octobre 17, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les talibans demandent à s’adresser à l’Assemblée générale des Nations Unies

Les talibans ont demandé aux dirigeants mondiaux de s’adresser aux Nations Unies à New York cette semaine et ont nommé leur porte-parole à Doha, Suhail Shaheen, ambassadeur d’Afghanistan auprès des Nations Unies, selon une lettre consultée par Reuters mardi.

Le ministre taliban des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaki, en a fait la demande lundi dans une lettre adressée au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Mottaki a demandé à prendre la parole lors de la réunion annuelle de haut niveau de l’Assemblée générale, qui se termine lundi prochain.

Le porte-parole de Guterres, Farhan Haq, a confirmé le message de Mottaki. Cette décision constitue une confrontation avec Ghulam Izakzai, l’ambassadeur de l’ONU à New York qui représente le gouvernement afghan renversé par les talibans le mois dernier.

Haq a déclaré que les candidatures concurrentes pour le siège de l’Afghanistan aux Nations Unies avaient été envoyées au comité de vérification des pouvoirs composé de neuf membres, qui comprend les États-Unis, la Chine et la Russie. Il est peu probable que le comité se réunisse sur la question avant lundi, il est donc douteux que le ministre des Affaires étrangères des talibans s’adresse à l’instance mondiale.

L’acceptation éventuelle par l’ONU de l’ambassadeur des talibans serait une étape importante dans la quête du groupe islamiste militant pour une reconnaissance internationale, ce qui pourrait aider à libérer des fonds indispensables pour l’économie afghane à court d’argent.

Guterres a déclaré que le désir des talibans d’une reconnaissance internationale est le seul levier que les autres pays devraient faire pression pour un gouvernement inclusif et le respect des droits, en particulier pour les femmes, en Afghanistan.

READ  Le Secrétaire général des Nations Unies : Le monde est à un moment charnière et va dans la mauvaise direction

La lettre indiquait que le rôle de l’ambassadeur Isaaczai était « terminé ».

Haq a déclaré que le message des talibans indiquait que la mission d’Isaacze était “considérée comme terminée et qu’il ne représentait plus l’Afghanistan”.

Jusqu’à ce qu’une décision soit prise par le Comité de vérification des pouvoirs, Isakzai restera en place, conformément aux règles de l’Assemblée générale. Il est actuellement programmé pour prononcer un discours le dernier jour de la réunion le 27 septembre, mais il n’était pas immédiatement clair si un pays pourrait s’opposer à la suite du discours des talibans.

Le ministre taliban des Affaires étrangères Amir Khan Muttaki, vu ici lorsqu’il était ministre de l’Éducation en Afghanistan sous le régime taliban il y a 20 ans, écoute la question d’un journaliste lors d’une conférence de presse à Kaboul le 5 novembre 2001. (Syed Salahuddin/Reuters)

Le comité se réunit traditionnellement en octobre ou novembre pour évaluer les pouvoirs de tous les membres de l’ONU avant de soumettre un rapport pour approbation par l’Assemblée générale avant la fin de l’année. Les diplomates ont déclaré que le comité et l’Assemblée générale travaillaient généralement à l’unanimité sur les pouvoirs.

Les autres membres du comité sont les Bahamas, le Bhoutan, le Chili, la Namibie, la Sierra Leone et la Suède.

Lorsque les talibans ont régné pour la dernière fois entre 1996 et 2001, l’ambassadeur du gouvernement afghan qu’ils ont évincé est resté le représentant de l’ONU après que la commission de vérification des pouvoirs a retardé sa décision sur les revendications concurrentes pour le siège.

Le rapport du comité indique que la décision a été reportée “au motif que les représentants actuels de l’Afghanistan accrédités auprès des Nations Unies continueront de participer aux travaux de l’Assemblée générale”.

Regarder | Biden dit aux Nations Unies qu’il visera à coopérer pour faire face aux menaces communes :

Biden cherche une coopération pour des menaces communes, pas une “nouvelle guerre froide”

Le président américain Joe Biden a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies qu’il travaillerait avec n’importe quel pays pour aider à faire face aux risques mondiaux importants. (Eduardo Munoz/Reuters 0:56