mai 28, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La France se joint à la Chine pour condamner les plans offensifs d’Israël à Rafah, éloignant la puissance européenne des États-Unis sur des questions clés.

La France se joint à la Chine pour condamner les plans offensifs d’Israël à Rafah, éloignant la puissance européenne des États-Unis sur des questions clés.

Alors que Washington a déclaré qu’il ne soutiendrait pas une action militaire à Rafah, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a suggéré que l’opposition était conditionnelle car il n’y avait aucun plan pour garantir que les civils ne soient pas blessés.

« Nous ne soutiendrons pas une opération militaire majeure à Rafah sans un plan efficace pour garantir que les civils ne soient pas blessés, et non, nous ne voyons pas un tel plan », a-t-il déclaré après une rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. semaine.

Des Palestiniens inspectent mardi des maisons endommagées par les frappes israéliennes dans le sud de la bande de Gaza. Photo : Reuters

Israël a pris le contrôle d’un poste-frontière clé de Rafah mardi après des attaques nocturnes entre Gaza et l’Égypte, malgré l’accord du Hamas sur une proposition de cessez-le-feu. Israël a déclaré que les termes étaient « très éloignés des exigences essentielles d’Israël ».

Dans une déclaration commune en dix points sur le Moyen-Orient, la Chine et la France ont appelé à la « libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages », tout en soulignant qu’un cessez-le-feu durable était la priorité absolue.

Ce point de vue s’écarte également de l’approche de Washington, qui se concentrait principalement sur les otages détenus par le groupe militant du Hamas, parmi lesquels des citoyens américains.

Mais comme les États-Unis – un proche allié d’Israël – la Chine et la France ont appelé à la reprise d’un processus politique pour mettre en œuvre une « solution à deux États ».

Depuis que le conflit a éclaté en octobre, Pékin a défendu cette position, selon laquelle une Palestine indépendante doit coexister avec Israël.

La Chine et la France ont appelé à davantage d’efforts humanitaires et à l’ouverture de couloirs pour faciliter l’aide dans la bande de Gaza.

READ  Projet de sous-marin France-Australie: les petites entreprises perdent 200 000 $ lorsque le gouvernement annule l'accord français pour AUKUS

Les deux chefs d’État ont appelé toutes les parties à s’abstenir de prendre des mesures unilatérales visant à aggraver les tensions et ont condamné la politique de colonisation israélienne en violation du droit international comme ayant un impact négatif sur une paix durable. .

Les troupes israéliennes se rassemblent mardi dans un lieu tenu secret en Israël, près de la frontière avec la bande de Gaza. Photo : EPA-EFE

La déclaration de lundi est le dernier signe que la position de la France sur le conflit s’éloigne de la position américaine et s’aligne davantage sur celle de la Chine. Mais ce n’est pas la première fois.

Moins de deux semaines après le début de la guerre en octobre, Washington a opposé son veto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies parrainée par le Brésil appelant à l’accès humanitaire et à la protection des civils à Gaza, la Chine et la France votant pour.

Cela s’est reproduit en décembre, lorsque les États-Unis ont exprimé le seul vote dissident contre une résolution du Conseil de sécurité appelant à un cessez-le-feu immédiat.