décembre 4, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les trésors pillés embarquent pour un long voyage de la France au Bénin

PARIS – Plus d’un siècle après que les troupes coloniales françaises eurent pillé le palais royal d’Afrique de l’Ouest et saisi ses trésors, le président français Emmanuel Macron a commencé mercredi à transférer officiellement 26 artefacts au Bénin, la première opération à grande échelle à retourner en Afrique. Par l’ancienne puissance coloniale européenne.

Lors d’une cérémonie organisée au musée du Quai François à Paris, le palais sera exposé pour la dernière fois jusqu’au 31 octobre, après quoi les trésors quitteront définitivement la France.

La restructuration des objets est le résultat symbolique définitif et puissant de l’association des événements en Europe : le calcul tardif avec son passé colonial, déclenché par les questions contemporaines de sexe, de racisme et d’autres inégalités sociales.

Ce réexamen est particulièrement répandu en France, qui a maintenu des liens étroits avec ses anciennes colonies en Afrique pendant des décennies après son indépendance officielle. Bien qu’il ait tenté de détourner une réaction conservatrice au niveau national, M. Cette restructuration fait partie de l’effort de Macron.

« Le but de cette aventure n’est pas que la France enlève tout le patrimoine des autres. Ce sera un spectacle terrifiant », a déclaré M. Macron lors de la cérémonie.

Les 26 objets rendus au Bénin ont été pillés dans le palais royal en 1892, lorsque les forces françaises ont occupé le pays appelé Tahomi et l’ont transformé en colonie française pendant plus de six décennies. Leur invasion a mis fin au règne du roi Behansin, qui vivait maintenant dans le palais d’Abomi, dans le sud de Penin.

Les points forts de la collection comprennent une statue en bois du roi Behansin, représenté comme un mi-homme-mi-requin, une paire de trônes en bois élaborés et quatre portes peintes du palais.

READ  VTL à Singapour avec le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Italie, la France et le Canada

À leur arrivée au Bénin, les objets seront exposés dans le complexe muséal d’Oita, où les esclaves étaient initialement commercialisés par les Portugais. Ils seront ensuite transférés au complexe du palais royal d’Abomi, où un nouveau musée sera construit. Les deux musées font partie des bénéficiaires de 1 1 milliard, soit environ 1,16 milliard de dollars dépensés dans les infrastructures culturelles du pays depuis 2016 dans le but de faire du Bénin une destination touristique, a déclaré le ministre des Affaires étrangères du pays, Aurélien Aphbenzi, lors d’un événement parisien.

Les événements de mercredi marquent le début d’un nouveau chapitre important dans un processus qui a commencé en 2017. Monsieur. Macron annoncé dans un discours au Burkina Faso « Il ne pouvait pas accepter qu’une grande partie du patrimoine culturel de nombreux pays africains se trouve en France. » Il a ensuite fait un rapport sur la reprise de deux experts, l’historien Benoît Savoy et l’économiste Felvin Char.

Mme. Savoie et M. Monsieur a suggéré En 2018, entre la fin des années 1800 et les années 1960, l’armée française restituera « des objets considérés comme ayant été saisis de force ou obtenus dans des conditions asymétriques » par des chercheurs scientifiques ou des administrateurs – s’ils en demandent l’origine.

Le rapport a envoyé des ondes de choc dans les musées européens. Pourtant aujourd’hui, de nombreux pays suivent le chemin de la France.

Au cours de la dernière année, L’Allemagne a annoncé le retrait d’environ 1 100 bronzes bénins, Des sculptures précieuses ont été capturées lors d’un raid britannique en 1897 dans ce qui est aujourd’hui le Royaume du Bénin dans l’actuel Nigeria. Un groupe néerlandais a recommandé des revenus inconditionnels Les objets volés dans les anciennes colonies des Pays-Bas et le Musée de l’Afrique en Belgique ont entamé des négociations pour restituer les objets pillés à la République démocratique du Congo.

READ  Il y a de nettes différences entre la France et les États-Unis, selon le ministre français

Dans un discours prononcé lors de la cérémonie, Mme Savoy a fait un parallèle avec l’histoire allemande. « Tout comme le mur de Berlin l’était avant et après la chute, les œuvres pillées par l’armée française en 1892 le seront avant et après leur retour au Bénin », a-t-il déclaré. « L’arrogance de l’Europe face au désir légitime des Africains de retrouver leur héritage appartient désormais au passé. »

Dans une interview il y a quelques jours, M. Sir a déclaré qu’il « a ressenti un changement de paradigme dans l’opinion publique occidentale, à travers lequel les œuvres devraient être rendues » et que des politiciens comme le président Macron « sentent ce changement d’opinion ».

Politiquement, à six mois de la prochaine élection présidentielle française, M. Macron a concentré son énergie sur la conquête des électeurs de droite. Mais la façon dont il gère l’art et d’autres aspects de l’histoire de France pillés en Afrique lui permet d’impressionner les électeurs de gauche, que sont M. Ils sont très déçus par la présidence de Macron.

Ces dernières semaines, M. Macron a accueilli une conférence avec des dirigeants de la société civile africaine, et a été organisée par Axel Empaye, un intellectuel camerounais et leader de la pensée postcoloniale. Il est devenu le premier chef d’État à assister à un événement commémorant le massacre des combattants de la liberté algériens par la police parisienne il y a six décennies.

Emmanuel Kasarov, Président du Musée Kwai Branley, dans une interview avec le Bénin et le Sénégal – France Une épée historique tournée En 2019 – D’autres pays demandent formellement une restructuration aux autorités françaises : Madagascar, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Mali et Tchad. Ces demandes ont été étudiées par des muséologues français en collaboration avec des groupes de ces pays.

READ  Le Royaume-Uni met en garde la France contre les représailles pour les menaces de lignes de pêche | Nouvelles du Brexit

Le fait que les matériaux aient été pris sans approbation est un facteur clé à considérer, a-t-il déclaré.

« Il est difficile pour un Français d’aller dans un musée britannique et de dire ‘rendez-nous tout l’art français’ ou un Néerlandais d’aller au Metropolitan Museum of Art et de dire ‘rendez-nous tout l’art néerlandais’. C’est un non-sens », a-t-il déclaré. ajoutée.

« Le mot ‘retrait’ s’applique aux biens qui ont été acquis illégalement », a-t-il déclaré. dit Kasarov.

La cérémonie a été suivie avec un enthousiasme particulier par l’artiste Roméo Mivegan, arrière-petit-fils du roi Behansin, chassé par la France lors de l’invasion de 1892.

Monsieur qui vit et travaille en France. Mivekannin a déclaré que le peuple béninois était « déterminé » par le pillage d’Abomi parce que les artefacts volés étaient « utilisés quotidiennement » lors de cérémonies sociales et de cérémonies. Pendant plus d’un siècle, ils ont été conservés dans les réserves des musées français et les serveuses, en disant: « Ils ressemblent à des mamans ».

Maintenant qu’ils rentrent chez eux, a-t-il dit, « la nation béninoise retrouve sa dignité ».