août 15, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’interdiction de Huawei 5G pourrait coûter cher aux consommateurs canadiens et aux petits transporteurs – National

La décision du Canada d’interdire la technologie aux fournisseurs chinois Huawei techniques et ZTE Dont Réseaux 5G Cela aura un impact plus important sur les petits acteurs de l’industrie des télécommunications que sur les plus grands opérateurs et pourrait finir par coûter plus cher aux Canadiens sur les factures de sans-fil, selon les observateurs.

Ministre de l’Innovation François-Philippe Champagne Annoncé jeudi en fin d’après-midi Que la technologie Huawei ne pourrait pas être utilisée dans le développement final de ces réseaux et que toute infrastructure déjà existante devrait être démolie.

Lire la suite:

Pourquoi le Canada interdit-il Huawei de la 5G ? Voici ce que vous devez savoir

Cela inclut les réseaux 5G et 4G, les opérateurs ayant jusqu’en 2027 pour supprimer la technologie existante. L’équipement Huawei vendu aux opérateurs canadiens comprend des composants qui permettent aux téléphones mobiles de se connecter aux réseaux, par exemple.

L’histoire continue sous l’annonce

Champagne a déclaré que le gouvernement ne rembourserait pas ces coûts aux entreprises.

Selon Samer Pichai, PDG de la société ontarienne de services de télécommunications Iristel, confier aux opérateurs la responsabilité de dépouiller leur infrastructure existante de tout ce que Huawei fabrique nuira aux petites entreprises qui fournissent des services vitaux aux Canadiens vivant dans des régions éloignées et rurales.


Cliquez pour lire la vidéo :



Le Canada a mené un examen « approfondi » avant d’interdire Huawei et ZTE : le ministre Mendicino


Le Canada a mené un examen « approfondi » avant d’interdire Huawei et ZTE : le ministre Mendicino

Il dit qu’il y a « beaucoup » de technologie Huawei sur les réseaux 4G et de génération précédente d’Iristel et de sa filiale ICE Wireless, qui fournit un service sans fil dans les régions de l’extrême nord du Canada.

Pichai affirme que la technologie de Huawei est nettement moins chère que ses rivaux d’Ericsson ou de Nokia, et qu’elle résiste également aux conditions difficiles du nord canadien.

Il soutient que les transporteurs aux poches profondes sont mieux en mesure de se permettre et de remplacer régulièrement les équipements haut de gamme, tandis que les petits acteurs essaient de prolonger les cycles de vie de leur technologie et d’économiser des sous.

READ  Le nombre de COVID en Australie atteint son maximum alors que l'épidémie d'Omicron met à rude épreuve la politique locale

L’histoire continue sous l’annonce

« Des hommes comme les titulaires – Bell, Rogers, Tellus – ne feront pas vraiment de différence pour eux. Ce qui fait vraiment mal, ce sont les opérateurs régionaux et plus petits comme ICE Wireless. »

Le retard nuit aux entreprises qui ont choisi Huawei

La décision de Huawei tarde à venir pour l’industrie canadienne des télécommunications, car des partenaires comme les États-Unis ont mis en place une interdiction pour les entreprises locales de faire affaire avec le vendeur en 2019 pendant que les décideurs politiques canadiens délibéraient.

L’analyse de Global News 2021 montre que les entreprises de télécommunications canadiennes Huawei a dépensé 700 millions de dollars en équipements pour ses réseaux Alors que le gouvernement étudie l’interdiction.

Bien que certains fournisseurs de services sans fil au Canada aient initialement prévu de travailler avec Huawei, ils se sont en fait retirés du partenariat en prévision de la décision du gouvernement fédéral. En 2020, BCE inc. (Bell) et Telus Corp. qu’ils travailleront avec le suédois Ericsson en tant que fournisseur de ses réseaux 5G.

L’histoire continue sous l’annonce

Lire la suite:

Les experts préviennent que la Chine considérera l’interdiction canadienne de Huawei et de ZTE comme une « gifle au visage »

Global News a contacté Bell et Telus – des entreprises qui auraient une quantité importante de technologie Huawei intégrée à leurs réseaux existants – vendredi pour obtenir leur réaction à l’interdiction, mais n’ont reçu aucune réponse.

Rogers Communications a déclaré à Global News que la décision « n’a aucun impact » sur le déploiement du réseau 5G, qu’elle développe avec son partenaire Ericsson.

Les actions des trois géants des télécoms ont peu bougé sur les marchés vendredi.

