mars 4, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Expert : Conduire avec un casque de réalité augmentée est « tout simplement stupide »

Expert : Conduire avec un casque de réalité augmentée est « tout simplement stupide »

Des vidéos largement répandues montrant des personnes semblant conduire des voitures Tesla tout en portant des casques de réalité mixte ont soulevé des préoccupations en matière de sécurité au sein du gouvernement américain et parmi les experts technologiques canadiens.

« Rappel – Tous les systèmes avancés d'aide à la conduite disponibles aujourd'hui exigent que le conducteur humain ait le contrôle et soit pleinement engagé dans la tâche de conduite à tout moment », a déclaré le secrétaire américain aux Transports. Pete Buttigieg a-t-il écrit lundi dans un article sur X accompagné d'une vidéo qui a attiré plus de 25 millions de vues.

La vidéo montre un homme non identifié qui semble porter le nouveau Vision Pro à 3 500 $ – le premier casque de réalité mixte d'Apple, qui mélange réalité virtuelle et augmentée – tout en conduisant la camionnette électrique Cybertruck de Tesla. Il est représenté en train de faire des gestes comme s'il appuyait sur des boutons en l'air, les deux mains éloignées du volant.

Le casque Apple Vision Pro est sorti la semaine dernière aux États-Unis. Un employé d'Apple a déclaré à CTVNews.ca qu'on ne savait pas exactement quand le produit serait lancé au Canada.


Dante Lentini, L’étudiant en informatique de NYU a également publié une vidéo virale sur X qui a été vue plus de 26 millions de fois vendredi. Il a ensuite déclaré au site Web de technologie et de science Gizmodo La cascade concernait un « sketch » qu’il faisait avec des amis, ajoutant qu’il conduisait uniquement avec le casque allumé alors que la voiture était en mode pilote automatique pendant 30 à 40 secondes.

Apple n'a pas commenté directement les vidéos lorsque CTVNews.ca l'a interrogé à leur sujet, mais a déclaré que les gens ne devraient « jamais utiliser l'appareil en conduisant un véhicule en mouvement, un vélo, une machinerie lourde ou dans toute autre situation nécessitant une attention particulière à la sécurité ».

Tesla n'a pas répondu à la demande de commentaires de CTVNews.ca.

Bien que le Canada n'ait émis aucun avertissement récent concernant l'utilisation de casques de réalité mixte sur la route, les experts canadiens en technologie se sont concentrés sur le bruit et la possibilité pour les conducteurs d'utiliser ces appareils au volant.

READ  Apple envisage de transformer les iPhones verrouillés en écrans intelligents avec iOS 17

Les préoccupations de sécurité

«J'ai de sérieuses inquiétudes concernant la sécurité routière», a déclaré Douglas Soltis, rédacteur en chef de BetaKit, un magazine canadien de startups et d'innovation technologique en ligne, dans un courriel adressé à CTVNews.ca. « Il s'agit de la même anxiété de distraction au volant causée par l'utilisation d'un smartphone qui a atteint 11. Personne ne devrait avoir ces appareils attachés à sa tête lorsqu'il est au volant, y compris (dans) les véhicules équipés de systèmes de conduite automatisés (comme Tesla). »

Soltis a déclaré que les appareils ne sont pas encore populaires au Canada, mais il croit qu'ils pourraient éventuellement le devenir s'ils devenaient plus abordables.

« Je ne m'attends pas à ce que ces appareils soient largement adoptés à court terme, notamment en raison de leur prix, mais Apple a tendance à généraliser les technologies préexistantes au grand public », a-t-il déclaré.

Shi Cao, professeur agrégé au Département d'ingénierie de conception de systèmes de l'Université de Waterloo, à Waterloo, en Ontario, ne s'attend pas à voir des écouteurs comme le nouvel appareil d'Apple couramment utilisés sur les routes pour des raisons pratiques et de sécurité.

« C'est stupide et je pense qu'ils achètent juste des clics », a déclaré Cao à propos des vidéos virales lors d'un entretien téléphonique avec CTVNews.ca. « Je ne m'inquiéterais pas trop. Toute personne faisant preuve de bon sens devrait éviter de faire ça. »

Mais il souligne que le niveau de distraction créé par les écouteurs dépend de la quantité d’informations que l’utilisateur y ajoute.

Le laboratoire de Cao possède des modèles plus anciens et plus récents de casques de réalité virtuelle et de réalité augmentée comme Microsoft HoloLens, Oculus Quest et Google Glass, qui ont tous des conceptions différentes. Alors que certains appareils utilisent des lunettes transparentes pour permettre aux gens de voir à travers elles, ce n'est pas le cas des écouteurs d'Apple.

Au lieu de cela, ils utilisent des caméras pour enregistrer l'affichage devant l'utilisateur, ajouter du contenu virtuel au flux vidéo, puis lire le résultat combiné sur une paire d'écrans internes afin que l'utilisateur voie un monde 3D composé de scènes du monde réel. . Et le contenu par défaut.

Tout comme les smartphones, le contenu virtuel peut inclure des films, des notes numériques, des jeux et bien plus encore, a-t-il ajouté.

