décembre 8, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un nouveau rapport montre que plusieurs propriétaires possèdent une grande proportion de maisons en Ontario et en Colombie-Britannique

Le boom immobilier qui a propagé la pandémie était en grande partie dû à des coûts d’emprunt historiquement bas, qui ont également contribué à accroître la demande des investisseurs.Daryl Dick/La Presse Canadienne

De nouvelles preuves suggèrent qu’une minorité de propriétaires canadiens accumulent de grandes quantités de propriétés résidentielles en Ontario et en Colombie-Britannique.

De nouvelles données révèlent que 15,5 % des propriétaires individuels possédaient 31,1 % de toutes les propriétés résidentielles en Ontario en 2019. En Colombie-Britannique, 15 % des propriétaires individuels possédaient 29,1 % du parc immobilier régional.

Les données proviennent du Programme de la statistique du logement du Canada, ou PSLC, qui a été créé il y a cinq ans par Statistique Canada pour combler un manque de données sur les forces motrices du marché du logement du pays.

Les résultats constituent le premier aperçu complet du CHSP sur les personnes qui possèdent plusieurs propriétés et sur ce qu’elles possèdent. Ils ont été publiés moins d’une semaine après qu’Ottawa a présenté un budget visant à atténuer la crise du logement dans le pays en versant des milliards de dollars dans la construction de nouvelles maisons, en aidant les acheteurs d’une première maison et en freinant les acheteurs de biens étrangers.

Le budget n’a pas abordé le rôle des investisseurs immobiliers de détail, dont les achats ont doublé au cours de la première année de la pandémie et représentaient un peu plus de 20 % de tous les achats à l’échelle nationale au premier semestre 2021.

« Les personnes qui possèdent plusieurs propriétés détiennent une part importante de l’inventaire des propriétés résidentielles, bien qu’elles ne représentent qu’un nombre relativement faible de propriétaires », indique le rapport du CHSP, ajoutant que les propriétaires à la recherche de propriétés supplémentaires « contribuent à une concurrence accrue sur des marchés immobiliers déjà tendus ». , rend encore plus difficile pour les propriétaires potentiels d’acheter une maison. »

READ  Air Canada lance un vol sans escale de Vancouver à Bangkok

Un compte d’épargne libre d’impôt aidera-t-il les acheteurs de maison? Les experts donnent des avis mitigés

Le secteur de la construction voit des défis dans le programme budgétaire majeur visant à accélérer le rythme de la construction de maisons au Canada

Les statistiques sur les propriétaires multiples dans les régions urbaines de l’Ontario et de la Colombie-Britannique fournissent une indication du niveau d’investissement dans la propriété résidentielle par les investisseurs immobiliers individuels ou ceux qui investissent pour eux-mêmes.

Bien que de nombreux propriétaires possèdent une propriété récréative ou un chalet, le rapport du CHSP indique que la majorité des propriétaires multiples possèdent toutes leurs propriétés dans la même région métropolitaine. Les données datent de 2019 et ne reflètent donc pas la frénésie de l’épidémie immobilière alors que les prix des logements ont grimpé en flèche, en particulier dans les petites villes et les zones rurales.

Les données du CHSP montrent qu’au Nouveau-Brunswick, 19,6 % des propriétaires individuels possèdent 38,7 % du parc de logements du comté. En Nouvelle-Écosse, 21,6 % des propriétaires possèdent 40,9 % des propriétés résidentielles. Cependant, puisque seulement un cinquième des propriétaires multiples maintiennent toutes leurs propriétés dans la même zone urbaine de recensement au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, CHSP a déclaré qu’il est possible que ces propriétés secondaires soient des propriétés récréatives plutôt que des propriétés d’investissement.

« Nous pensons qu’il y a beaucoup d’arrangements multi-propriétés qui vont dans une plus grande mesure avec l’objectif récréatif que ce que nous voyons en Ontario », a déclaré Jean-Philippe Deschamps-Laporte, président de CHSP.

Le boom immobilier qui a éclaté pendant la pandémie était dû à des coûts d’emprunt historiquement bas, qui ont également contribué à accroître la demande des investisseurs.

READ  Biden prévoit de profiter des réserves de pétrole pour contrôler les prix du gaz - Business News

Andy Yan, directeur du City Program à l’Université Simon Fraser, a déclaré que les dernières données du CHSP suggéraient que les gouvernements devraient déterminer qui achèterait. L’investissement immobilier est légal au Canada et gagne en popularité à mesure que les prix des maisons montent en flèche et que les résidents recherchent d’autres moyens de gagner leur vie, en plus du revenu de retraite.

Mais M. Yan a déclaré que les gouvernements devraient envisager des politiques « à la hauteur des règles du jeu » entre quelqu’un qui cherche à acheter sa première maison et quelqu’un qui cherche son deuxième ou troisième appartement.

CHSP a été créé après le boom immobilier de 2017 à Toronto et à Vancouver. À l’époque, on pensait que les achats étrangers étaient la cause des prix élevés des maisons dans la région de Vancouver, mais il n’y avait pas de données complètes. Le CHSP utilise les déclarations de revenus, les données d’enregistrement foncier et les évaluations foncières pour son analyse. Le programme repose sur la coopération des provinces et des territoires, c’est pourquoi l’ensemble de données ne couvre pas l’ensemble du pays.

Votre temps est précieux. Recevez notre bulletin d’information sur les principaux titres d’entreprise facilement livré dans votre boîte de réception le matin ou le soir. Inscrivez-vous aujourd’hui.