août 7, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Hong Kong vote pour la législature avec seulement l’approbation pro-chinoise

Hong Kong a voté dimanche lors de ses premières élections depuis que Pékin a modifié les lois pour réduire le nombre de législateurs directement élus et filtrer les candidats pour garantir que seuls ceux qui sont fidèles à la Chine puissent se présenter.

La région semi-autonome a été le théâtre de manifestations en faveur de la démocratie en 2014 et 2019, mais elles ont été écrasées par les forces de sécurité, suivies de l’imposition d’une loi radicale sur la sécurité nationale qui a réduit au silence la plupart des militants de l’opposition dans la ville et incité d’autres à fuir à l’étranger.

Le ministre de la Constitution et des Affaires continentales, Eric Tsang, a averti samedi que des forces étrangères pourraient tenter de saper les élections après que des militants à l’étranger ont appelé au boycott du vote. En vertu des nouvelles lois électorales, l’incitation au boycott et l’émission de votes invalides peuvent entraîner jusqu’à trois ans de prison et une amende de 200 000 $ HK (environ 34 000 $ CAN).

Le faible taux de participation était largement attendu, le dernier sondage de l’Institut de recherche sur l’opinion publique de Hong Kong révélant que 39% des personnes interrogées ont indiqué qu’il était peu probable qu’elles votent.

Le Parti démocrate ne soumet pas de candidats

Environ 4,4 millions d’habitants ont le droit de vote. Les élections étaient initialement prévues pour septembre de l’année dernière, mais ont été reportées en raison des risques pour la santé publique dus à la pandémie. Le camp pro-démocratie s’est opposé à la décision, accusant le gouvernement d’utiliser l’épidémie pour retarder le vote.

READ  Nancy Pelosi embarque pour un voyage de haut niveau en Asie avec une visite à Singapour

Le plus grand parti d’opposition de Hong Kong, le Parti démocrate, n’a présenté aucun candidat.

Une forte présence policière a encerclé les bureaux de vote dimanche. Le chef de la police Raymond Siew a déclaré qu’environ 10 000 agents seraient déployés pour assurer le bon déroulement des élections.

Pour encourager le vote, les autorités ont offert la gratuité des transports en commun dans un geste sans précédent et ont envoyé des rappels la veille du scrutin.

Diminution de la proportion d’élus directs

« Votez pour Hong Kong – notre maison ! L’élection du LegCo est importante pour vous et pour l’avenir de Hong Kong ! » La lettre a été lue en référence au Conseil législatif.

Le parlement chinois qui a ratifié un tampon en mars a adopté une résolution visant à modifier la loi électorale de Hong Kong que beaucoup considéraient comme mettant effectivement fin au cadre « un pays, deux systèmes » dans lequel Hong Kong maintient ses institutions juridiques, politiques et financières distinctes pendant 50 ans. Après son extradition de Grande-Bretagne en 1997.

Dimanche, des policiers montent la garde devant un bureau de vote à Hong Kong. (Vincent Yu/The Associated Press)

Le conseil a voté pour donner à un comité pro-Pékin le pouvoir de nommer plus de législateurs à Hong Kong, réduisant la proportion de ceux qui sont directement élus et garantissant que seuls ceux qui sont vraiment fidèles à Pékin sont autorisés à se présenter aux élections.

Cette décision a élargi la taille de la salle de 70 à 90 sièges, les membres de la Commission électorale, l’organe résolument pro-Pékin chargé d’élire le directeur général, représentant 40 d’entre eux. 30 autres sièges sont élus par des groupes d’entreprises appelés « circonscriptions fonctionnelles ». Le nombre de représentants directement élus a été réduit de 35 à 20. Cinq sièges élus parmi les membres des conseils locaux ont été complètement supprimés.