juin 17, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La plupart des pays d’Afrique de l’Ouest sont prêts à rejoindre la Force en attente au Niger : Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest |  Nouvelles

La plupart des pays d’Afrique de l’Ouest sont prêts à rejoindre la Force en attente au Niger : Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest | Nouvelles

Le commissaire de la CEDEAO a déclaré que tous les États membres rejoindraient la force, à l’exception de ceux sous régime militaire et du Cap-Vert.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a déclaré que la plupart de ses États membres sont prêts à participer à une force en attente qui pourrait intervenir au Niger après un coup d’État à la fin du mois dernier.

Les dirigeants de la défense du bloc régional de 15 membres se sont réunis à Accra jeudi dans le cadre des derniers efforts visant à renverser Mohamed Bazoum, le président du Niger qui a été renversé lors d’un coup d’État le 26 juillet.

Le commissaire de la CEDEAO, Abdelfatou Moussa, a déclaré jeudi que tous les États membres, à l’exception de ceux sous régime militaire et du Cap-Vert, étaient prêts à participer à la force en attente.

Le chef d’état-major nigérian, le général Christopher Jawaben Musa, a déclaré au début de la réunion de deux jours à Accra : « La démocratie est ce que nous défendons et ce que nous encourageons ». « L’objectif de notre rassemblement n’est pas seulement de répondre aux événements, mais de tracer une voie proactive qui mène à la paix et favorise la stabilité. »

La réunion pour discuter de la crise au Niger intervient après l’expiration d’un ultimatum du 6 août aux soldats rebelles pour libérer Bazoum et le réintégrer ou faire face à une intervention militaire. Bazoum reste assigné à résidence avec sa femme et son fils dans la capitale, Niamey.

Le bloc discute depuis des semaines du recours à la force, qu’il qualifie de « dernier recours », en raison de plusieurs équipes de médiation qu’il a envoyées à Niamey et aussi en raison de l’absence de consensus dans ses rangs.

READ  Seattle va interdire la discrimination de classe

Le Burkina Faso et le Mali, qui ont connu de multiples coups d’État depuis 2020, ont averti que toute intervention militaire au Niger serait déclarée un acte de guerre, révélant une division dans la région entre ses États côtiers et ceux de la région instable du Sahel.

La Guinée, qui est également sous régime militaire et condamne toute agression extérieure, a refusé de commenter davantage.

Charles Stratford d’Al Jazeera, s’exprimant depuis la frontière du Ghana avec le Burkina Faso, a déclaré jeudi que les autorités ghanéennes craignaient de provoquer son voisin immédiat, avec lequel il a des liens culturels et des accords de coopération militaire.

Le principal organe de sécurité de l’Union africaine s’est réuni lundi pour discuter de l’opportunité de soutenir une intervention militaire, mais n’a pas encore annoncé sa décision.

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine peut opposer son veto à toute intervention militaire s’il estime que la stabilité plus large du continent en est menacée. Si vous refusez d’utiliser la force, il y a peu de motifs sur lesquels la CEDEAO peut revendiquer une justification légale.

Ceci est une histoire en développement. Plus à suivre.