novembre 29, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un sondage à la sortie des urnes indique un bloc dirigé par l’extrême droite dirigé par une majorité au Parlement italien

Un sondage d’opinion réalisé par la télévision d’Etat peu après la clôture des élections dimanche soir a indiqué que l’alliance électorale de la dirigeante d’extrême droite Georgia Meloni semblait surpasser le mémorandum national italien.

La radio Al-Rai a déclaré que les Frères d’Italie dirigés par Meloni, en alliance avec deux partis de droite, semblaient se diriger vers jusqu’à 45% des voix dans les deux chambres du parlement, par rapport à son concurrent le plus proche, l’ancien centre -coalition de gauche. Le Premier ministre du Parti démocrate Enrico Letta, qui semble avoir obtenu jusqu’à 29,5 %. Ray a déclaré que la marge d’erreur du sondage lors du scrutin était de 3,5 %.

Meloni, 45 ans, serait bien placée pour devenir le premier Premier ministre d’extrême droite italien depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la première femme du pays à occuper ce poste. Son parti, aux racines néo-fascistes, devra forger une coalition avec ses principaux alliés, le leader de la Ligue anti-immigrés Matteo Salvini et l’ancien Premier ministre conservateur Silvio Berlusconi pour détenir une solide majorité au parlement.

L’ascension fulgurante de Meloni au rang de troisième économie de l’UE survient à un moment critique, une grande partie du continent étant aux prises avec des factures énergétiques croissantes, les retombées de la guerre en Ukraine.

Plus est à venir

Ceci est une mise à jour urgente. Une version antérieure de cette histoire peut être vue ci-dessous.


Les Italiens ont voté dimanche lors d’une élection qui pourrait faire basculer la politique du pays vers la droite pendant une période critique pour l’Europe, alors que la guerre en Ukraine a fait monter en flèche les factures d’énergie et a mis à l’épreuve la détermination de l’Occident à s’unir contre l’agression russe.

READ  Ce père et son fils ont eu besoin de 4 greffes d'organes. Ils veulent que plus de gens donnent la vie

Quatre heures avant la fermeture des bureaux de vote, le taux de participation était de 7% inférieur à celui de la même période en 2018, qui avait enregistré un taux de participation record de 73%.

Le dépouillement des bulletins de vote devait commencer peu après la fermeture des bureaux de vote à 23 heures, heure locale, les prévisions basées sur des résultats partiels devant être publiées tôt lundi.

La publication de sondages d’opinion dans les deux semaines précédant les élections est interdite.

Les sondages d’opinion antérieurs indiquaient que la dirigeante d’extrême droite Giorgia Meloni et son parti des Frères d’Italie, qui a des racines néo-fascistes, étaient les plus populaires.

Une religieuse vote dimanche dans un bureau de vote à Rome lors des élections générales italiennes. (Stoyan Ninove/Reuters)

Si ce sentiment persiste, Meloni sera bien placé pour former le premier gouvernement d’extrême droite du pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si Meloni devient Premier ministre, elle sera la première femme en Italie à occuper ce poste.

« Aujourd’hui, vous pouvez aider à écrire l’histoire », a posté Meloni sur Twitter dimanche.

Le Parti Meloni a été formé à partir de l’héritage du parti néo-fasciste qui a rapidement façonné la guerre par les nostalgiques du dictateur fasciste Benito Mussolini.

L’ex-Premier ministre Enrico Letta et son Parti démocrate de centre gauche étaient loin derrière dans les derniers sondages d’opinion.

Cela peut prendre des semaines pour qu’une alliance se forme

Cependant, la formation d’une coalition au pouvoir viable en Italie pourrait prendre des semaines.

Meloni a rejoint une alliance électorale avec un autre dirigeant de droite, Matteo Salvini, qui dirige la Ligue anti-immigrés, ainsi qu’avec Silvio Berlusconi, le triple Premier ministre qui dirige le parti Forza Italia qu’il a créé il y a trois décennies.

La loi électorale complexe de l’Italie récompense les coalitions de campagne, ce qui signifie que les démocrates sont désavantagés car ils n’ont pas réussi à obtenir une large coalition similaire avec des populistes et des centristes de gauche.

Giorgia Meloni, leader du parti italien d’extrême droite Frères, prononce un discours avant les élections à Naples vendredi. Si Meloni devient Premier ministre, elle sera la première femme en Italie à occuper ce poste. (Andreas Solaro/AFP/Getty Images)

Environ 51 millions d’Italiens ont le droit de voter dimanche. Malgré les nombreuses crises en Europe, certains électeurs ont déclaré aux sondeurs qu’ils se sentaient éloignés de la politique.

L’Italie a eu trois gouvernements de coalition depuis les dernières élections – chacun dirigé par quelqu’un qui ne s’est pas présenté aux élections.

« J’espère que nous verrons des gens honnêtes, et c’est très difficile ces jours-ci », a déclaré Adriana Gerdo dans un bureau de vote à Rome.

L’Europe ferme la surveillance

Le type de gouvernement que la troisième économie de la zone euro aurait pu avoir a été étroitement surveillé en Europe, compte tenu des critiques de Meloni à l’égard des «bureaucrates bruxellois» et de ses liens avec d’autres dirigeants de droite.

J’ai récemment défendu le président hongrois Viktor Orban après que la Commission européenne ait recommandé de suspendre des milliards d’euros de financement à la Hongrie en raison de préoccupations concernant le recul démocratique et le risque de mauvaise gestion des fonds de l’UE.

Les élections de dimanche se sont tenues six mois avant le gouvernement épidémiologique du Premier ministre Mario Draghi Il s’est effondré fin juillet.

Meloni est vu avec le chef de la Lega Matteo Salvini, à gauche, et le chef de Forza Italia Silvio Berlusconi, au centre, lors d’un rassemblement conjoint des partis de droite italiens à Rome jeudi. (Yara Nardi/Reuters)

Les sondages ont trouvé Draghi, l’ancien président de la Banque centrale européenne, très populaire.

Mais les trois partis populistes de sa coalition ont boycotté un vote de confiance lié à des mesures de réduction d’énergie.

Leurs dirigeants, Salvini, Berlusconi et le chef du Mouvement 5 étoiles Giuseppe Conte, l’ancien Premier ministre dont le plus grand parti est au parlement sortant, ont vu la popularité de Meloni croître tandis que celle de leur parti a chuté.

Dimanche, le Premier ministre italien Mario Draghi fait signe de la main alors qu’il quitte un bureau de vote à Rome. Le gouvernement épidémiologique de Draghi s’est effondré fin juillet. (Ricardo Antimani/ANSA/AFP/Getty Images)

Meloni a maintenu ses frères en Italie dans l’opposition, refusant de rejoindre le gouvernement uni de Draghi ou les coalitions de Conte qui ont gouverné après le vote de 2018.

Il a également pris ses distances avec Salvini et Berlusconi en soutenant sans relâche l’Ukraine, notamment en envoyant des armes pour que Kyiv puisse se défendre contre la Russie. Son parti nationaliste défend la souveraineté.

Avant l’invasion russe, Salvini et Berlusconi avaient impressionné le président russe Vladimir Poutine.

Salvini, qui a largement puisé dans le soutien de ses électeurs auprès des propriétaires d’entreprises, s’est dit préoccupé par le fait que l’économie italienne pourrait être durement touchée par les retombées des sanctions occidentales contre la Russie.

Les entreprises et les foyers italiens peinent à payer leurs factures de gaz et d’électricité, parfois dix fois plus élevées que l’an dernier.

Draghi reste un gardien jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit assermenté.