février 2, 2023

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Un homme de Québec suspendu pour 1 000 $ après une saga de la Cour des petites créances

En juillet 2021, Jonathan Laverre, un résident de Québec, travaillait à la maison lorsqu’il a reçu un appel d’un gardien.

Elle voulait savoir comment Laferrière paierait ses 4 015,17 $ après une décision contre lui à la Cour des petites créances.

Laferrière était confus.

« Ma première réaction a été que c’était une arnaque », a-t-il déclaré à CBC lors d’une interview la semaine dernière.

« Je n’ai jamais été poursuivi, je ne suis jamais allé au tribunal, mais pendant que je lui parlais, les détails qu’elle me fournissait semblaient très troublants », a-t-il déclaré.

Ce n’était pas un canular.

Laferrière a appris que la poursuite était liée à un complexe d’appartements à Montréal qu’il avait vendu en 2018. Un an plus tard, le nouveau propriétaire découvre le problème des rats et poursuit Laferrière en cour des petites créances, alléguant que la présence d’insectes est un vice caché, connu en le français comme Cache-étaux.

Mais Lavrier n’a jamais été informé qu’il serait poursuivi.

Il s’agit de la demande initiale que Jonathan Laveriere a reçue d’un huissier, lui ordonnant de payer un peu plus de 4 000 $ après avoir perdu une poursuite devant la Cour des petites créances dont il ignorait qu’elle était intentée contre lui. (Fourni par Jonathan Laverre)

« L’acheteur ne m’a pas trouvé et le tribunal a envoyé l’avis de poursuite à une adresse où je ne résidais pas », a déclaré Lavrier.

L’affaire a été portée devant les tribunaux sans que Lavery en soit informé. Le juge a tranché en faveur de l’acheteur en octobre 2020. En mars 2021, le tribunal a autorisé le dossier à percevoir l’argent.

Le shérif a finalement retrouvé Laverre en juillet dernier.

Laferrière était maintenant dans une impasse pour 4 000 $, sans jamais avoir la chance de se défendre.

Ce n’était que le début de ce que Laverre appelle «l’histoire d’horreur de Kafka», dans laquelle il a tout fait correctement, mais a fini par devoir de l’argent à des erreurs judiciaires.

« Je pensais que les tribunaux étaient quelque chose sur qui on pouvait compter, mais j’ai complètement perdu confiance dans le système », a déclaré Laverre.

« Je me sens si petit », a-t-il dit, « je me sens si insignifiant, comme si j’étais à la merci de cette gigantesque machine bureaucratique qui fonctionne en quelque sorte toute seule. »

Plus de revers

La Cour des petites créances existe pour régler les différends monétaires mineurs, dont la valeur est estimée à 15 000 $ ou moins au Québec, sans faire appel à des avocats. Il se veut efficace et simple. Mais si quelque chose ne va pas, les gens sont laissés seuls pour le savoir.

Au début, Laverre sentit la tâche.

Après avoir entendu l’huissier, il s’est présenté au tribunal de Québec et a expliqué qu’il n’avait pas été contacté au sujet de la poursuite. On lui a dit qu’il pouvait payer 300 $ pour déposer une annulation de la décision.

C’est à ce moment-là que la décision est suspendue et qu’il y a essentiellement un retour. Laferrière croit que s’il est capable de faire sa journée devant le tribunal, il pourra peut-être réduire le montant dû ou peut-être même l’éliminer.

Il a payé 300 $ et a été retiré. J’ai commandé un nouvel essai.

Mais il y avait plus de cahots sur la route.

Lavrier a reçu une lettre du tribunal lui demandant de préparer tous les documents qu’il pourrait vouloir utiliser comme preuve et de les envoyer au tribunal de Montréal où aurait lieu le procès. Mais avant de pouvoir le faire, il avait besoin de voir les preuves que l’acheteur avait apportées contre lui.

« Parce qu’à ce stade, gardez à l’esprit que je ne sais toujours pas exactement pourquoi je suis poursuivi. Je n’ai pas de détails », a déclaré Laverre. La lettre indiquait qu’il serait contacté sous peu. Les semaines passèrent et rien ne vint.

Il a de nouveau appelé le tribunal et on lui a dit qu’il devait envoyer un e-mail, demandant officiellement une preuve de l’acheteur. Il y avait aussi des frais de 200 $.

« J’ai l’impression que c’est le genre d’informations qu’il aurait été formidable d’inclure dans la lettre, mais je le pouvais », a-t-il déclaré.

