mai 18, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Marocains ayant combattu pour la France et installés au Vietnam

Marocains ayant combattu pour la France et installés au Vietnam

L’AFP réédite ce reportage, sélectionné comme l’un des meilleurs de la semaine par la rédaction en chef de l’agence. Photos de Nhac Nguyen. Vidéo de Quy Le Bui

Le Tuan Binh conserve la tombe de son père soldat marocain dans sa maison de village au nord de Hanoï, un précieux souvenir d’un homme largement oublié par la société vietnamienne.

Mzid Ben Ali, ou « Mahomet » comme on l’appellera plus tard, était l’un des dizaines de milliers de Nord-Africains qui ont servi dans l’armée française luttant pour maintenir le régime colonial en Indochine.

Il s’est battu pour la France contre le mouvement indépendantiste du Viet Minh dans les années 1950, avant de quitter l’armée – comme déserteur ou prisonnier de guerre – et de faire sa vie au Vietnam.

« C’est très émouvant pour moi », déclare Pin, 64 ans, en tenant la pierre tombale.

Publicité – Faites défiler pour continuer


À la mort de son père en 1968, alors que la guerre avec les États-Unis battait son plein, son corps disparut, mais Binh conserva une plaque de pierre sur laquelle était inscrite la nationalité de son père : « Marocain ».

Entre 1947 et 1954, plus de 120 000 Maghrébins ont servi dans l’armée française en Indochine.

La moitié étaient originaires du Maroc – alors protectorat de la France – dont environ 150 ont fait défection ou ont été prisonniers de guerre au Vietnam après le cessez-le-feu de 1954, dont le père de Binh.

Publicité – Faites défiler pour continuer


Son histoire offre une perspective méconnue sur la première guerre d’Indochine, alors que le Vietnam et la France se préparent à commémorer le 70e anniversaire de la bataille de Dien Binh Phu, le 7 mai.

READ  Le système constitutionnel français peut-il arrêter le projet de loi controversé sur les retraites ?

Une lutte sanglante de huit semaines dans les hauts plateaux du nord-ouest du pays – remportée de manière décisive par le Viet Minh – fut le conflit décisif qui mettra finalement fin à l’empire français en Indochine.

En France, « l’histoire de la valeur de Dien Bien Phu a longtemps été l’apanage des Blancs, qui représentaient la majorité des commandants », explique Pierre Jarnoud, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paul Valéry-Montpellier.

Publicité – Faites défiler pour continuer


« Mais après 1947, l’effort de guerre reposait sur les hommes armés coloniaux, et ils représentaient la majorité des troupes », a-t-il expliqué à l’AFP.

« Nous avons perdu une partie de leur histoire. »

Chez lui, dans la province septentrionale de Phu Tho, à 80 kilomètres au nord-ouest de Hanoï, Bin prépare une théière de thé noir avec des feuilles de menthe de son jardin – « à la marocaine, mais sans sucre », plaisante-t-il.

Publicité – Faites défiler pour continuer


Au village, il est surnommé « Étranger », mais ses proches l’appellent Ali, le prénom que lui a donné son père.

La guerre avec les États-Unis et le développement économique ont dispersé les familles maroco-vietnamiennes qui vivaient dans le pays depuis des décennies.

Certains sont retournés au Maroc dans les années 1970, mais Bin a choisi de rester avec sa mère vietnamienne et ses deux frères, Boujama et Abdullah.

Publicité – Faites défiler pour continuer


Binh dit que son père parlait rarement de ses expériences de guerre – enveloppant son histoire de mystère – mais il a peut-être déserté à la fin du conflit, en 1953 ou 1954.

READ  La France et l'Allemagne mettent en œuvre une nouvelle politique pour bloquer l'entrée des imams financés par l'étranger

« C’était un homme de peu de mots », a déclaré Pin.

La propagande vietnamienne présentait les unités étrangères comme des avant-gardes dans la lutte des peuples opprimés contre l’impérialisme, mais selon des chercheurs français, leurs motivations étaient généralement liées à un meilleur salaire ou à la peur d’être punis en cas de mauvaise conduite.

Après 1954, environ 300 « soldats africains et européens de la capitulation » se sont installés dans un village agricole du district de Ba Vi, à 50 kilomètres de Hanoï.

C’est à Bavi que le père de Bin a rencontré sa femme vietnamienne et Bin est né en 1959.

Dans les années 1970, lors des troubles de la guerre contre les Américains, la ferme a été démantelée, mais aujourd’hui, une entrée d’inspiration mauresque est entretenue par les ouvriers marocains en hommage à leur pays de naissance.

Le monument se trouve dans le jardin d’une famille qui accueille quelques visiteurs chaque mois et assure sa survie au fil des années.

Durant l’extrême pauvreté des années 1990, « des marchands de ferraille ont demandé s’ils pouvaient prendre les pièces de Kate », a déclaré un membre de la famille, qui a requis l’anonymat.

Mais la porte a été préservée, puis restaurée et rénovée par les autorités de Hanoï et l’ambassade du Maroc en 2009, puis à nouveau en 2018, au moment où les recherches commençaient à mettre en lumière le rôle des soldats des colonies françaises en Indochine.

Bin lutte depuis des années pour accepter son passé.

En 2016, elle obtient enfin un passeport marocain, tout comme ses deux enfants, nés d’une mère vietnamienne sous le prénom El Meghy, choisi par l’ambassade.

READ  La France effectue des tests de surveillance de l’IA lors de concerts avant le déploiement olympique

Sa fille Leila, 36 ans, vit désormais à Casablanca mais n’a jamais mis les pieds au Maroc.

« Maintenant que je suis plus âgée, j’ai donné une chance à ma fille », a-t-elle déclaré. « Je suis heureux maintenant que certains de mes rêves soient devenus réalité. »

bur-ah-aph/pdw/smw/cwl