juin 24, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L'Airbus français veut faciliter les voyages en hélicoptère en Inde

L'Airbus français veut faciliter les voyages en hélicoptère en Inde

Le groupe indien Tata Business Group et le français Airbus ont signé un accord pour fabriquer des hélicoptères civils, dans l'espoir de dynamiser un secteur négligé du marché aéronautique indien au sens large. Il s’agit de la dernière d’une série de collaborations aéronautiques prometteuses entre les deux pays.

Publié sur :

2 minutes

Les deux groupes ont signé l'accord lors de la récente visite du président français Emmanuel Macron à Delhi, avec la promesse d'une chaîne de montage à part entière en Inde d'ici 2026.

Le projet s'inscrit dans le cadre du plan à long terme de Delhi Fabriquer en Inde La propagande. Il s'agit de l'un des plans phares du Premier ministre indien Narendra Modi visant à réduire la dépendance aux importations en favorisant la production nationale, créant ainsi 100 millions d'emplois.

UN RapportGuillaume Faury, PDG d'Airbus, a déclaré : « Un hélicoptère civil « Made in India » symbolisera non seulement une nouvelle Inde prometteuse, mais libérera également le véritable potentiel du marché des hélicoptères dans le pays.

Vol daté

L'entreprise française, qui fournit déjà son hélicoptère H125 à plus de 2 500 opérateurs dans 133 pays, affirme que le projet va « catalyser » le marché indien, actuellement desservi par des machines obsolètes.

Avec seulement environ 300 hélicoptères civils en service, l'Inde a réduit les tarifs aériens de 25 pour cent l'année dernière dans le but de rendre les voyages en hélicoptère plus abordables.

Le pays se développe comme l'un des pays du monde Les plus grands marchés aériens, les opérations héliportées sont plus strictement policières. Malgré les promesses de libéralisation des politiques aériennes, il n’existe que 46 routes approuvées par le gouvernement.

READ  Le slogliner français respire à travers les chinois depuis la tour Eiffel

Les experts affirment que la campagne visant à augmenter les vols de passagers a également connu des difficultés face à la pandémie de coronavirus, au conflit russo-ukrainien et aux hostilités entre le Hamas et Israël.

Outre le transport de passagers et de marchandises, Airbus affirme que ses six hélicoptères de passagers seront utilisés pour « les services médicaux d'urgence, la gestion des catastrophes, les forces de l'ordre, le tourisme et les missions aériennes » en Inde.

Élargir les relations

Il s'agit du dernier projet majeur de Tata, qui a pris le contrôle d'Air India depuis juin, en passant des commandes de 250 avions Airbus et de 220 nouveaux avions Boeing pour une valeur de 65 milliards d'euros.

C'est la deuxième fois que le géant français de l'aviation est engagé pour installer une chaîne d'assemblage basée en Inde, après un contrat de 2,46 milliards d'euros avec Tata pour la construction de l'avion de transport militaire Airbus C295 pour l'armée de l'air indienne.

Le motoriste français Safron s'est également déclaré prêt à remplacer la technologie nécessaire à la construction de moteurs d'avions de combat dans le pays.

Selon le ministre indien des Affaires étrangères Vinay Quadra, la France et l'Inde souhaitent explorer les opportunités de partenariat industriel donnant la priorité à « la co-conception, le co-développement et la co-production de matériel militaire ».

Il a ajouté que les chaînes d’approvisionnement de défense qui en résulteraient pourraient contribuer à la coopération en matière de défense avec d’autres pays.

L'espace, le lancement de satellites, la recherche sur les énergies propres, la santé et l'administration publique font partie des autres secteurs qui ont collaboré avec la France, a déclaré Cuadra.

READ  Les passagers des compagnies aériennes françaises font face à une hausse de 20% des tarifs en raison du coût du carburant

L'Inde et la France ont décidé de coopérer dans l'océan Indien en mettant en place des missions conjointes de surveillance qui seront lancées depuis la région insulaire française de la Réunion en 2020 et 2022.