juin 24, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un groupe ouïghour se dit confronté à la répression chinoise en France – Euractive

Un groupe ouïghour se dit confronté à la répression chinoise en France – Euractive

Dans une plainte déposée mercredi 22 mai, l’organisation ouïghoure a déclaré que les membres de ce groupe ethnique en France étaient confrontés à « une oppression et un harcèlement » qui équivaut à « l’oppression » de la part du gouvernement chinois.

L’Institut ouïghour d’Europe (IOTE) a rapporté que les intimidations se sont multipliées lors de la visite du président chinois Xi Jinping en France au début du mois.

Pékin est à l’origine « d’intimidations, de harcèlements et de menaces répétées contre les membres de la diaspora ouïghoure en France, ainsi que contre les personnes qui soutiennent la cause ouïghoure », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Il ajoute que ces activités « se multiplient et se développent de manière très systématique et à un rythme alarmant ».

L’IODE a déclaré que « la répression internationale s’est intensifiée lors de la visite officielle du président Xi Jinping en France » début mai.

La visite de Xi pour célébrer 60 ans de relations diplomatiques avec Paris a été accueillie par le président Emmanuel Macron à l’Elysée et offerte par un banquet traditionnel dans les Pyrénées.

Macron et la présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen, ont cherché à éloigner Xi de son partenariat étroit avec le président russe Vladimir Poutine, étroitement lié depuis l’invasion de l’Ukraine par Moscou en 2022.

L’IODE a cité des allégations spécifiques de harcèlement chinois, notamment la perturbation d’une représentation théâtrale organisée alors que Xi était à Paris le 5 mai.

« Les organisateurs ont été menacés par divers groupes soupçonnés d’être orchestrés par les services de sécurité chinois », indique le communiqué.

READ  Macron se rend en Amazonie brésilienne pour un voyage de trois jours pour renouer les liens

Le 8 mai, Gulbahar Jalilova, « réfugiée à Paris depuis octobre 2020 », a été menacée ou enlevée par des « agents chinois » devant son immeuble.

IODE a inclus des photographies de l’incident impliquant Jalilova, une ancienne prisonnière d’un camp de détention chinois.

« Ces pratiques ont d’énormes implications sur la santé physique et mentale des membres de la communauté ouïghoure en France », indique le texte.

Le journal Le Monde a rapporté cette semaine que la DGSI et la police de Paris « ont identifié des agents de l’État chinois appartenant aux services de sécurité… lors d’une « opération d’intimidation » ratée contre un réfugié politique d’origine ouïghoure le 8 mai.

L’ambassade de Chine à Paris a qualifié ce rapport de « fausse nouvelle », « plein d’erreurs » et de « falsifications flagrantes », dans un article publié mercredi sur son site Internet.

La province du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, compte une importante population ouïghoure musulmane sunnite.

Des attaques sanglantes imputées aux islamistes et aux séparatistes ravagent depuis longtemps la région.

Depuis 2017, plus d’un million de Ouïghours et de membres d’autres groupes ethniques à majorité musulmane ont été détenus dans des « camps de rééducation » où des violations généralisées des droits humains ont eu lieu, selon des enquêtes et des groupes humanitaires occidentaux.

La Chine décrit certains camps comme des « centres de formation professionnelle ».

En savoir plus avec Euractiv