Payer les honoraires, recevoir les documents de l’acheteur, constituer son dossier et présenter sa preuve au tribunal.

Puis, un autre hic.

Apparemment, il y avait un délai de 15 jours pour soumettre sa preuve, et ce délai est dépassé depuis longtemps. Il n’y avait aucune mention de la date limite dans aucune des correspondances qu’il a reçues du tribunal.

Il a de nouveau contacté le tribunal, et ils ont expliqué que les bons formulaires n’avaient pas été envoyés. On lui a dit de prendre tout son témoignage, de le mettre dans une enveloppe avec une note manuscrite expliquant la situation au juge et de l’envoyer au tribunal de Montréal.

Il l’a fait, et ça a marché. Une nouvelle date de procès a été fixée en décembre dernier.

Après quelques interruptions, Laferrière a pu obtenir un nouveau procès, mais même après une victoire partielle au tribunal, cela est revenu le hanter. (Martin Thibault/Radio Canada)

Laferrière et Jupiter ont tous deux présenté leurs arguments au juge. En fin de compte, il était toujours tenu de payer l’acheteur, mais c’était bien moins que le montant initial. Au lieu de 4 000 $, il a été condamné à payer 1 500 $ : une victoire partielle.

« J’étais prêt à mettre tout cela derrière moi. J’ai mis le chèque par la poste à la femme qui a poursuivi. Je lui ai donné l’argent. Il a été livré. Il est encaissé. Et je pense que c’est la fin », a déclaré Laferrière.

« Enfin, Dieu merci, je peux continuer ma vie », a-t-il déclaré.

pas exactement.

Intérêts imputés sur la décision initiale

Plus tôt cette année, Laferrière a reçu une lettre de son employeur lui disant qu’ils avaient été contactés par l’huissier et qu’ils déduiraient de l’argent de son salaire pour rembourser les 4 000 $ qui lui étaient dus. (Les huissiers nommés par le tribunal ont le pouvoir d’accepter les salaires des gens et de recouvrer les dettes.)

Lavrière a rappelé le dossier et le directeur s’est rendu compte qu’une erreur avait été commise et a dit que son employeur serait contacté et que la situation serait corrigée.

Puis l’huissier a appelé Laferrière plus tôt ce mois-ci et a dit qu’il devait encore 1 020 $. Laferrière était confus, car l’affaire était réglée et l’acheteur qui l’avait poursuivi avait déjà payé.

Le directeur lui a dit que les 1 020 $ comprennent les intérêts et les frais administratifs facturés sur la somme du jugement initial de 4 015,17 $ – le montant initial imputé contre lui, que Laferrière avait déjà payé pour annuler.

Lavrier demande à l’huissier pourquoi il devrait payer des intérêts sur une décision qui n’est plus en vigueur.

« Ils ont dit: » C’est ainsi que fonctionne le système «  », a déclaré Laverre.

Il a appelé le tribunal pour confirmer si c’était vrai et on lui a dit la même chose.

Il a dit: «Ils ont juste haussé les épaules un peu et ont dit: ‘Qu’est-ce que tu vas faire? « 

Laverre a déclaré qu’on lui avait dit qu’il pouvait payer à nouveau les 300 $ et essayer de revenir en arrière ou faire appel de l’amende devant le tribunal.

« Je ne vais pas m’emparer de la justice », a-t-il dit, « si je vois le prix de l’essence, je n’ai pas les moyens de me payer un avocat pour le moment ».

rayon d’espoir

Laferrière a peut-être encore une carte à jouer.

Anne-Claude Bergeron, porte-parole de la Cour du Québec, qui a compétence sur les cours des petites créances de la province, a déclaré à CBC que la cour ne pouvait pas commenter un cas particulier.

Mais Bergeron renvoie Radio-Canada à l’article 566 du Code civil du Québec.

« Cet article donne au débiteur qui désire contester le montant réclamé la possibilité de faire une demande incidente sur un formulaire qui peut être obtenu auprès du greffier du tribunal », a précisé M. Bergeron.

Ni Usher ni le tribunal n’ont jamais mentionné cette option, a déclaré Laverrier, mais il pourrait l’envisager.

« Une partie de moi veut que ce soit si mauvais », a-t-il dit, « parce que je sens juste que je n’aurais pas dû laisser ça mourir »,

« Mais en même temps, c’est juste un problème. »

« Je n’ai pas vraiment envie de revivre tout ça. »

READ  Oilers GM Holland se tient debout pour les gardiens de but, mais ajoute la profondeur promise ailleurs le jour de la date limite des échanges