décembre 2, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Nouvelle variante COVID découverte en France : cause de panique ou pas encore ?

Une nouvelle variante identifiée dans quelques pays européens inquiète certains professionnels de la santé car il y a des changements sans précédent dans la protéine de pointe du virus corona.

Cette variante, connue sous le nom de P.1X ou P1.640, a été signalée pour la première fois par un journal français. Télégraphe En octobre, 24 personnes ont été contaminées dans une école française de la région Bretagne. Lorsque l’écart a été découvert en France, l’école en éruption a été contrainte de fermer 50% de ses classes, a rapporté Le Télégramme.

Bien que la situation soit désormais sous contrôle et qu’aucun cas n’ait été détecté en France depuis le 26 octobre, l’Agence régionale de santé française a déclaré que la variance était toujours sous surveillance.

Quelques cas ont également été trouvés au Royaume-Uni, en Suisse, en Écosse et en Italie, cependant Variante Delta et ses dérivés Continuez à être les souches les plus dominantes.

Professeur à l’Université de Bar-Ilan. Cyril Cohen, originaire de France, continue d’interviewer et de consulter les autorités sanitaires françaises, expliquant que la variante B.1.640 présente des mutations sans précédent. Une chose en particulier a attiré l’attention : la protéine de pointe, qui permet au virus de se fixer à la cellule humaine et d’initier le processus infectieux, a une certaine élimination.

READ  La peur de la hausse des prix de la baguette provoque une crise pour les Français

La question est de savoir si cela rendra le virus plus contagieux ou moins efficace.

Cette image au microscope électronique à transmission non datée montre le SRAS-CoV-2, également connu sous le nom de nouveau virus corona, le virus qui cause le COVID-19, isolé de la surface de cellules cultivées dans des cellules de laboratoire isolées d’un patient aux États-Unis. Pointes sur le bord extérieur de la zone virale (crédit: NIAID-RML / FILE PHOTO / HANDOUT VIA REUTERS)

Cohen a déclaré que la variation serait originaire d’Afrique, ce que les experts de la santé craignent et soulignent la nécessité d’une égalité des vaccins.

« Si cette variation laisse une partie de la population mondiale sans accès aux vaccins, le virus continuera à se multiplier et cela entraînera de nouvelles variations », a déclaré Cohen.

Le rapport Q4 Global Forecast publié par l’Economist Intelligence Unit (EIU) la semaine dernière montre que si la plupart des pays développés ont réussi à vacciner leurs citoyens, la plupart des pays en développement ont fait très peu de progrès.

Le rapport met particulièrement en évidence les échecs de la campagne de vaccination en Afrique, où seulement 6% des habitants des États africains ont été vaccinés contre le COVID fin octobre.

« La raison de ces faibles taux de vaccination est bien connue : malgré les développements récents, la production mondiale continue d’être à la traîne par rapport à la demande et les pays en développement sont confrontés à de longs retards pour accéder aux vaccins », indique le rapport de l’EIU. Organisation mondiale de la santéLe programme COVAX n’a ​​pu envoyer qu’environ 400 millions de doses dans le monde et les dons des pays riches sont faibles.

En outre, le rapport indique que même si des vaccins étaient fournis, ce serait un défi pour les pays africains de les distribuer – principalement pour des raisons logistiques.

READ  Le Danemark est parfait ; Chrisman de France brille

« Le fait de ne pas fournir de vaccins à ces pays peut sembler correct à court terme, mais à long terme, nous pourrions avoir de nouvelles variantes problématiques développées dans des pays non vaccinés », a déclaré Cohen.

Il a ajouté : « Je ne veux pas effrayer les gens. Maintenant il y a quelques cas de B.1.640, on peut tous oublier cette variation en un mois.

« Mais c’est un exemple de ce qui peut arriver si tout le monde n’a pas accès aux vaccins. »