BreaGeek News

Le retour de Poirot sur le grand écran

Pour tout le monde, Hercule Poirot est la série téléfilm du dimanche soir pluvieux. Pour les plus connaisseurs, c’est le personnage d’une série de romans à succès, brillants et ingénieux, écrits par Agatha Christie. Kenneth Branagh s’essaye à l’adaptation de ce chef d’œuvre du roman policier, tout comme l’avait fait Sydney Lumet en 1974. Est-ce que le film vaut le détour par une salle obscure pour autant ?
 

 
UNE NOUVELLE ADAPTATION NÉCESSAIRE ?
 
Passons le fait qu’une nouvelle adaptation du roman soit étonnante, et de le sortir au moment du blockbuster de l’année qui est Star Wars : Les Derniers Jedi l’est encore plus. Néanmoins, la 20th Century Fox a décidé de confier au réalisateur et acteur anglais Kenneth Branagh le soin d’adapter l’œuvre. Branagh fait preuve d’ingéniosité dans sa mise en scène, notamment en utilisant plusieurs plans séquences de façon judicieuse. Comme celui longeant les wagons et dévoilant un par un tous les personnages dans les encadrements de fenêtres, à la façon de cartes à jouer. Les costumes et coupes de cheveux, très réussis, aident à caractériser les protagonistes et les différencier. Le choix des cadres et des plans sont réfléchis et travaillés. On retrouve souvent des visages multipliés dans des reflets de vitres, représentant les différentes facettes. De plus, on n’étouffe pas et on sort de l’huis-clos classique. Le train étant bloqué dans la neige, de manière un peu trop spectaculaire, les personnages prennent l’air et le spectateur respire. De cette façon, cela permet au décor d’être bien exploité et ne se contente pas d’être filmé comme s’il ne comprenait qu’un banal couloir de chambres et d’une salle à manger. D’ailleurs la mise en scène joue un rôle dans l’histoire et Branagh nous cache des choses habilement pour nous les révéler à des moments propices. Poirot est moins dans le flou que nous. Le jeu des acteurs beaucoup à ce sujet.
 
 
UN CASTING DE HAUT VOL
 
Le casting du film est riche avec, pour ne citer qu’eux, Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Daisy Ridley ou encore Willem Dafoe. Et même si certains n’ont parfois que peu de présence à l’écran, tous ont quand même le droit à une scène. Mais il fallait de bons comédiens pour réussir à nous faire croire à leurs mensonges et douter de la vérité. Ainsi chaque nouveau personnage qui apparaît à l’écran pourrait être le coupable tant les acteurs sont dans un léger surjeu dans leur performance. Ils sont fins et subtils et le film repose là-dessus. Même si on connaît la conclusion, comme dans n’importe quel grand classique, on est relancé continuellement sur une fausse piste. Le film souffre tout de même de quelques longueurs. Kenneth Branagh incarne un Hercule Poirot qui n’est pas sans rappeler Sherlock Holmes et c’est clairement assumé dans l’introduction. Le détective est présenté dans le premier quart d’heure et on s’y attache aussitôt. Même si la scène d’ouverture n’a pour unique but que de nous présenter le détective et son intransigeance envers la justice, on regrette qu’elle n’ait pas plus d’importance dans l’histoire. En revanche, elle présente bien le thème du film et son enjeu.
C’est ce qui est intéressant avec ce scénario : la façon dont les principes d’Hercule Poirot sont remis en cause. L’histoire repose donc sur le héros. Heureusement, on y croit et la fin marche. Surtout parce qu’elle prend à arriver. Le dénouement n’est pas précipité. Un défaut que l’on retrouve souvent dans les films modernes.
 
 
CONCLUSION
 
Cependant, si le film est sympathique et bénéficie d’une bonne mise en scène, il reste un simple divertissement, sans plus. La question qui demeure est la suivante : pourquoi ce film a-t-il été réalisé ? Ce n’est pas une erreur, puisqu’il est bien. Il souffre malheureusement de la comparaison avec le téléfilm et donne l’air d’un petit film ayant bénéficié d’un gros budget. Cela se voit dans les plans larges sur les décors qui sonnent faux face à un train filmé dans ses détails. Le Crime de l’Orient Express a des airs de pièces de théâtre, notamment avec le jeu des acteurs. Kenneth Branagh s’en sort bien, mais le film n’est pas essentiel.
 
 
Les points forts :
  • Le casting
  • La réalisation
  • Les décors et costumes
 
Les points faibles :
  • Quelques longueurs
  • Rien de bien nouveau

Critique écrite par Lucas



Commentaires

Laissez un commentaire