Shruti Chikir, un journaliste d’Android Central qui a suivi la décision de Huawei, a déclaré à Global News que les grands transporteurs avaient conclu des accords avec des fournisseurs haut de gamme plutôt que d’attendre une décision sur Huawei, car davantage de retards auraient mis le développement de la 5G au Canada derrière d’autres marchés comme les États-Unis et le Sud. Corée.

Mais le retard du Canada à trancher la question nuira probablement aux petits fournisseurs des collectivités nordiques et éloignées qui ont profité de la technologie chinoise.

« Si le gouvernement avait pris une décision urgente, ces petits joueurs auraient pu trouver une route alternative différente… au lieu de mettre toute cette infrastructure dans ces communautés du Nord », dit-elle.

« Ils devront le déchirer et ce n’est pas bon marché. Ce ne sera pas une tâche facile. »

L’histoire continue sous l’annonce

Des coûts plus élevés peuvent venir à votre facture

Pichai soutient que pousser les entreprises de télécommunications canadiennes, grandes et petites, à accélérer le remplacement de technologies entièrement fonctionnelles amènera éventuellement les Canadiens à payer plus pour les factures Internet et téléphoniques.

« Je peux vous assurer que l’opérateur ne paie jamais pour cela. Même nous, en tant que petit opérateur, répercuterons toujours tout type de coût supplémentaire ou quoi que ce soit sur le consommateur », dit-il.


Cliquez pour lire la vidéo :



Le Canada interdit Huawei et le chinois ZTE des réseaux 5G


Le Canada interdit Huawei et le chinois ZTE des réseaux 5G

Shakkar est plus incertain de la manière dont l’interdiction de Huawei affectera les consommateurs, mais affirme qu’une hausse des prix n’est pas exclue.

L’histoire continue sous l’annonce

« Pour compenser les coûts qu’ils devront engager maintenant, il est possible que les prix de vos factures de téléphone portable augmentent et que les prix des services Internet augmentent à nouveau. Il est trop tôt pour le dire, mais c’est certainement une possibilité », dit-elle.

Champagne a présenté l’interdiction de Huawei non seulement comme une question commerciale, mais comme une question de sécurité nationale, dans son annonce de jeudi. Les détracteurs de l’autorisation d’accès de Huawei aux réseaux 5G canadiens ont cité la politique du gouvernement chinois consistant à obliger les entreprises à espionner pour eux si on leur demande comme un risque de cybersécurité.

Un porte-parole de l’ambassade de Chine au Canada a déclaré jeudi soir que les prétendus problèmes de sécurité étaient une « excuse pour la manipulation politique » et a accusé le Canada de travailler avec les États-Unis pour réprimer les entreprises chinoises.

« La Chine procédera à une évaluation complète et sérieuse de cet incident et prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises », a ajouté le porte-parole.

Beaucoup pensent que le gouvernement a retardé sa décision sur les réseaux 5G en raison de la querelle suscitée par l’emprisonnement en Chine de Michael Spavor et Michael Kovrig après l’arrestation par la GRC du PDG de Huawei, Meng Wanzhou.


Cliquez pour lire la vidéo : ``Trudeau défend l'interdiction de Huawei 5G et reconnaît les défis potentiels liés au commerce avec la Chine



Trudeau défend l’interdiction de Huawei 5G et reconnaît les défis potentiels du commerce avec la Chine


Trudeau défend l’interdiction de Huawei 5G et reconnaît les défis potentiels du commerce avec la Chine

Pichai reconnaît les risques politiques et de sécurité avec Huawei, mais affirme que les opérateurs n’ont pas besoin d’un décret gouvernemental pour faire des choix sûrs pour la construction de réseaux 5G. Mais dans le paysage moderne de la cybersécurité, les vulnérabilités ne se limitent pas aux exportations techniques d’un pays, affirme-t-il.

L’histoire continue sous l’annonce

« Aucun opérateur de réseau ne voudrait mettre la main sur un équipement s’il savait qu’il renvoyait les données vers un autre emplacement non autorisé. Mais la technologie est maintenant si avancée que, quelle que soit sa sophistication ou qui sont vos fournisseurs, que ce soit qu’ils soient américains ou allemands, vous êtes toujours vulnérable. Et ça arrive », dit-il.

« Il ne s’agit pas de régler un problème. Il s’agit de réparer un écosystème. Et c’est vraiment ce que nous devrions rechercher. »

—Avec des fichiers d’Anne Gaviola de Global News, d’Alex Boutilier, d’Amanda Connolly et de la Presse canadienne

© 2022 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.