octobre 17, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Voyage passionnant et exotique au Festival international du film de Toronto

« Voulez-vous aller à l’orchestre ? » Une voix chuchota dans l’obscurité.

j’étais dedans Festival international du film de Toronto Et quelques instants auparavant, je venais de réaliser que j’étais le seul visiteur sur le vaste balcon très vide. Les années normales, ce théâtre de 2 000 places, pilier du festival, se remplit de spectateurs animés. Mais c’est tout naturellement que 2019 sera comme la foule. Je me sentais horriblement seul là-bas avec moi et un guide, alors j’ai dit certainement! Et il s’est précipité dans l’orchestre, s’est installé parmi les autres participants qui, peut-être comme moi, essayaient de feindre un sentiment d’unité – à bonne distance de Covid, bien sûr.

Le Festival du film de Toronto, l’un des plus grands événements cinématographiques au monde, a célébré son 46e anniversaire cette année et son plus sombre, sa deuxième année de spectacle pendant la pandémie. A plusieurs niveaux, c’est un succès : bien qu’en recul par rapport à l’ère pré-Corporate, le festival, qui s’achève samedi, a présenté environ 200 films, en présentiel et numériques, du monde entier. Il y avait des avant-premières, des panels et des tas de « Bonne journée ! du personnel. Benedict Cumberbatch – La star de Jane Campions “pouvoir de chien” Will Sharp”La vie électrique de Louis Wayne– est apparu via le chat satellite.

C’était à peu près la même chose avec une différence profonde. Plus que tout, le fait d’avoir assisté à des films dans des cinémas du festival étrangement abandonnés – des sièges dans des salles qui, selon les règles de sécurité canadiennes, ne peuvent pas dépasser 50 % de la capacité – s’est rappelé que le festival du film n’est pas seulement une série de nouvelles cinéma. Ce sont aussi des gens, liés ensemble, et généralement entassés ensemble, comme un seul sous le groove cinématographique. Il y a toujours la vulgarité, bien sûr, du tapis rouge et le buzz de la course aux Oscars, et j’ai vu beaucoup d’atrocités banales à Toronto, Sundance, et al. Mais même quand les films déçoivent, je suis toujours heureux dans un festival, je regarde avec des gens qui aiment les films comme moi.

READ  L'acteur et réalisateur français Edouard Baer parle de "Adieu à Paris !" À la Masterclass du Lumière Fest