juin 20, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Ouverture du Musée de l’Emancipation de Nouvelle-Zélande – Te Arawata au Quesnoy

Ouverture du Musée de l’Emancipation de Nouvelle-Zélande – Te Arawata au Quesnoy

Le Musée de l’émancipation de la Nouvelle-Zélande – Te Arawata au Quesnoy, en France, abrite des soldats Te Arawata créés par l’atelier Weta. Photo/Fourni

Te Arawata – Le Musée de la Libération de la Nouvelle-Zélande a ouvert ses portes dans une ville française qui a été libérée par les soldats néo-zélandais à la fin de la Première Guerre mondiale.

Des centaines de Néo-Zélandais se sont rendus au Quesnoy pour célébrer l’ouverture du musée mercredi (NZT), avec l’ancien gouverneur général de la Nouvelle-Zélande et ancien soldat Sir Gerry Mateparai, et Marie-Sophie Lesne, maire du Quesnoy, présidant l’ouverture officielle. . .

La maire de Waipā, Susan O’Regan, et la maire adjointe, Liz Stoick, étaient également présentes, Cambridge étant la ville sœur de Le Quesnoy.

La ville est libérée le 4 novembre 1918, après quatre années d’occupation allemande. Les citoyens ont finalement été libérés par le contingent néo-zélandais, où les soldats ont utilisé des échelles pour escalader les murs entourant la ville.

Le musée tire son nom de la façon dont les soldats néo-zélandais utilisaient ces échelles plutôt que de tirer sur les remparts. Il a veillé à ce qu’aucune vie civile ne soit perdue, mais de nombreux soldats néo-zélandais sont morts et sont enterrés au cimetière du Quesnoy.

La méthode d’édition a été une réussite si extraordinaire qu’elle a fait l’objet du New York Times.

Beaucoup de ceux qui ont assisté à l’inauguration du musée étaient déjà en France pour la Coupe du monde de rugby, mais d’autres ont voyagé spécifiquement pour l’ouverture afin d’être parmi les premiers à visiter.

Notre gamme de guerre : le président du NZMMT, Sir Don McKinnon, à gauche, et le directeur créatif de l'atelier Wētā, Richard Taylor au Pukeahu National War Memorial Park, Wellington, Image / Hagen Hopkins, fourni
Notre gamme de guerre : le président du NZMMT, Sir Don McKinnon, à gauche, et le directeur créatif de l’atelier Wētā, Richard Taylor au Pukeahu National War Memorial Park, Wellington, Image / Hagen Hopkins, fourni

READ  Dawn French a dû reporter ses dates de tournée en raison d'une blessure au genou

Parmi les participants figuraient des dignitaires, des descendants de soldats néo-zélandais, des donateurs qui ont soutenu le projet de 15 millions de dollars et des membres du public.

Sir Don McKinnon, président du New Zealand Memorial Museum Trust – Le Quesnoy, a déclaré que le musée reconnaît une amitié qui a commencé il y a plus de 100 ans et souligne l’importance « d’apprendre du passé pour soutenir un avenir meilleur ». Il a également navigué à bord pour commémorer les 12 500 Kiwis morts en France et en Belgique pendant la Première Guerre mondiale.

« La cérémonie d’ouverture a été très émouvante, mais c’était aussi une célébration des nombreuses personnes passionnées qui ont soutenu le projet d’ouverture des belles portes d’entrée artisanales du musée.

Wētā Workshop, surtout connu pour son travail à l’écran dans Le Seigneur des Anneaux, Avatar et Dune, a créé une expérience immersive pour les visiteurs qui comprend un soldat à grande échelle et très réaliste, l’un des premiers personnages que les visiteurs voient lorsqu’ils entrent dans le musée. .

Échelle : Musée de la libération de la Nouvelle-Zélande – Te Arawata.  Photo/Soumis, NZMMT ;  Archives de Nouvelle-Zélande
Échelle : Musée de la libération de la Nouvelle-Zélande – Te Arawata. Photo/Soumis, NZMMT ; Archives de Nouvelle-Zélande

Une autre pièce maîtresse de l’expérience était Te Arawata, qui signifie « échelle », une structure de 7,4 mètres de haut qui enjambe l’escalier du musée.

