mai 18, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

En France, le nouveau médicament pour la santé mentale : visites de musées

En France, le nouveau médicament pour la santé mentale : visites de musées

Depuis septembre, des petits groupes viennent au Studio Le Hamo au Palais de Tokyo, musée d'art moderne à Paris, pour différents types d'art-thérapie. Cela met l'accent bien mieux – (Sentiment) Très bien – Pour ceux qui souffrent de névrose ou de santé mentale.

Cela fait partie d’une initiative plus large à travers la France visant à intégrer l’art, la culture et les visites individuelles de musées dans les plans de soins individuels. Le monde de l'art français joue un rôle majeur dans la santé publique, qu'il s'agisse de problèmes de santé mentale, de maladies chroniques ou de handicaps, en aidant les gens à trouver une communauté et à se sentir mieux.

Pourquoi avons-nous écrit cela ?

Une histoire ciblée

Visiter un musée peut-il être thérapeutique ? Un partenariat de thérapeutes, d'agents de santé et d'éducateurs en France crée des parcours permettant aux médecins de « recommander » des visites de musées et des interactions artistiques à ceux qui ont besoin de soins de santé mentale.

Les défenseurs affirment que les musées peuvent être plus qu’une rencontre à sens unique avec l’art. Ils peuvent améliorer la participation, le bien-être et aider les gens à surmonter l’isolement social, la dépression et l’anxiété – surtout après la pandémie de COVID-19.

« Les musées sont ces milieux exceptionnels où tout est beau et où l'on peut ralentir. C'est comme se promener en forêt, explique Nathalie Bondil, pionnière dans le domaine de la muséothérapie. Pour beaucoup, aller au musée n'est pas naturel. Mais il y a quelque chose de puissant dans la confrontation directe avec une œuvre d’art, et elle peut présenter des avantages à plusieurs niveaux.

READ  Paper talk: le talent national vient au premier plan pour jouer la France en Angleterre

Un grand studio est situé à l'arrière du Palais de Tokyo, musée d'art moderne à Paris. Appelé Le Hamo, comme le mot français pour hameau, c'est comme son homophone : confortable et accueillant. Des étagères en céramique en forme de ver présentent des œuvres d'art amateurs : des figurines en argile de couleur rouille et des sculptures fabriquées à partir de vieilles piles, de carton et de cure-dents.

Depuis septembre, de petits groupes viennent au studio pour des ateliers d'art, visitant souvent le musée. Aujourd’hui, quatre jeunes adultes reçoivent un diagnostic d’autisme.Navire infini», l’artiste algérienne Dalila Dallas Bowser, une voisine.

La médiatrice culturelle résidente Lorraine Sooty étend un tissu noir sur le sol et étend des morceaux de ficelle blanche, encourageant le groupe à recréer l'œuvre d'art. Un jeune homme vêtu d'un sweat-shirt mauve tord le fil en lignes courbes et place des boules de coton colorées sur les bords. Bien qu’il soit sans voix, un large sourire apparaît sur son visage – tout comme lors de sa rencontre avec le fragment original.

Pourquoi avons-nous écrit cela ?

Une histoire ciblée

Visiter un musée peut-il être thérapeutique ? Un partenariat de thérapeutes, d'agents de santé et d'éducateurs en France crée des parcours permettant aux médecins de « recommander » des visites de musées et des interactions artistiques à ceux qui ont besoin de soins de santé mentale.

Le Hamo va au-delà de l’art-thérapie traditionnelle. Au lieu de cela, il se concentre sur bien mieux – (Sentiment) Très bien – Pour ceux qui souffrent de névrose ou de santé mentale. Cela fait partie d’un effort plus large visant à intégrer l’art, la culture et les visites individuelles de musées dans les plans de soins individuels.

READ  Les Tigres ont de nouveau marqué 90 points lors d'un match hors-concours du tour de France

Le monde de l'art français joue un rôle majeur dans la santé publique, qu'il s'agisse de problèmes de santé mentale, de maladies chroniques ou de handicaps, en aidant les gens à trouver une communauté et à se sentir mieux. Les défenseurs affirment que les musées peuvent être plus qu’une rencontre à sens unique avec l’art. Ils peuvent améliorer la participation, le bien-être et aider les gens à surmonter l’isolement social, la dépression et l’anxiété – surtout après la pandémie de COVID-19.

« Les musées sont ces environnements exceptionnels où tout est beau et où l'on peut ralentir. C'est comme se promener en forêt », explique Nathalie Pontil, pionnière dans le domaine de la muséothérapie et directrice de musées et d'expositions à l'Institut du Monde Arabe à Paris. « Pour beaucoup de gens, aller au musée n'est pas naturel. Mais il y a quelque chose de puissant dans la confrontation directe avec une œuvre d’art, et elle peut présenter des avantages à plusieurs niveaux.

Colette Davidson

« Infinite Vessel » de l'artiste algérienne Dalila Bowser, décembre 2017. 9 septembre 2023 Un petit groupe de jeunes participant à un atelier d'art au Hamo a été amené à réfléchir.

« Une fenêtre bonjour »

Le concept de thérapie muséale existe depuis les années 1980, mais il a fait un grand pas en avant dans les années 2010. Le Musée d'Art Moderne de New York avait des programmes tels que Meet Me, qui ont aidé l'art expérientiel pour les personnes diagnostiquées avec la maladie d'Alzheimer de 2007 à 2014. Et le Musée des beaux-arts de Montréal a lancé une aile complète d'art-thérapie et d'éducation en 2017.