décembre 4, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les amateurs de vin français clarifient les problèmes climatiques et COVID-19 avec le nouveau Beaujolais

Les amateurs de vin français ont réussi la misère de mois de distanciation sociale des coronavirus et d’un été humide qui a affecté la production de vin, accueillant le nouveau Beaujolais dans les bars à travers le pays. Chaque automne, le troisième jeudi de novembre, les vignerons du Beaujolais commercialisent les premières bouteilles de la saison dans le cadre de la campagne annuelle « Le Beaujolais Nouveau est arrivé » qui a débuté dans les années 1960.

« S’il y avait un jour que nous pouvions appeler Renaissance Day, après toutes les crises que nous avons traversées, c’est aujourd’hui », a déclaré Alain Fontaine, propriétaire du Mesturet, en servant des coupes gratuites de Beaujolais sur le trottoir devant son restaurant parisien. . Les Parisiens aimaient le vin gratuit, même si le Beaujolais – un vin rouge léger vieilli seulement quelques semaines ou quelques mois – peine à dépasser l’image d’être bon marché.

« C’est un bon petit vin, dit Félix, un employé de la Bibliothèque nationale de France. Ce n’est pas le plus gros des grands vins, bien sûr, mais c’est amusant et très bon marché. » Les viticulteurs étaient moins optimistes car la France devrait produire sa plus faible production de vin depuis le début des records, après que les vignobles ont été touchés par les gelées printanières, le froid et les maladies.

Le ministère de l’Agriculture tablait sur une production totale inférieure d’un quart à la moyenne des cinq dernières années, la production de la région Bourgogne-Beaujolais étant parmi les plus durement touchées, avec une baisse de près de la moitié. a déclaré Julien, vigneron du Beaujolais Nouveau Revillon à Villie-Morgon, au nord de Lyon.

READ  Brown: Lynch's Weird Dune a conduit à une version comique plus brutale

Revlon a déclaré que bien que la production ait été une déception, les gens sont plus que jamais attachés à la tradition du Beaujolais, y voyant une opportunité de se réunir avec des amis et des collègues après des mois d’isolement. « Dans les moments difficiles, les gens s’accrochent aux traditions. Même pendant la guerre, on veut fêter Noël, même pendant une épidémie, on veut fêter le Beaujolais nouveau », a-t-il déclaré.

La Parisienne de 90 ans, Marie Françoise, qui au départ trouvait le nouveau Beaujolais trop piquant, a changé d’avis après une seconde dégustation. « C’est un bon vin, un très bon vin. Il n’y a pas de meilleur Beaujolais ! » Elle a dit.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux partagé.)