« Avoir l’opportunité de mettre en avant une partie aussi importante de l’histoire des Kiwis est très spécial. Les histoires sont riches et convaincantes, et nous voulons aider les gens à se connecter avec elles de manière significative par la réflexion », a déclaré Sir Richard Taylor, PDG et directeur créatif de Wētā Workshop. « Et la discussion sur ce qui s’est passé dans cette petite ville française il y a plus de 100 ans. »

READ  Le Syndicat français du secteur du spectacle s'apprête à soutenir la grève de Cannes

Le musée est installé dans un bâtiment récemment restauré datant des années 1890 et reste fidèle à ses beaux débuts tout en garantissant qu’il est adapté à son usage aujourd’hui et au-delà.

« Le musée est magnifique », a déclaré MacKinnon.

« Wētā Workshop a créé une expérience émouvante et émotionnelle, mais aussi éducative et divertissante. Lorsque les gens entrent dans le bâtiment, ils sont transportés dans le silence. Ils deviennent calmes et contemplatifs en traversant les nombreuses pièces différentes. C’est très spécial. »

Le palais qui abrite l'exposition.  Photo/Soumis, NZMMT
Le palais qui abrite l’exposition. Photo/Soumis, NZMMT

Le projet a été financé par des dons privés, mais la collecte de fonds se poursuit, visant à atteindre bien au-delà de l’objectif de 15 millions de dollars.

L’exposition de rugby, Du terrain au front, ouvrira également ses portes le 11 octobre, située dans une galerie séparée du musée. Elle raconte l’histoire des All Blacks qui ont servi pendant la Première Guerre mondiale et met en lumière les lieux où le match s’est déroulé. joué en Nouvelle-Zélande. Tissu culturel.

Le Musée de l'émancipation de la Nouvelle-Zélande - Te Arawata au Quesnoy, en France, abrite des soldats Te Arawata créés par l'atelier Weta.  Photo/Fourni
Le Musée de l’émancipation de la Nouvelle-Zélande – Te Arawata au Quesnoy, en France, abrite des soldats Te Arawata créés par l’atelier Weta. Photo/Fourni

La libération marque le début d’une amitié durable entre les Quesnoyais et les Néo-Zélandais, qui s’est renforcée au fil du temps.

Les Kiwis sont habituellement les bienvenus au Quesnoy et des noms de rues, comme Rue de la Nouvelle Zélande et Place des All Blacks, rappellent l’association Kiwi.

Il y avait aussi des liens plus personnels, comme l’école maternelle nommée en l’honneur du premier homme à gravir les échelons, Leslie Averill.

La maire du Quesnoy, Marie-Sophie Lisne, a évoqué cette relation forte.

« Nous serons toujours très reconnaissants envers les hommes de votre pays pour avoir libéré notre ville. Nos liens sont très forts avec la Nouvelle-Zélande. Nous ne les oublierons jamais. »

READ  Jetez un coup d'œil à l'intérieur de l'immense maison décloisonnée de Ginger Zee et Ben Aaron de GMA tout en organisant une fête d'anniversaire amusante

Pour ceux qui ont payé le prix ultime, l’amitié était aussi la leur, a-t-elle déclaré.

« Ils sont à l’aise ici avec nous et nous prenons soin d’eux comme nos propres enfants. »

L’ouverture officielle s’est déroulée en présence de dignitaires, dont le vice-amiral Sir Tim Lawrence (époux d’Anne, princesse royale), le président de la New Zealand Rugby Union Patsy Reddy, Sir Don McKinnon et Lady McKinnon Clair de Lore, ainsi que Sir Lockwood-Smith et Lady Alexandra Smith. George Hickton, président de l’atelier Wētā, Andrew Thomas, directeur créatif principal de l’atelier Wētā, Tracey Collis, maire de Tararua, Susan O’Regan, maire de Waipa, Grant Smith, maire de Palmerston North, Brendan et Joe Lindsay, cofondateurs de la Fondation Lindsay, et Sir Wayne ‘Buck, président national de la RSA de la Nouvelle-Zélande. ‘Steford.

Restez à jour avec le Waikato Herald

Recevez les derniers titres de Waikato directement dans votre boîte de réception du lundi au samedi. Inscrivez-vous gratuitement aujourd’hui – cliquez ici et sélectionnez les actualités locales.