décembre 3, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Une femme de Victoria qui avait une allergie au vaccin COVID-19 recommande toujours la vaccination

Cela fait sept minutes qu’Annie Tall, 32 ans, a reçu son premier vaccin contre le COVID-19.

Elle était assise à l’extérieur du centre Archie Browning, attendant les 15 minutes recommandées.

« Je commence à avoir un peu de démangeaisons dans ma gorge, comme si je mangeais un petit ananas », a déclaré Tal.

Mais elle n’y a pas pensé, l’appelant une irritation de son masque et une agitation pour recevoir la première dose.

Tal a pris un rapide selfie, a attendu les huit minutes restantes, puis est parti faire une course rapide au coin de la rue. Ce n’est que lorsque Tal est remonté dans sa voiture après avoir terminé, et qu’elle a commencé à se rendre compte que quelque chose n’allait pas.

« Je suis remonté dans ma voiture et j’avais l’impression d’avoir un gros coup de soleil sur le visage et ma gorge commençait à enfler », a déclaré Tal. « Je viens de revenir à Archie Browning. »

Lorsqu’elle est revenue au centre, elle ne pouvait plus parler et les infirmières ont décidé qu’elle avait une réaction allergique.

Les infirmières ont administré de l’épinéphrine et les ambulanciers ont emmené Tal à l’hôpital général de Victoria pour observation.

« Les réactions allergiques graves aux vaccins COVID-19 sont très rares – environ 1 personne sur 100 000 réagira », a déclaré le Dr Michael Benosik, médecin hygiéniste, dans un communiqué de presse.

« Nos sites de vaccination ont été mis en place pour identifier et réagir à cela lorsque cela se produit, ce qui est exactement ce qui s’est passé avec ce patient. Nous avons également une grande équipe d’immunologistes qui déterminent si les vaccins peuvent être fournis en toute sécurité après que cela se produise. « 

READ  Les vacances américaines à Cuba s'accompagnent toujours d'une gueule de bois des sanctions de Trump

Tal a consulté un allergologue après sa réaction indésirable et a découvert grâce à des tests qu’elle était allergique au vaccin à ARNm.

« J’ai eu le vaccin contre la grippe, j’ai eu le virus du papillome humain (VPH), j’ai eu les vaccins de voyage et je n’ai jamais eu de soucis à ce sujet », a déclaré Tal, ajoutant qu’elle avait une grave allergie. depuis qu’elle est enfant.

Mais même avec cette connaissance, Tal n’a pas hésité à obtenir le deuxième coup.

« J’ai survécu au premier, donc même si le pire se reproduisait, j’étais trop [still] Je vais recevoir ma deuxième vaccination, ajoutant: « Pour moi, la vaccination était plus importante que la vaccination. Je m’inquiète plus des symptômes et des effets de COVID que d’une réaction allergique. »

Tal a reçu la deuxième injection en septembre dans le bureau d’un allergologue. Ils lui ont donné une forme diluée du vaccin : cinq petites doses, à 15 minutes d’intervalle.

Elle dit qu’elle s’est sentie en sécurité et bien prise en charge pendant tout le processus. Tal espère qu’en partageant son histoire, d’autres se sentiront rassurés ou inspirés pour se faire vacciner eux aussi.

« J’ai fait cela pour protéger les gens autour de moi. Ma mère est une survivante du cancer et j’ai des nièces et des neveux. Je veux qu’ils soient en sécurité », a-t-elle déclaré. « Plus les gens attendent pour se faire vacciner, plus le COVID restera longtemps avec nous. »