octobre 4, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

SNC-Lavalin signe une entente avec les procureurs pour régler les accusations criminelles concernant le contrat du pont de Montréal

SNC-Lavalin a son siège social à Montréal le 12 février 2019.Paul Chiason/La Presse Canadienne

Le Groupe SNC-Lavalin inc. a conclu une entente Une entente avec les procureurs pour régler les accusations criminelles contre le géant canadien de l’ingénierie en lien avec un contrat de pont à Montréal il y a deux décennies.

L’entreprise a déclaré dans un communiqué vendredi soir qu’elle avait conclu une entente de redressement avec le Bureau des poursuites pénales du Québec, connu sous le nom de Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), pour régler les accusations contre deux personnes morales l’automne dernier. De tels accords, parfois appelés accords de poursuites différées, permettent aux entreprises d’éviter les poursuites en échange d’une amende et d’un contrôle par un tiers de leurs activités.

Dans le cadre d’un accord de trois ans, la société d’ingénierie a déclaré qu’elle paierait une amende de 29,6 millions de dollars. Le bureau du procureur général a également confirmé l’accord dans un communiqué séparé. Les parties feront approuver leur entente par un juge de la Cour supérieure du Québec lors d’une audience prévue le 10 mai. Aucun autre détail n’a été fourni.

En septembre dernier, les procureurs du Québec ont inculpé deux des entités commerciales de l’entreprise – SNC-Lavalin Inc. et SNC-Lavalin International inc. et les anciens vice-présidents de SNC, Normand Maureen et Kamal Francis, dans le cadre d’une longue enquête de la GRC sur des pots-de-vin versés dans le cadre d’un contrat de 128 millions de dollars pour la rénovation du pont Jacques-Cartier à Montréal en 2002.

Michel Fournier, ancien président de Federal Bridge Corp. , a plaidé coupable en 2017 à des accusations de fraude pour avoir accepté plus de 2,3 millions de dollars en pots-de-vin de SNC dans le cadre du pont Jacques-Cartier et dans une affaire de blanchiment d’argent. Il a été condamné à 5 ans et demi de prison et a depuis bénéficié d’une libération conditionnelle totale. L’enquête policière s’est ensuite concentrée sur l’organisateur de la corruption.

READ  Qu'adviendra-t-il des bureaux vides du Canada?

La Gendarmerie royale du Canada a déclaré que les unités de la SNC et les anciens dirigeants font face à des accusations de fraude, de complot en vue de commettre une fraude, de complot en vue de commettre une fraude, de fraude contre le gouvernement et de complot en vue de commettre une fraude contre le gouvernement. Tous deux ont plus de soixante-dix ans; Leurs problèmes persistent.

Les procureurs du Québec avaient précédemment déclaré que permettre à SNC-Lavalin de négocier un accord de réparation était la ligne de conduite appropriée pour éviter des dommages collatéraux aux parties prenantes de l’entreprise.

« Je pense que c’est approprié » comme solution dans ce cas, a déclaré Patrice Peltier-Rivest de DPCP. « Il s’agit d’une alternative à une phrase plus classique – une alternative qui permet de réduire les impacts sur les employés, les retraités, les actionnaires et les clients de SNC-Lavalin. »

SNC a déclaré que c’était la première fois qu’une entreprise canadienne recevait une invitation à négocier un accord de traitement. Cependant, M. Peltier Rivest a déclaré que c’était la deuxième fois que les procureurs du Québec appelaient à négocier une telle entente.

Il a dit que le premier cas concernait une entreprise distincte de la région de Longueuil il y a environ deux ans. Il n’était pas clair si un accord final avait été conclu dans cette affaire.

M. Peltier Rivest a déclaré que SNC a coopéré avec les autorités lors des perquisitions policières et a volontairement fourni des informations pertinentes par la suite, ce qui a contribué à la décision de proposer une offre de négociation d’un accord. Les anciens administrateurs ne peuvent pas bénéficier d’un accord de contentieux différé car de tels arrangements ne s’appliquent pas aux particuliers.

READ  Comment le jus d'orange a envahi la table du petit-déjeuner

Il y a deux ans, SNC a rejeté un accord de poursuites différées dans une affaire distincte dans laquelle il était accusé d’avoir enfreint la Loi canadienne sur la corruption d’agents publics étrangers et de fraude liée à ses relations commerciales en Libye alors que Mouammar Kadhafi était au pouvoir. Kathleen Russell, directrice des procureurs fédéraux, a déclaré au Globe and Mail en 2020 que l’accord de poursuite différée dans cette affaire était inapproprié en raison de la « gravité et de l’ampleur » du crime.

SNC a mené une intense campagne de lobbying auprès du gouvernement fédéral pour obtenir un accord de report de poursuites dans le dossier libyen. Les allégations selon lesquelles le premier ministre Justin Trudeau et d’autres membres de son cabinet auraient indûment fait pression sur la ministre de la Justice et procureur général Jody Wilson-Raybould pour qu’il ordonne le règlement du gouvernement sont en crise depuis des semaines.

SNC a conclu un accord avec les procureurs en décembre 2019 dans lequel la division de la construction de l’entreprise a plaidé coupable à une accusation de fraude et a abandonné l’accusation de corruption potentiellement plus dommageable. La société a accepté de payer une amende de 280 millions de dollars et a obtenu une ordonnance de surveillance de trois ans, comprenant la supervision d’un contrôleur indépendant. Le juge québécois qui a approuvé l’entente a qualifié l’entente de «raisonnable» et a déclaré que sans de telles ententes, le système judiciaire canadien «s’effondrerait sous son propre poids».

L’enquête sur le pont Jacques-Cartier, baptisée Projet Agrafe (un élément clé), représente depuis longtemps un risque juridique pour SNC. La société a reconnu avoir enquêté sur les dossiers des entreprises, ajoutant que d’autres enquêtes sur ses relations commerciales passées pourraient être en cours, notamment en Algérie.

READ  Frère Kimball dit que le travail est un "expert" avec une empathie limitée

Le procureur Francis Bellot, du Bureau des poursuites criminelles du Québec, a déclaré que les affaires du pont de la Libye et de Jacques Cartier étaient «deux affaires complètement différentes». « DPCP est complètement indépendant en ce qui concerne tous les cas qui ont pu se produire dans le passé. Il est donc de notre seule discrétion de déposer des accusations et de déposer des accords de poursuite différée », a-t-il déclaré aux journalistes l’automne dernier.