août 18, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un incroyable trésor de dinosaures en Italie réécrit l’histoire, la géographie et l’évolution

Un adulte et deux juvéniles du Tyrannosaurus Tethyshadros insularis présentent les divers phénotypes présentés par des spécimens immatures et matures dans le paléoenvironnement de Villaggio del Pescatore, la première région d’Italie à avoir conservé plusieurs individus de la même espèce. Crédit : David Bonadonna

Un dinosaure enterré en Italie réécrit l’histoire, la géographie et l’évolution de l’ancienne région méditerranéenne.

L’Italie n’est pas vraiment célèbre pour les dinosaures. Par rapport à son excellent patrimoine artistique et archéologique, les fossiles de dinosaures sont très rares. Sans surprise, la découverte des premiers restes isolés de ces animaux, au début des années 1990, a suscité beaucoup d’enthousiasme, mais peu de temps après a été considérée comme une exception à une règle générale. Pendant le règne des dinosaures, il y a entre 230 et 66 millions d’années, il était difficile de cartographier l’ancienne Méditerranée, formée d’innombrables petites îles éloignées de toutes les terres principales – Europe, Afrique, Asie – impropres à la conservation Sur les grands animaux comme les dinosaures. Ou alors nous avons cru.

Maintenant, une nouvelle étude a été publiée dans Rapports scientifiques Coordonnés par des chercheurs de l’Université de Bologne, ils dévoilent le premier site fossilifère avec de multiples squelettes de dinosaures exceptionnellement complets d’Italie : le Villaggio del Pescatore, situé dans la commune de Duino-Aurisina, près de Trieste, dans le nord-est de l’Italie.

squelette de bruno

Le squelette de Bruno, un individu adulte du dinosaure Tethyshadros insularis, est décrit dans cette nouvelle étude. Source de l’image : P. Ferrieri (avec l’aimable autorisation de l’Autorité de surveillance de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage du Frioul-Vénétie Julienne)

Ces beaux squelettes appartiennent à l’espèce Tethyshadros insularis C’est le dinosaure le plus grand et le plus complet jamais trouvé dans ce pays. L’équipe décrit les squelettes de certains des plus beaux et des plus beaux dinosaures du site (en particulier une nouvelle personne nommée « Bruno ») et met en évidence la présence de sept (peut-être onze) individus au Villaggio del Pescatore.

Antonio Squelette et Bruno

Reconstruction du squelette de l’individu Tethyshadros insularis, avec le spécimen immature surnommé ‘Antonio’ ​​​​(ci-dessus) et le squelette mature nouvellement décrit de ‘Bruno’ ci-dessous. Crédit : Université de Bologne

Les dinosaures ne sont pas les seuls restes fossiles du site : poissons, crocodiles, reptiles volants et même de petits crustacés offrent une image vivante d’un écosystème ancien sans précédent dans le monde. Les fossiles uniques collectés au Villaggio del Pescatore à Trieste peuvent être appréciés au Museo Civico di Storia Naturale, accordé en dépôt par le ministère italien de la Culture.

Le site de fouilles du Villaggio del Pescatore

Le site fossilifère de Villaggio del Pescatore, où les gens du ZOIC travaillent pour extraire les fossiles de cet incroyable dinosaure. Crédit : ZOIC srl

L’étude passe également en revue et réécrit plusieurs hypothèses évolutives pour expliquer le contexte méditerranéen ancien. À l’origine, les géologues ont interprété la zone connue aujourd’hui sous le nom de Villaggio del Pescatore comme faisant partie d’une île au milieu d’un océan « proto-méditerranéen » appelé Téthys. Il a soutenu cette interprétation erronée selon laquelle le squelette relativement petit, le premier squelette de dinosaure trouvé sur le site (surnommé « Antonio »), était en fait une espèce « naine », un exemple de la soi-disant « base insulaire » (miniaturisation évolutive des animaux ) à grande échelle dans un environnement isolé en raison de la rareté des ressources).

Antonio Pons au microscope

Os « Antonio » au microscope montrant des ostéocytes (points noirs entourés): Le tissu osseux fossilisé a été analysé pour déduire l’âge relatif des squelettes de dinosaures au moment de leur mort. Crédit : Université de Bologne

Dans cette nouvelle étude, l’équipe de recherche documente que « Antonio » est un individu immature, tandis que « Bruno », qui est de plus grande taille, représente un individu plus âgé – qui aurait continué à grandir jusqu’au moment de sa mort.

Bruno Scull

Crâne de « Bruno », le squelette nouvellement décrit du dinosaure Tethyshadros insularis. Source de l’image : A. Giamborino (avec l’aimable autorisation du Conseil de surveillance de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage du Frioul-Vénétie Julienne)

De nouvelles données géologiques recueillies par l’équipe ont également fourni l’âge du site et de ses fossiles : il y a près de 80 millions d’années, en crayeux intervalle. C’est environ 10 millions d’années plus vieux qu’on ne le pensait auparavant : un temps très long même lorsqu’il s’agit de dinosaures. À l’époque, ce qui est aujourd’hui le nord-est de l’Italie était une terre face à un vaste océan mais connectée à l’Europe occidentale et à l’Asie. Cela signifie que non seulement de petites îles ont marqué l’ancienne Méditerranée, mais que de nombreuses routes de migration de grands animaux terrestres tels que les dinosaures ont peut-être été possibles via les ponts terrestres de ce que nous appelons l’Italie actuelle.

arbre évolutif simplifié

Arbre évolutif simplifié montrant où Tethyshadros pourrait s’intégrer parmi ses parents hadrosauriformes, appelés dinosaures à bec de canard. Crédit : Université de Bologne

Cette nouvelle recherche met en évidence non seulement la première étape en termes de découvertes exceptionnelles, mais surtout le rôle central des archives fossiles de dinosaures italiens dans l’évaluation d’hypothèses scientifiques importantes sur ces animaux anciens. Le site étant déjà protégé des institutions italiennes, de nouvelles activités de recherche et d’enseignement peuvent représenter une opportunité d’inclure le patrimoine géologique et fossile dans la liste des « incontournables » lors de la visite du « Belpaese ».

READ  La sonde Curiosity sur Mars observe les beaux nuages ​​dériver

Référence : « Le dinosaure italien Lagerstätte révèle le rythme et la méthode d’évolution de la taille du corps hadrosiforme » 2 décembre 2021, Rapports scientifiques.

Les chercheurs impliqués dans l’étude sont : Alfio Alessandro Chiarenza (Université de Vigo), Matteo Fabbri (Field Museum of Natural History, Chicago), Lorenzo Consorti (Université de Trieste et Geological Survey of Italy – ISPRA), Juan Cantalapiedra (Universidad de Alcalá )), David Evans (Musée royal de l’Ontario et Université de Toronto), Federico Fante et Marco Moscioni (Université de Bologne).