juin 18, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un comité de la Chambre des communes recommande au gouvernement fédéral de s’attaquer aux profits « excessifs » dans le secteur alimentaire – Business News

Un comité de la Chambre des communes recommande au gouvernement fédéral de s’attaquer aux profits « excessifs » dans le secteur alimentaire – Business News

Le gouvernement fédéral devrait envisager des politiques visant à lutter contre les « profits nets excessifs » dans l’industrie alimentaire, a déclaré le comité de la Chambre des communes chargé d’examiner les prix des denrées alimentaires dans son dernier rapport.

Le comité a recommandé que le gouvernement étudie les moyens de gérer ces profits dans « les secteurs monopolistiques et oligopolistiques de la chaîne d’approvisionnement alimentaire », qui, selon lui, conduisent à des prix plus élevés pour les agriculteurs et les consommateurs.

Dans un rapport soumis jeudi, le comité a détaillé ses recherches sur les causes de l’inflation des prix alimentaires et de l’insécurité au Canada, y compris des témoignages de haut niveau de directeurs d’épicerie au cours des derniers mois.

Les dirigeants de Loblaw, Metro, Empire, Walmart Canada et Costco, propriétaire de Sobeys, ont été confrontés à des questions de députés sur l’ampleur de leurs bénéfices dans un contexte d’inflation croissante des prix alimentaires, dont les épiciers affirment qu’ils n’ont pas indûment profité.

Le rapport du comité formule un certain nombre de recommandations allant de la réduction des obstacles à l’entrée des nouvelles entreprises au Canada à l’apport de modifications législatives pour renforcer le droit de la concurrence en matière de fusions.

Le comité a également recommandé que le gouvernement discute avec les provinces et les territoires d’une législation rendant obligatoires les codes de conduite dans les épiceries.

READ  Elon Musk partage des mises à jour sur FSD Beta 10.13

Cela fait suite à l’annonce par Loblaw de son intention d’adhérer au code après des mois de pressions auprès du plus grand épicier du pays pour qu’il y participe.

Le code dirigé par l’industrie vise à contribuer à uniformiser les règles du jeu pour les petites entreprises du secteur.

C’est censé être volontaire, mais ces derniers mois, la pression s’est accrue sur le gouvernement pour qu’il l’adopte comme loi, car toutes les grandes épiceries ne semblent pas disposées à y adhérer.

En décembre, Luplow et Walmart ont déclaré au comité qu’ils craignaient que cela n’augmente les prix pour les Canadiens. Plus tôt cette année, le comité a écrit une lettre à ces deux épiciers, leur disant que s’ils ne signaient pas, il recommanderait de rendre le code obligatoire.

La semaine dernière, Loblaw a annoncé qu’après des mois de discussions, elle était prête à approuver le code à condition que toutes les parties prenantes le fassent.

Le président-directeur général de chaque banque a déclaré : « La loi est désormais équitable et n’entraînera pas une hausse des prix. »

À l’époque, Walmart avait déclaré que l’entreprise était en train d’examiner le dernier projet de loi.

L’épicier n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Costco non plus.

Le Conseil canadien du commerce de détail a refusé de commenter le rapport.

Michael Graydon, PDG de l’Association canadienne des produits de consommation, de santé et de produits alimentaires et président du conseil d’administration intérimaire du code, a déclaré que le groupe « soutient fermement » toutes les recommandations du comité.

En ce qui concerne le blog, il a écrit dans un e-mail : « Le désir de notre industrie est d’avoir un blog entièrement inclusif qui inclut toutes les parties prenantes. Cela reste notre objectif et j’ai donc (j’ai) bon espoir que nous pourrons l’atteindre. »

READ  Un conseiller municipal crée une proposition pour une enseigne permanente « Vancouver »

Francis Chichele, porte-parole du ministre de l’Agriculture Lawrence Macaulay, a déclaré que le gouvernement avait clairement indiqué qu’il soutenait un code dirigé par l’industrie, mais qu’après des années de travail, « il est grand temps que tous les grands détaillants adhèrent au code ».

Chishell a déclaré dans un communiqué que le gouvernement appelle les grands détaillants restants à signer le code car leur participation est essentielle à son succès.

« Entre-temps, nous explorons toutes les options fédérales disponibles, y compris la législation. Puisque des aspects clés de la loi relèveraient de la compétence provinciale, nous avons encouragé les gouvernements provinciaux et territoriaux à faire de même.

Le rapport de la commission cite une recherche publiée l’année dernière par le Bureau de la concurrence qui suggère que le secteur alimentaire canadien est devenu de plus en plus concentré à la suite d’une série de fusions et d’acquisitions au cours des dernières décennies.

Le Bureau de la concurrence enquête actuellement sur l’utilisation de clauses restrictives dans le secteur de l’épicerie et de contrôles dans les contrats de location qui, selon lui, entravent la concurrence dans l’industrie.

Le ministre de l’Industrie, François-Philippe Champagne, a déclaré qu’il était à la recherche d’un épicier étranger pour stimuler la concurrence sur le marché canadien.

Les recommandations du rapport incluent la nécessité pour le gouvernement de permettre au tribunal de la concurrence de dissoudre ou d’interdire toute fusion si une telle fusion conduirait à une part excessive du marché combiné. Il recommande également de renforcer la loi en transférant la charge aux entreprises qui fusionnent de prouver que leurs transactions ne nuiront pas à la concurrence.

READ  Les membres du syndicat demandent un vote syndical sur l'entrepôt d'Amazon dans ce qui pourrait être le premier Canadien

Une porte-parole du bureau de Champagne a souligné les récents changements apportés par le gouvernement au droit de la concurrence, affirmant que les projets de loi C-56 et C-59 « répondaient déjà à des préoccupations telles que la réduction des profits excessifs, le renforcement du droit de la concurrence et la facilitation d’un accès équitable aux marchés ».

La porte-parole de l’entreprise, Audrey Millet, a déclaré dans un communiqué que la meilleure façon de faire baisser les prix et d’aider les petits acteurs est d’accroître la concurrence, ajoutant que la présence d’un plus grand nombre d’acteurs sur le marché est un moyen d’exercer une pression à la baisse sur les prix.

« Nous continuerons de défendre les intérêts des Canadiens en travaillant avec des partenaires provinciaux pour rendre la vie plus abordable et responsabiliser les entreprises.

Même si l’inflation des produits alimentaires s’est considérablement atténuée par rapport à ses sommets, atteignant seulement 1,4 pour cent en avril, les prix ont augmenté de 21,4 pour cent au cours des trois dernières années. La pression qui en résulte sur le portefeuille des consommateurs, associée à la hausse des taux d’intérêt, a exercé une pression générale sur le gouvernement – ​​et sur les épiceries – pour qu’ils agissent. Certains consommateurs ont lancé un boycott de Loblaw, la plus grande épicerie au Canada, pour exprimer leur frustration.

Les épiciers, en particulier Loblaw, ont augmenté le nombre d’épiceries discount dans leur portefeuille pour répondre à la demande croissante des Canadiens pour des prix plus bas. En revanche, leurs magasins discount ont été le principal moteur de la croissance globale des ventes.