février 3, 2023

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Voter Macron est une pilule amère pour certains musulmans français

PARIS, 20 avril (Reuters) – Une Française affirme avoir été agressée verbalement, agressée verbalement et trébuchée dans la rue depuis que Lisa Trotech s’est convertie à l’islam et a commencé à porter le hijab il y a près de dix ans. Il craint que la dirigeante d’extrême droite, Marine Le Pen, ne fasse qu’approfondir l’aliénation qu’il ressent s’il remporte l’élection présidentielle de dimanche.

L’insistance de Le Pen sur le fait que l’interdiction aux femmes islamiques de porter le foulard en public est un acte de discrimination contre une forte majorité de musulmans comme lui, qui adhèrent aux strictes valeurs laïques de la France.

« J’ai vraiment peur que Le Pen gagne », a déclaré Trotech, qui dirige une crèche à Paris. « Je ne sais pas à quoi ressemblera la vie le lendemain si cela se produit. »

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Dans l’espoir que Le Pen soit évincé du pouvoir, il votera pour Macron, mais seulement sans mendier. Le bilan du président en matière d’islam l’a laissée profondément déçue et convaincue que le sentiment anti-musulman est en hausse en France.

Les données confirment ce qu’elle ressent. Les chiffres du ministère de l’Intérieur montrent une forte augmentation de la discrimination anti-musulmane et d’autres actes en 2021, alors même que les autres religions connaissent une baisse.

Il décrit avoir voté pour le président Le Pen ou Macron

« Un choix entre la haine islamique et l’islamophobie. »

Macron dit qu’il combattra ce qu’il appelle le « séparatisme islamique » et défendra la laïcité française, qui permet à chaque citoyen de pratiquer librement sa foi. Il dit qu’il s’oppose à l’interdiction des symboles religieux en public.

READ  La France veut nationaliser la compagnie d'électricité endettée EDF

Le Pen veut interdire le port du hijab en public, mais pas d’autres symboles religieux comme la kippa juive. Il promet de combattre la soi-disant « idéologie islamique » de la « dictature ».

Au cours des cinq dernières années, le gouvernement Macron a déclaré qu’il combattrait l’extrémisme religieux et défendrait les valeurs laïques nationales. Mais pour de nombreux musulmans, comme Trotech, l’islamophobie est en hausse.

L’amie de Troadec, Sherazade Rouibah, 23 ans, a déclaré que les commentaires de Macron aux électeurs musulmans entre deux tours de scrutin étaient cyniques.

Macron a félicité une jeune femme musulmane portant un hijab à Strasbourg la semaine dernière pour s’être qualifiée de féministe.

« Oh, vous êtes contre nous depuis cinq ans (…) Êtes-vous intéressé par nos votes maintenant? Et le pire, c’est qu’on va voter pour lui parce que Le Pen est pire que lui », a déclaré Ruiba avec un rire amer.

Manque d’espoir

Les sondages montrent que gagner Le Pen dimanche est impossible, mais pas impossible. En 2017, lorsque les deux candidats se sont affrontés, Macron a remporté Le Pen avec 66,1 % des voix.

Bien sûr, les musulmans ne voteront pas pour Macron en tant que circonscription intégrée. Macron a adopté des politiques de droite en matière de politique identitaire et d’économie, affirmant qu’être un « président des riches » et aliéner le peuple conduirait certains à voter pour Le Pen, tandis que d’autres devraient s’abstenir complètement. Lire la suite

READ  La France ouvre la voie samedi avec trois médailles d'or

« Elle a des gens qui votent pour elle et le disent », a déclaré Trotech.

Heidi Pipen, 42 ans, dans une mosquée de Villurban, une banlieue racialement différente de la ville du sud-est de Lyon, a déclaré qu’il était difficile pour beaucoup de ses fidèles de voter contre Macron, même si c’était à son avis. Extrême droite.

« Les gens qui vont à la mosquée ces jours-ci ont du mal à voter pour des personnes en qui ils n’ont pas confiance », a déclaré Pipen, membre de longue date de la communauté musulmane locale qui a supervisé la cuisine et la distribution de nourriture aux étudiants issus de familles à faible revenu. Le mois sacré du Ramadan.

Azzedine Gaci, recteur de la mosquée de Villurbanne, a déclaré que lui et d’autres dirigeants musulmans locaux exhortaient leur conseil à soutenir Macron à l’approche du vote au nom de la défense de la liberté religieuse en France.

Il a décrit la déclaration de Le Pen comme « un plan pour haïr les musulmans, fermer les mosquées et parler des musulmans jour et nuit ».

Le vote pour Macron n’était pas un vote de soutien, mais un vote pour bloquer l’extrême droite du pouvoir.

La campagne de Le Pen n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage de Juliet Jabgro et Manuel Auslus ; Montage par Richard Luff, Alexandra Hudson

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.