mai 24, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

« Où est le gros argent en France, en Allemagne, en Angleterre ? »

« Où est le gros argent en France, en Allemagne, en Angleterre ? »

Par l’équipe Eurohoops/ info@eurohoops.net

Lors d'une visite en Russie, Goran Sasic (photographié à côté de Zeljko Obradovic et Novak Djokovic) a donné plusieurs interviews sur divers sujets, notamment l'expansion du tournoi et l'avenir des équipes russes, mais il a ajouté un point intéressant. Parler à Sport-ExpressLe plus grand journal sportif russe.

S'il estime qu'il sera difficile pour un club de Dubaï de jouer en Euroligue la saison prochaine, il explique pourquoi il souhaite se développer sur le marché arabe plutôt que sur l'Europe occidentale.

Parlant strictement de l’aspect commercial de l’accord, il a expliqué : « Je ne comprends pas pourquoi l'EuroLeague essaie d'élargir les clubs de France, d'Allemagne et d'Angleterre. Je pense que nous devrions nous concentrer sur les principaux aspects du basket-ball. L'Étoile Rouge, le Partizan, Valence et Virtus méritent davantage une licence A que les clubs de les trois pays répertoriés ainsi que la deuxième équipe lituanienne, la deuxième équipe de Russie est éligible pour être partenaire de l'Euroligue, la troisième équipe de Grèce est éligible pour être partenaire de l'Euroligue, la troisième équipe de Turquie est éligible.

L’argument est financier : « Savez-vous combien l'EuroLeague a reçu d'un contrat de télévision avec l'Allemagne d'une dizaine d'années ? Zéro euro. Nous sommes entrés sur le marché français, mais la situation y était encore pire. L'organisation elle-même a dû payer un supplément pour diffuser ce match en français. Télévision. Nous parlons de millions d'euros. D'un autre côté, il y a des contrats de télévision avec la Grèce, Israël ou la Turquie, où le revenu de l'entreprise est d'environ 10 millions d'euros par contrat. Par conséquent, je me concentrerais sur les pays qui sont prêts à payer beaucoup pour le contenu, plutôt que l'Allemagne ou la France, qui ont des revenus nuls, pour lesquels il faut payer un supplément.

L'autre camp m'avance l'argument suivant : si vous n'avez pas de clubs en France, en Allemagne ou au Royaume-Uni, vous ne pouvez pas recourir à des sponsors conditionnels comme Sony ou Vodafone. Eh bien, nous avons maintenant deux clubs de France, deux clubs d'Allemagne et un club de Londres qui participent à l'Eurocup. Où est le gros argent ? Je ne les ai pas encore vus.

C'est pourquoi je vous encourage à suivre le programme de Dubaï. Je pense que cela augmentera le nombre de contrats télévisés et de sponsors, et que les clubs commenceront à recevoir de grosses récompenses en argent. Ce n'est pas pour rien que de nombreux matches des principaux clubs de football européens se déroulent désormais dans des pays comme les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, le Qatar… Ils pensent que c'est une bonne opportunité pour tout le monde. Le football générant davantage de revenus, il est logique que le basket-ball suive le même chemin. C'est pourquoi je dis que je lève les deux mains pour le projet depuis Dubaï. Bien sûr, je serais heureux si cela se produisait la saison prochaine, mais ce ne serait pas la fin du monde si cela se produisait dans deux ans.