octobre 17, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Tombouctou au Mali craint les djihadistes alors que la France réduit ses troupes

Tombouctou, Mali (Associated Press) – Cela fait neuf ans que des extrémistes islamistes du nord du Mali ont arrêté Zahra Abdo pour avoir montré ses cheveux et porter des vêtements qu’ils jugeaient trop serrés.

Des militants liés à Al-Qaïda qui se sont emparés de ce centre du désert légendaire en 2012 ont flagellé Abdo devant une foule dans son quartier. Des femmes plus âgées ont essayé d’arrêter la flagellation, mais les extrémistes les ont empêchées.

“J’ai reçu des dizaines de coups de fouet devant une foule nombreuse et à cause de la douleur, je me suis évanouie”, se souvient-elle. “C’était une insulte totale pour moi. Pendant longtemps, j’ai eu honte devant les gens de mon quartier.”

Elle dit que le choc la tourmente toujours. Son inquiétude s’est accrue depuis que la France a annoncé en juillet qu’elle réduirait de moitié ses 5 000 soldats au Mali D’ici 2022. Après des années à mener la lutte contre les djihadistes dans le nord du Mali, l’armée française fermera ses bases à Tombouctou et dans d’autres centres du nord.

Tout comme les talibans sont revenus au pouvoir en Afghanistan, Abdou dit qu’elle craint que ce ne soit qu’une question de temps avant que les extrémistes qui l’ont punie ne gouvernent à nouveau Tombouctou et d’autres villes du nord du Mali.

“Je crains que la même chose ne se produise en 2012”, dit-elle, qui a maintenant 30 ans et souffre toujours d’insomnie. « A cause de ça, je n’ai pas eu mon bac, j’ai été très choqué, je voulais étudier le commerce et faire des affaires.

READ  Pressoir : Trois grands vins blancs français à moins de 10$ de Gascogne

“Même maintenant, j’ai mal au pied. Je pense qu’un morceau de verre de ce jour est toujours là”, dit-elle.

Pendant des siècles, Tombouctou était un centre pour les érudits musulmans qui pratiquaient généralement une forme modérée d’islam. En 2012, un nouveau groupe d’extrémistes, dont beaucoup d’Algériens, s’est installé, profitant de l’absence de gouvernement malien dans le nord.

Les extrémistes ont rapidement commencé à appliquer leur interprétation stricte de la loi islamique, flagellant les femmes comme Abduh et amputant les mains des voleurs accusés. Comme les talibans en Afghanistan, les militants maliens, connus sous le nom d’Ansar Dine, ont ciblé des sites culturels historiques qu’ils disent idolâtres, détruisant d’anciens sanctuaires qui étaient un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ils ont également interdit la musique.

Les femmes devaient porter un foulard qui leur couvrait la tête et les filles n’étaient plus enseignées dans la même classe que les garçons.

Contrairement à l’Afghanistan, le règne des extrémistes dans le nord du Mali a été de courte durée – la France a mené une intervention militaire juste un an plus tard qui a forcé Ansar Dine à quitter Tombouctou et d’autres villes du nord au début de 2013. La même année, une femme députée a été élue pour la représenter. Tombouctou à l’Assemblée nationale du Mali.

Mais les extrémistes islamistes n’ont jamais été complètement vaincus, se propageant dans le désert où ils ont lancé des dizaines d’attaques contre l’armée malienne et les casques bleus de l’ONU.

Les habitants de Tombouctou disent que les hommes armés ne sont pas loin de la périphérie de la ville – ils ont repéré des hommes avec de longues barbes à l’intérieur des camions Toyota Hilux à proximité. Ils disent que certains extrémistes viennent en ville pour faire leurs courses au marché, mais personne n’ose les dénoncer par crainte de représailles.

READ  Ryan Kavanaugh emmène Triller Fight Club dans le futur du divertissement

Lorsque la France retirera ses forces de Tombouctou, la ville sera toujours protégée par les forces maliennes et environ 800 casques bleus de l’ONU, principalement du Burkina Faso. L’armée française a déclaré que les bases françaises de Tessalit et Kidal seraient également fermées.

Le maire de Tombouctou, Aboubacar Cissé, ne cache pas son mécontentement face à la décision de la France de mettre fin à l’opération Barkhane.

“Nos forces de défense et de sécurité sont dépassées par la situation sécuritaire à Tombouctou et le retrait des forces alliées comme Barkhane laissera un vide que tout groupe armé pourra combler”, a déclaré Cissé.

Au cours des huit années écoulées depuis la fuite des extrémistes dans le désert, la vie à Tombouctou est presque revenue à ce qu’elle était avant. Les sanctuaires en ruines ont été reconstruits, la musique a repris et des événements culturels sont de nouveau organisés chaque week-end.

Le départ imminent des troupes françaises suscite la peur chez les habitants de Tombouctou désireux de reconquérir le statut de la ville en tant que destination touristique internationale populaire.

Depuis des années, la ville et ses environs accueillent chaque mois de janvier un festival de musique populaire qui attire des musiciens du monde entier. Avant que les extrémistes ne commencent à kidnapper des étrangers contre rançon, des centaines de routards ont afflué ici pour prendre des photos devant le panneau de la ville, car Tombouctou est synonyme d’un des bouts du monde.

Salah Maiga, jeune promoteur d’un festival de musique local qui a encouragé la réconciliation à travers des spectacles culturels, craint que le départ des Français “gâche tout ce qui a été reconstruit depuis 2012”.

READ  Asacha Media Group acquiert la bannière de production française Capo (exclusif)

Il dit : « A ce jour, l’armée ne contrôle pas plus de 30 kilomètres (environ 19 miles) à l’extérieur de la ville de Tombouctou, et 80% du territoire autour de Tombouctou est contrôlé par des groupes djihadistes.

C’est un avis partagé par Abdou, la jeune femme flagellée publiquement en 2012. Désormais mariée, elle dit rêver d’avoir des enfants mais s’inquiète du genre de vie qu’ils pourraient mener si les extrémistes reprennent le contrôle de Tombouctou.

« Les djihadistes sont déjà ici à Tombouctou, mais ils n’ont tout simplement pas le pouvoir de diriger la ville », dit-elle. « S’il n’y a pas assez de forces militaires à Tombouctou, les extrémistes reviendront certainement.

___

La collaboratrice d’Associated Press Christa Larsson à Dakar, Sénégal.