mai 28, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un nouvel opéra d’un compositeur haïtien-canadien qui met en lumière des interprètes et des histoires noirs

Un nouvel opéra d’un compositeur haïtien-canadien qui met en lumière des interprètes et des histoires noirs

Lors de la première de l’opéra « La Flambeau » la semaine prochaine à Montréal, les artistes noirs seront au centre d’un milieu artistique où ils ont toujours été sous-représentés.

L’œuvre du compositeur et pianiste canado-haïtien David Bontemps explore des sujets d’actualité tels que les droits des femmes et le besoin de justice sociale et de compassion, tout en critiquant la corruption, la misogynie et l’abus de pouvoir.

Taras Kulich, directeur général de l’Orchestre classique de Montréal, a déclaré avoir choisi le projet précisément parce que l’orchestre de chambre a pour mission de prouver que le monde de la musique classique est composé de plus que de « compositeurs masculins blancs ».

« Nous sommes très fiers de cette première mondiale », a déclaré Kulish dans une interview. « Nous voulons vraiment que les artistes de différents horizons brillent, que ce soit de la communauté LGBTQ, de la communauté noire ou des communautés autochtones. »

Bontemps, qui est né à Port-au-Prince et a déménagé à Montréal en 2002, a composé un opéra de chambre en 2020 au début de la pandémie.

« Pour moi, c’est l’histoire qui brille parce que le texte contient de fortes références historiques à ce que la culture haïtienne a gardé de son ascendance africaine et de son concept d’être créole », a-t-il déclaré dans une interview. « C’est historique et artistique, et c’est le lien avec[le Mois de l’histoire des Noirs]. »

L’opéra raconte l’histoire d’un couple dysfonctionnel, M. et Mme. Le maître est un penseur aux ambitions politiques, et Madame semble être devenue folle alors qu’elle poursuit la conversation avec sa mère et son oncle décédés. Le couple engage Mademoiselle, une jeune ouvrière d’un petit village, comme bonne.

READ  Le Salon de Paris célèbre les "débuts célèbres" de Sarah Bernhardt

Le maître devient enchanté par la beauté de Mademoiselle et trahit ses principes en la maltraitant mentalement et physiquement. Mademoiselle fuit la maison à la recherche d’aide. Enfin, au milieu de la nuit, il reçoit la visite d’un inconnu qui le condamne à vivre comme un zombie qui doit servir Mademoiselle et la société.

Bontemps a déclaré : « J’aime l’histoire parce qu’elle touche à la langue en Haïti avec le français et le créole, la classe, l’éducation, la justice, les systèmes de croyance et aussi l’idée qu’une société ou un pays sans respect, amour et harmonie est dans un chaos complet.  »

« La Flambeau » présente quatre artistes d’opéra noirs notables : la soprano née au Cameroun Suzanne Tavot, la mezzo-soprano canadienne Catherine Daniel, le ténor canado-jamaïcain Paul Williamson et la basse canadienne Corinne Thomas Smith.

« Ce projet était vraiment cool et parfait pour nous. La musique est amusante et puissante », a déclaré Kulish. « Avec ce type de projets, nous voulons nous aligner sur ce qui se passe au sein de la communauté, et nous savions que février était le Mois de l’histoire des Noirs, donc c’était évidemment quelque chose à mettre en avant à ce moment-là. »

Williamson, qui joue le Maître, est interprète d’opéra depuis 30 ans. Lors d’une pause après une dernière répétition, il a raconté que tout au long de sa carrière, il avait été victime de discrimination en raison de la couleur de sa peau.

« J’ai dû faire face au racisme. Les collègues ne savent pas comment communiquer avec moi. J’ai dû faire face à des gens qui m’appelaient toutes sortes de noms désobligeants », a-t-il déclaré. « J’espère que des projets comme celui-ci montrent aux gens que c’est plus que l’apparence de quelqu’un et que nous pouvons faire partie d’un mélange d’art. Vous pouvez être de n’importe quelle race ou couleur et que vous pouvez toujours jouer le rôle parce que vous avez les compétences pour fais ça.

READ  La Fashion Week de Paris s'étend sur le minimalisme et les fleurs de la Renaissance

Interprétant le personnage de Mademoiselle, Tavot a noté que l’opéra d’aujourd’hui doit refléter son public et son public.

« Avoir une compagnie comme l’Orchestre classique de Montréal qui veut vraiment faire sa part, c’est vraiment important et vraiment impressionnant », a-t-elle déclaré. « La représentation dans les arts, et plus particulièrement dans l’opéra, est essentielle, non seulement pendant le Mois de l’histoire des Noirs, mais tous les jours. »

L’opéra est basé sur une pièce du poète et dramaturge haïtien Faubert Bolívar, avec qui Bontemps s’est lié d’amitié lorsqu’ils ont fréquenté ensemble la faculté de droit en Haïti.

« Les questions de justice et de respect d’autrui sont des questions universelles sur lesquelles nous ne cesserons d’aborder », a déclaré Bontemps. « Nous ne pouvons jamais arrêter de penser à ces sujets. Nous parlons de justice depuis la nuit des temps sous de nombreuses formes. »

« La Flambeau » sera présenté mardi à la Salle Pierre-Mercure du centre-ville de Montréal.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 2 février 2023.