juin 18, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Une vidéo virale d’une Torontoise met en lumière ses inquiétudes concernant l’accès au transport aérien

Une vidéo virale d’une Torontoise met en lumière ses inquiétudes concernant l’accès au transport aérien

Une Torontoise qui a été transportée d’un avion dans un escalier raide jusqu’à une chaise cassée dans l’allée raconte son histoire dans l’espoir que les voyageurs aériens ayant des besoins spéciaux n’auront pas à vivre le même cauchemar.

Tori Lacey, atteinte d’amyotrophie spinale, est une blogueuse de voyage qui utilise un fauteuil roulant électrique et a récemment publié sur les réseaux sociaux une expérience qu’elle a qualifiée de « terrifiante ». Plus tôt ce mois-ci, sur un vol d’Air Canada Rouge de Toronto à destination du Costa Rica, Lacey a dû être transportée sur un plateau de bagage à main situé dans l’allée – le dispositif de mobilité utilisé par les avions de ligne commerciaux – au lieu de la passerelle à réaction qu’elle avait demandée à l’avance. .

Lacy dit qu’elle n’avait pas été informée à l’avance qu’il n’y aurait pas de passerelle à réaction disponible à l’aéroport du Costa Rica ou que ce serait le plan prévu pour la faire descendre de l’avion.

« J’avais tellement peur, j’avais tellement peur de tomber », a-t-elle déclaré à CityNews, faisant référence à la vidéo virale sur son expérience qui a été visionnée plus de 10 millions de fois. « J’ai une maladie neuromusculaire, donc je n’ai aucune force musculaire et aucun contrôle de mon cou, et parce que le fauteuil couloir ne soutenait pas mon corps d’une manière ou d’une autre, et que les ceintures de sécurité ne fonctionnaient pas correctement, je n’étais pas correctement attaché au siège. chaise, et ma tête tombait sur le côté ».

Dans une déclaration à CityNews, Air Canada a déclaré que l’utilisation du pont était toujours l’option préférée de nos clients, en particulier des personnes handicapées, mais « malheureusement, ce n’était pas une option au Costa Rica pour ce vol ».

READ  Caractère : La facture d'énergie est la dernière goutte pour le campeur malheureux

« Nous avons des procédures permettant aux clients handicapés d’embarquer et de débarquer en toute sécurité dans de tels cas, et dans ce cas, tous les protocoles ont été suivis. »

La compagnie aérienne poursuit en précisant que, dans le cadre de ses plans d’accessibilité, elle révisera les procédures aéroportuaires, y compris dans les petits terminaux étrangers, dans le but de travailler avec les aéroports nationaux et d’autres partenaires pour trouver des moyens de fournir un service plus cohérent.

Air Canada s’est déjà engagée à déployer des mesures allant de l’embauche d’un responsable de l’accessibilité à la clientèle — ce qui est déjà en place — à l’exigence d’une formation annuelle pour ses 10 000 employés de première ligne dans le cadre d’un plan triennal.

Plus tôt cette année, le transporteur a formé un comité consultatif composé de clients handicapés et a lancé un « programme tournesol », dans le cadre duquel un cordon porté par les passagers signale au personnel qu’ils pourraient avoir besoin d’aide.

« Je pense que la situation dans son ensemble concerne vraiment l’accessibilité de ces avions et je sais que c’est un rêve plutôt réaliste, mais j’aimerais voir un moment dans ma vie où je pourrai rester dans mon fauteuil roulant dans ces avions et éviter ces transferts dangereux. « , dit Lacy.

Lors du Sommet national sur l’accessibilité aérienne tenu plus tôt ce mois-ci à Ottawa, les ministres fédéraux ont déclaré que l’industrie du transport aérien avait convenu d’apporter certains changements pour assurer des voyages fluides aux personnes handicapées, notamment un accord visant à créer un formulaire d’admission simplifié et standardisé au stade de la réservation pour les personnes handicapées. qui ont besoin… Pour soutenir l’accessibilité.

READ  Pourquoi les négociants en pétrole mettent-ils en garde contre l'achat de pétrole brut ?

Le ministre des Transports Pablo Rodriguez a déclaré que les changements devaient être mis en œuvre le plus rapidement possible, même s’il n’a pas fixé de délai ni promis de sanctions en cas de non-respect.

Les défenseurs ont également réclamé des mesures dissuasives plus fortes de la part de l’Office des transports du Canada. L’agence a noté une augmentation constante du nombre de mesures coercitives prises au cours des quatre dernières années. Les pénalités pour toutes les violations, y compris les violations en matière d’accessibilité, contre un groupe de transporteurs ont atteint 1,34 million de dollars au cours de la dernière année, contre 54 000 $ en 2020-2021.

Mais les défenseurs affirment que les problèmes vont au-delà d’une seule compagnie aérienne ou d’un seul organisme de réglementation, avec des « lacunes » dans la loi canadienne sur l’accès qui permettent des problèmes dans des domaines allant de la consultation aux protocoles d’assistance, malgré une refonte réglementaire de 2020 provoquée par cette législation.

Des fichiers de La Presse Canadienne ont été utilisés dans ce rapport