mars 4, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le taux de pénalité pour les impôts en retard de la part de l’Autorité fédérale de régulation des revenus augmentera à 10 pour cent, incitant les conseillers fiscaux à modifier leur stratégie.

Le taux de pénalité pour les impôts en retard de la part de l’Autorité fédérale de régulation des revenus augmentera à 10 pour cent, incitant les conseillers fiscaux à modifier leur stratégie.

Ouvrez cette image dans la galerie :

Siège social national de l’Agence du revenu du Canada à Ottawa le 19 avril.Blair Gable/Reuters

Le taux d’intérêt de l’Agence du revenu du Canada sur les arriérés d’impôts augmentera bientôt à 10 pour cent, rendant le remboursement de l’agence plus coûteux et une plus grande priorité pour de nombreux particuliers et propriétaires de petites entreprises déjà à bout de souffle, disent les fiscalistes.

Jusqu’à l’année dernière, le taux d’intérêt sur les impôts impayés était suffisamment bas pour ne pas toujours constituer une priorité financière majeure, ont déclaré plusieurs comptables au Globe and Mail. Depuis 2007, le taux est resté stable à cinq ou six pour cent, un niveau gérable pour la plupart des gens.

Mais cela a changé ces derniers mois. Au deuxième trimestre 2022, le taux d’intérêt sur les impôts impayés a commencé à augmenter fortement, pour atteindre désormais 9 %.

Au premier trimestre 2024, hors mesures spéciales de la loi sur la reconstruction, le taux passera de 9 % à 10 %, soit le double de ce qu’il a été pendant la majeure partie de la dernière décennie. La TRA répertorie les taux trimestriels à partir de 2006 sur son site Web actuel, et ce serait la première fois depuis lors que le taux atteint deux chiffres.

Pour de nombreux particuliers et propriétaires d’entreprises canadiens, il s’agit d’un autre coût qui pèse sur leurs revenus et d’un autre fardeau causé par la hausse des taux d’intérêt. Le montant dû s’accumule quotidiennement et les intérêts viennent s’ajouter aux autres pénalités de retard.

READ  Le prix de la meilleure expérience de brasserie est désormais ouvert au vote, y compris BNA et d'autres favoris locaux - BC News

« Même quand c’était 5%, ce n’était pas amusant. Mais parfois, c’était une décision commerciale concernant les flux de trésorerie. Maintenant, c’est « De toute évidence, c’est devenu une décision beaucoup plus coûteuse. »

Nina Iosupova, porte-parole de l’ARC L’agence calcule toujours le taux et le publiera « dans un avenir proche », a indiqué l’agence.

Cependant, le taux est calculé à l’aide d’une formule législative publiée dans le Règlement de l’impôt sur le revenu canadien, basée sur les rendements des obligations du Trésor du gouvernement canadien à trois mois. Les rendements utilisés pour calculer le taux d’intérêt pour le premier trimestre de 2024 ont été publiés par Finances Canada le 1er novembre.

Joseph Devaney, comptable et directeur de la plateforme d’éducation financière Video Tax News qui a calculé l’augmentation à venir, a déclaré que les contribuables devraient donner la priorité au remboursement anticipé des impôts impayés.

« Cette énorme augmentation a frappé les gens. Ils ne l’ont pas prise au sérieux jusqu’à cette année », a déclaré M. Devaney.

Sharon Berry, comptable et fiscaliste pour petites entreprises qui dirige Sharon Berry & Associates à Coquitlam, en Colombie-Britannique, a déclaré que le plus grand changement dans ses conseils aux clients est de commencer à payer des acomptes provisionnels d’impôt lorsque l’Agence du revenu du Canada leur demande d’éviter de payer des intérêts.

Les acomptes provisionnels sont des paiements à l’ARC effectués tout au long de l’année pour couvrir les impôts généralement payés en avril de l’année suivante, de la même manière qu’un employeur déduit l’impôt directement du chèque de paie d’un employé. Cela concerne particulièrement les personnes qui travaillent à leur compte, qui perçoivent des revenus de location ou de placement, qui perçoivent certaines pensions ou qui ont des revenus provenant de plusieurs emplois.

READ  Le cloud et les unités publicitaires d'Amazon compensent le commerce électronique plat

Les contribuables individuels seront tenus par la TRA de payer des acomptes s’ils remplissent deux conditions : si leur impôt net pour l’année en cours est supérieur à 3 000 $ et que l’impôt qu’ils devaient au cours de l’une des deux années précédentes était supérieur à 3 000 $. (Au Québec, ces chiffres sont de 1 800 $.) L’ARC envoie des lettres aux personnes susceptibles de devoir payer des cotisations.

Si un particulier ne paie pas un acompte, paie en retard ou ne paie pas suffisamment, l’ARC lui facturera des intérêts rétroactivement.

Jusqu’à présent, dit Berry, elle n’a pas poussé ses clients à payer des acomptes à l’avance s’ils ne sont pas sûrs d’atteindre le seuil de 3 000 $, car les frais d’intérêts de retard étaient « faciles » s’ils le dépassaient déjà. Elle a ajouté qu’avec le doublement des taux d’intérêt, les intérêts sont devenus un problème bien plus important.

« Mon conseil est maintenant le suivant : vous devez vraiment envisager de payer cet argent de toutes les manières possibles, car les prix sont élevés », a déclaré Perry.

Pour éviter d’avoir à payer des intérêts supplémentaires en cas de versements insuffisants, elle recommande de payer des versements trimestriels supplémentaires et de payer tôt. En payant tôt, les contribuables reçoivent en retour une partie des intérêts du crédit à tempérament, bien que ceux-ci ne puissent être utilisés que pour payer d’autres modifications des intérêts au cours de la même année.

« Si vous êtes absolument sûr de ne pas devoir payer d’impôts à la fin de 2023, vous pouvez ignorer tous les paiements de rente, mais vous feriez mieux d’avoir raison, sinon vous devrez payer des frais importants », a déclaré M. Devaney. Il a dit. « Beaucoup de gens empruntent cette voie et sont ensuite surpris lorsqu’ils obtiennent un dividende ou une plus-value importante et inattendue à la fin de l’année. »

READ  Citi ne voit pas 100 $ de pétrole malgré le choc des coupes de l'OPEP+