décembre 8, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un locataire de Calgary se bat contre un préavis de 90 jours de la part de son propriétaire à Sunnyside

Brianne Zimmerman dit qu’elle n’a pas l’habitude de défier les ordres.

Mais la photographe basée à Calgary dit que quelque chose n’allait pas dans l’avis que la propriétaire s’est faufilé sous sa porte d’entrée en mars dernier.

Il a déclaré qu’elle et ses voisins devaient quitter leur appartement du Sunnyside Building avant le 30 juin.

N’a pas fourni de raison.

Zimmerman dit que cela en a surpris beaucoup, en particulier ceux qui vivent dans le bâtiment depuis plus de 20 ans.

Par conséquent, après avoir contacté le service de l’Alberta, qui supervise l’application de la Loi sur la location résidentielle (RTA) et des règlements connexes, j’ai appris que l’avis enfreignait probablement la loi.

Elle dit que la plupart de ses voisins sont déjà partis, ignorant leurs droits.

Elle a décidé de rester sur place et de se battre.

« Essayer de nous intimider »

Zimmerman dit qu’elle a déménagé au 833 First Avenue NW il y a cinq ans et a payé 750 $ pour un ancien appartement de deux chambres.

« Nous avons volé un marché … ces dernières années, nous avons été vraiment chanceux », a déclaré Zimmerman.

Jusqu’au printemps de cette année, elle a dit qu’elle s’entendait bien avec le propriétaire.

Mais elle dit que depuis que le bâtiment a été vendu et que le propriétaire a publié l’avis en mars, leur relation s’est détériorée.

« On a l’impression qu’ils comptent sur nous pour ne pas connaître nos droits et essayer de nous intimider », a déclaré Zimmerman.

Zimmerman dit qu’aucune raison claire n’a été donnée pour la notification. Elle soupçonne qu’ils sont payés pour permettre aux nouveaux propriétaires de faire des rénovations majeures et d’augmenter le loyer.

READ  Novak Djokovic pose des conditions claires pour sa retraite avant de revenir à l'Open d'Australie | tennis | sport

Zimmermann et la plupart des autres locataires de l’immeuble avaient un loyer mensuel. Deux d’entre eux avaient un bail à durée déterminée.

La durée déterminée ne nécessite aucun préavis. Les locataires doivent partir lorsque le bail n’est pas renouvelé.

Mais la manière dont le propriétaire résilie le loyer de mois en mois est clairement stipulée dans le RTA.

droits mois par mois

Tout d’abord, un avis de résiliation d’un contrat mensuel ne peut être déposé sans délai.

Selon le Service de l’Alberta, l’avis doit être envoyé en personne, par courrier recommandé, à un autre adulte vivant avec le locataire, affiché bien en vue ou envoyé par voie électronique avec l’accusé de réception requis.

Deuxièmement, l’avis écrit doit inclure une raison – ce qui n’était pas le cas.

Ensuite, selon la raison – qui est clairement énoncée dans la loi – les locataires ont 90 jours ou 365 jours pour quitter.

Si le propriétaire ou un parent du propriétaire veut emménager, ou si le propriétaire a l’intention de démolir l’immeuble où habite le locataire, ce sont des motifs valables pour un préavis de 90 jours.

Les renouvellements majeurs nécessitent un préavis de 365 jours.

Si vous allez devenir propriétaire… vous devez connaître les lois qui réglementent et régissent cette entreprise et vous devez les suivre.– Jerry Baxter, Association des maisons de location de Calgary

Le président de la Calgary Residential Rental Association, qui représente les propriétaires, affirme que si des rénovations ne peuvent être effectuées pendant que le locataire y séjourne, il s’agit d’une rénovation majeure.

« Si l’ensemble du bâtiment reçoit un avis de déménagement, il est probable que le bâtiment sera soit converti en condominiums, soit que des rénovations majeures auront lieu dans tout le bâtiment », a déclaré Jerry Baxter, directeur général de l’association.

Selon le manuel RTA, si le propriétaire donne un préavis de moins de 365 jours pour résilier le bail afin que des renouvellements importants ou des augmentations de loyer puissent être effectués après la notification, alors le propriétaire a commis une infraction à la loi.

« En fin de compte, si vous allez être propriétaire et faire cette entreprise, parce que c’est une entreprise, vous devez connaître les lois qui réglementent et régissent cette entreprise et vous devez les suivre », a déclaré Baxter.

Réponse des propriétaires

Zimmerman et d’autres locataires ont déclaré à CBC News qu’après avoir fait pression pour obtenir des informations, on leur avait expliqué de nombreuses raisons, telles que le bâtiment vendu, la moisissure et les rats présents, ou les nouveaux propriétaires souhaitant faire des choses attendues depuis longtemps. Réparation.

Les nouveaux propriétaires de cet immeuble de Sunnyside disent qu’ils n’ont rien à voir avec l’avis d’expulsion de 90 jours de l’ancien propriétaire. (Anna Khotxesana)

CBC News a contacté les anciens et les nouveaux propriétaires de l’immeuble au 833 First Avenue NW

Les anciens propriétaires n’ont pas répondu.

Les propriétaires actuels et leurs avocats n’ont pas souhaité s’exprimer formellement et n’ont pas autorisé l’utilisation de leur nom. Mais CBC News a confirmé par le biais de documents de l’Alberta Land Titles que l’avocate représentant les nouveaux propriétaires est Corinna Lee.

Il me dit que les nouveaux propriétaires n’ont rien à voir avec le préavis de 90 jours.

Il a déclaré à CBC News qu’il avait accepté de publier l’avis de manière incorrecte. Et avec des rénovations majeures prévues par les nouveaux propriétaires, les locataires au mois doivent recevoir un préavis de 365 jours.

Ils disent aussi que Zimmermann peut survivre.

On dit que ce sont les anciens propriétaires qui doivent répondre de la résiliation du contrat pour les locataires déjà partis.

Zimmermann et deux locataires qui travaillent à durée déterminée vivent toujours dans l’immeuble. Les baux à durée déterminée expirent fin août. Les locataires doivent partir à l’expiration du bail.

Se plaindre

Zimmerman dit qu’elle n’envie pas les nouveaux propriétaires de vouloir faire des rénovations majeures et augmenter le loyer. Elle dit qu’elle souhaite juste que tout le processus se passe bien.

Il a depuis déposé une plainte de consommateur en vertu de la Consumer Protection and Service Act de l’Alberta.

D’autres options pour les locataires incluent la demande d’indemnisation auprès d’un service de règlement des litiges locatifs résidentiels ou d’un tribunal.

Le comté indique que si une plainte est déposée auprès de l’Unité des enquêtes sur les consommateurs et que le propriétaire est reconnu coupable d’un crime en vertu de la Loi sur la location résidentielle, il pourrait être passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 $.

Baxter dit que les locataires peuvent également déposer une plainte auprès de l’Alberta Real Estate Board si le propriétaire ou le gestionnaire immobilier est titulaire d’une licence auprès du conseil.