READ  Samsung apporte la Galaxy Watch5 Golf Edition au Royaume-Uni

« Le niveau de distraction dépend du contenu affiché à l'intérieur de ces appareils », a déclaré Kao, qui étudie la distraction au volant ainsi que les applications de réalité augmentée et de réalité virtuelle. « Si vous portez simplement ces appareils (et) peut-être que seule une montre est affichée sur ces appareils, la distraction sera minime. Mais si vous commencez à envoyer des SMS, à visionner une vidéo ou à jouer à un jeu, cela va certainement être un gros problème. problème. »

Pour l'instant, Cao considère ces casques comme plus utiles pour développer des programmes de formation virtuels pour les nouveaux conducteurs ou pilotes. Il ne trouve pas les casques de réalité mixte comme le Vision Pro utiles sur la route, en partie parce qu'ils ne sont pas transparents. Il a déclaré qu'il pourrait être utile d'utiliser un design transparent, semblable à celui de lunettes, permettant aux conducteurs de voir des informations plus utiles à proximité de leur vision de la route, telles que la vitesse, la navigation et les messages importants.

« Techniquement, ces appareils sont comme (Vision Pro), vous pouvez les porter et voir à l'extérieur du monde, mais seulement lorsqu'ils sont alimentés », a expliqué Kao. « En cas de coupure de courant, bien sûr, vous ne pourrez rien voir car ce n'est pas transparent. »

Un autre problème lié à l'utilisation de casques plus récents est le champ de vision plus petit, a-t-il ajouté. « Ces lunettes VR dotées d'une caméra, parce qu'elles superposent les informations à l'aide de la vidéo, l'angle de champ de vision ainsi que la résolution de l'image sont limités », a expliqué Kao dans un e-mail.

Automatisation et distraction du conducteur

Les systèmes de conduite entièrement automatisés ne sont pas disponibles dans le commerce au Canada, bien qu'ils soient testés à l'Université de Waterloo, a déclaré Cao. Actuellement, on ne pense pas qu’il soit disponible nulle part dans le monde.

Des systèmes de conduite partiellement automatisés comme ceux que l'on trouve dans les véhicules Tesla sont disponibles pour les consommateurs au Canada, confiant la responsabilité de la sécurité sur le conducteur, a ajouté Cao. Par exemple, si l’automatisation échoue, elle demandera à un conducteur humain de prendre le contrôle de la voiture.

« Le conducteur doit être responsable de tout et surveiller la voiture à tout moment », a déclaré Cao à propos des systèmes de conduite partiellement automatisés. « Le conducteur ne peut pas dormir, regarder une vidéo ou jouer à la réalité virtuelle. Il doit surveiller la voiture (car) le système n'est pas parfait. »

READ  Rencontrez le joueur de Starfield qui a nettoyé les 1 000 planètes

Cao a déclaré que si un accident survenait, le conducteur serait le principal responsable, et non le constructeur automobile, dans le cadre de la conception actuelle des systèmes de conduite partiellement automatisés.

Bruce Hellinga, professeur au Département de génie civil et environnemental de l'Université de Waterloo, a déclaré que la loi canadienne exige généralement qu'un conducteur soit responsable du contrôle d'un véhicule à tout moment et interdit la distraction au volant. Il a ajouté que certaines juridictions canadiennes interdisent l'utilisation de téléphones intelligents et de téléphones cellulaires à moins qu'elles n'autorisent le fonctionnement mains libres.

« Plus une voiture est automatisée, plus il est facile pour le conducteur de se livrer à des activités distrayantes, peut-être parce qu'il croit que les risques sont faibles parce que c'est la voiture qui conduit », a-t-il déclaré dans un courriel adressé à CTVNews.ca. . « Cependant, aucun constructeur automobile au monde (à ma connaissance) ne fait suffisamment confiance à ses systèmes de conduite autonome pour les vendre au public et ensuite assumer la responsabilité financière/juridique des performances de la voiture lorsqu'elle fonctionne avec ces systèmes. »

L'avenir des écouteurs et de la conduite

Cao a déclaré qu'il envisage désormais un avenir dans lequel les gens pourront conduire en toute sécurité en utilisant des casques de réalité mixte, dans des circonstances « limitées », seulement si des voitures entièrement autonomes deviennent disponibles dans le commerce, ce qui, selon lui, pourrait être possible d'ici 20 ans. Dans ces cas-là, les gens peuvent s’endormir, regarder des vidéos ou ne pas être intéressés à conduire. Il a déclaré que l'utilisation d'écouteurs serait plus sûre dans des scénarios de conduite spécialement conçus, par exemple si une autoroute comporte une voie réservée exclusivement aux véhicules entièrement automatisés et dont la conception spécifique garantit « qu'ils sont totalement sûrs ».

« Tout comme si vous mélangez une voiture autonome avec des conducteurs humains, des piétons, des cyclistes et d'autres types d'usagers humains de la route, je ne pense pas que ce soit une bonne idée et je ne m'attends pas à cela à l'avenir », a expliqué Cao.


Avec des fichiers de Reuters