frances Hogan, affirme que Facebook préfère systématiquement le profit à la sécurité, ce qui nécessite des réglementations gouvernementales plus strictes. (Jabin Botsford Ball/Getty Images)

«Ces nouvelles informations ne font que renforcer les recherches qui existent déjà depuis longtemps», a déclaré Fred Khan, fondateur de Canadiens unis contre la haine.

Khan a fait pression sur le gouvernement pour lutter contre les discours de haine sur les réseaux sociaux par le biais d’une réglementation stricte. Il a déclaré qu’il aimerait que cette législation inclue des amendes et la possibilité de poursuites pénales contre les dirigeants de la technologie.

“Je ne pense pas qu’ils aient intérêt à faire cela”, a-t-il déclaré à propos de la réponse du gouvernement jusqu’à présent.

Le récit de Haugen sur les problèmes de Facebook était vrai de l’ancienne députée libérale Catherine McKenna, qui a déclaré que des entreprises comme Twitter et Facebook n’avaient montré aucun intérêt à protéger les victimes de contenu haineux en ligne.

“Ils sont restés les bras croisés et n’ont presque rien fait”, a écrit McKenna sur Twitter.

McKenna a souvent été la cible d’attaques misogynes au cours de ses quatre années en tant que ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada.

Un dirigeant de Facebook Canada a déclaré plus tôt cette année que la société accueillerait favorablement les réglementations gouvernementales concernant le type de contenu pouvant être publié.

Dans un courriel à CBC News, un porte-parole de Facebook Canada a réitéré ce message tout en rejetant l’affirmation de Haugen selon laquelle Facebook compromet intentionnellement la sécurité de ses utilisateurs.

“Nous n’avons absolument aucune incitation commerciale, aucune incitation morale et aucune incitation à l’échelle de l’entreprise à faire autre chose que d’essayer de donner au plus grand nombre l’expérience la plus positive possible sur Facebook”, indique le communiqué.

Ottawa ira bientôt de l’avant avec une nouvelle loi

Le gouvernement libéral a promis de présenter une nouvelle législation dans les 100 premiers jours pour lutter contre les discours haineux en ligne en tenant les entreprises responsables du contenu qui apparaît sur leurs plateformes.

Dans un courriel à CBC News, le bureau du ministre du Patrimoine canadien, Stephen Gilbolt, n’a indiqué aucun plan pour renouveler son approche envers Facebook et d’autres géants des médias sociaux à la suite du témoignage de Haugen et appelle à davantage d’action du gouvernement.

Un porte-parole de Guilbeault a noté d’autres projets de loi liés aux médias sociaux, notamment un plan pour promouvoir et financer le contenu canadien et des règles qui obligeraient les entreprises à payer les médias canadiens lorsque leur contenu apparaît sur les plateformes de médias sociaux.

Le ministère n’a pas rendu Guilbeault disponible pour l’entrevue.

Ramona Pringle, professeure adjointe à l’Université Ryerson, a déclaré que le gouvernement fédéral devrait présenter une législation plus complète qu’il ne l’avait prévu. (David Luz © 2018)

Pringle a déclaré qu’Ottawa devrait envisager d’autres options qui répondraient directement aux préoccupations concernant les discours de haine, semant la division et promouvant l’extrémisme en ligne.

Elle était d’accord avec la comparaison de Haugen entre Facebook et les sociétés de tabac au XXe siècle – des sociétés qui cachaient des informations préjudiciables sur les effets de leurs produits.

Ces découvertes ont finalement conduit à des mesures gouvernementales, telles que l’interdiction de la publicité pour le tabac et l’apposition d’étiquettes de mise en garde sur les produits du tabac.

Pringle a déclaré que Facebook semble peu susceptible de résoudre ces problèmes seul.

“Il doit y avoir une surveillance indépendante. Il doit y avoir une participation du gouvernement à ce stade”, a-t-elle déclaré.