novembre 27, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Covid-19 : l’Allemagne enregistre un nombre record de cas

L’Allemagne a signalé la plus forte augmentation d’infections au COVID-19 en une seule journée, la chancelière Angela Merkel affirmant que la situation « dramatique » était le résultat d’une quatrième vague qui « a frappé notre pays de plein fouet ».

L’Institut Robert Koch (RKI), le centre allemand de lutte contre les maladies et le contrôle, a signalé 65 371 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures, soit une augmentation de 12 545 nouvelles infections par rapport à la période précédente de 24 heures.

Mais ces chiffres ne sont probablement pas signalés, et la véritable ampleur de l’infection pourrait être « double ou triple », a déclaré le chef du RKI, Lothar Wheeler, lors d’une discussion en ligne avec le Premier ministre de la Saxe, Michael Kretschmer, mercredi soir.

Le pays a signalé 264 décès liés au COVID-19 de mercredi à jeudi, portant le nombre total de décès depuis le début de la pandémie à 98 000 en Allemagne, selon les données de RKI.

Le taux d’infection sur sept jours en Allemagne a également atteint des niveaux record de 336,9 cas pour 100 000 personnes, contre 249,1 cas signalés il y a une semaine, selon RKI.

L’Allemagne a l’un des taux de vaccination les plus bas d’Europe occidentale, avec un peu plus de 67% de la population complètement vaccinée. Environ 33% n’ont aucune protection contre le virus, selon le RKI.

Les experts disent que c’est l’une des raisons pour lesquelles les infections montent en flèche à des niveaux records.

« La situation épidémiologique actuelle en Allemagne est tragique, et je ne peux pas le dire autrement », a déclaré mercredi la chancelière Merkel aux maires de toute l’Allemagne.

READ  L'acteur Jean-Paul Belmondo décède à l'âge de 88 ans à Paris

Les hospitalisations et les décès restent à un niveau beaucoup plus bas qu’au sommet précédent, mais les lacunes de la couverture vaccinale du pays sont de plus en plus préoccupantes à l’approche des mois d’hiver.

« Ce serait une catastrophe de ne travailler que lorsque les unités de soins intensifs sont pleines, car ce serait trop tard », a-t-elle ajouté.

« Lock Divorcé’

Cette situation signifie que l’Allemagne est en passe de devenir le prochain pays à imposer des règles plus strictes à ceux qui ne sont pas complètement vaccinés. Trois partis qui composent le futur nouveau gouvernement de coalition du pays discuteront jeudi d’un projet de loi qui mettrait en vigueur des règles plus strictes.

Les mesures proposées obligeraient les Allemands à fournir une preuve de vaccination ou un test négatif pour monter à bord d’un bus ou prendre un train, dans le cadre d’une expansion du système de « troisième génération » du pays qui nécessite soit l’entrée dans certains lieux et lieux. Les tests COVID-19 gratuits seront réintroduits ainsi que la permission de travailler à domicile dans la mesure du possible.

Le chef du Parti vert, Robert Habeck, a déclaré dimanche au radiodiffuseur public ARD que les règles en vigueur équivalaient à un « verrouillage pour les non-vaccinateurs ».

Merkel discutera également de la mise en œuvre de restrictions COVID-19 plus strictes avec les dirigeants allemands dans 16 États fédéraux.

Berlin a déjà imposé des restrictions aux personnes non vaccinées, à partir de lundi, une preuve de vaccination complète ou de rétablissement du COVID-19 au cours des six derniers mois est requise pour entrer dans les bars, restaurants, cinémas et autres lieux de divertissement.

Mais la vague actuelle d’infections affecte principalement les régions du sud et de l’est du pays, où la vaccination est plus faible.

Le rythme des vaccinations s’est accéléré alors que les autorités ont appelé le public à se faire vacciner. « Pour la première fois depuis août, plus de 500 000 citoyens allemands ont été vaccinés en une journée hier », a déclaré le ministre allemand de la Santé par intérim, Jens Spahn. Tweet jeudi.

Cela comprend 381 560 vaccins de rappel, a-t-il déclaré, « ce qui est très important pour briser cette quatrième vague ».

Le comité consultatif allemand sur les vaccins a recommandé jeudi l’utilisation de rappels pour toute personne de plus de 18 ans dans le but de traiter l’immunité affaiblie d’un régime à deux doses.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré mardi que malgré la disponibilité des vaccins plus largement cet hiver par rapport à la période précédente, la variante européenne Delta a alimenté la quatrième vague, ce qui en fait la seule région la semaine dernière qui a connu une augmentation des décès liés au COVID. -19.

Si les mesures proposées par l’alliance sont acceptées, elles rapprocheraient l’Allemagne de son voisin du sud, l’Autriche, où un verrouillage visant spécifiquement les personnes non vaccinées est entré en vigueur lundi. Les personnes non vaccinées – plus d’un tiers de la population du pays – n’ont pas le droit de quitter leur domicile, sauf pour des raisons spécifiques.

Jeudi, il a été annoncé que le verrouillage serait étendu à tous les résidents vivant dans les provinces de Salzbourg et de Haute-Autriche, car « les nouvelles infections à coronavirus continuent d’augmenter fortement », selon le gouvernement local de Salzbourg. Il a écrit sur son site.

L’Autriche, où le taux de vaccination est inférieur à celui de l’Allemagne, souffre d’une grave vague d’infections et a enregistré jeudi un nouveau record de 15 145 par jour.

Le taux d’infection sur sept jours dans le pays a atteint un niveau record de 989 cas pour 100 000 habitants.

En revanche, l’Espagne et le Portugal ont évité le choc de la vague hivernale après avoir enregistré les taux de vaccination les plus élevés d’Europe.

La France, où près de 75 pour cent de sa population totale a été vaccinée, fait face à la nouvelle augmentation des infections mieux que ses voisins.

Près de cinq millions de Français ont reçu un vaccin de rappel contre le COVID, a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal dans une interview accordée au média français LCI.

« C’est beaucoup », a déclaré Attal. « Cela nous place au-dessus de la plupart de nos voisins européens, mais c’est encore très peu. » « Nous devons continuer. »