mai 23, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Saison 2021-22 pour chaque équipe en une phrase

C’est notre classement final NHL Power pour la saison régulière, et quelle saison. Vous pouvez remplir un roman entier avec tous les scénarios, drames, développements historiques et réalisations qui ont raconté l’histoire de la campagne 2021-22… ou vous pouvez essayer la tâche insensée mais bien intentionnée de tout résumer en une phrase.

Donc, avec la campagne 2021-22 (principalement) dans les livres, et puisque nous regardons maintenant le 16e champ, nous résumons la saison régulière pour les 32 équipes en une saison – pleine de parenthèses, pleine de virgules, – phrase… ou du moins nous essaierons, de toute façon.

1 – Panthers de la Floride (57-17-6)
Le hockey en Floride n’a jamais été aussi élégant ou plus féroce, grâce au duo dynamique Jonathan Huberdeau (joueur de l’année, si ce n’est pour la saison de 60 buts d’Auston Matthews?) et Alexander Barkov, qui ont mené cette équipe incroyablement profonde au sommet du ligue. La ligue pourrait se retrouver dans un autre combat pour le Sunshine State plus tard ce printemps.

2. Avalanche du Colorado (56-18-6)
On pourrait parler de l’incroyable succès de Nazem Kadri, star de Cal Makar, ou essayer de trouver les mots pour décrire ce que Nathan McKinnon était capable de faire, mais il vaudrait mieux laisser le micro à Daryl Sutter, qui l’a dit le mieux quand il a raconté journalistes face à une avalanche en séries éliminatoires « Ce serait une perte de huit jours. »

3 – Maple Leafs de Toronto (53-21-7)
La campagne de 60 buts d’Auston Matthews a été l’une des plus belles histoires du hockey aujourd’hui, mais tout le monde sait qu’il n’y a qu’une seule définition du succès au hockey à Toronto : gagner une série éliminatoire.

4. Hurricanes de la Caroline (53-20-8)
Ce fut une saison presque parfaite pour les ouragans métropolitains, mais le mot clé est là près – Avec des blessures tardives pour Frederic Andersen et Ante Renta, Carolina pourrait mettre ses espoirs d’après-saison sur les épaules d’un gardien de but recrue … hé, cela semble familier.

5. Flames de Calgary (50-20-10)
La réussite complète et cohérente de l’équipe des Flames se résume non pas en une phrase, mais en un mot : la chimie.

6 – Rangers de New York (51-24-6)
Il est difficile de dire quelle histoire des Blueshirts est la meilleure: le soutien digne d’Igor Shesterkin de Vézina qui les a fait défier l’avance métropolitaine à la fin de la saison, ou la frénésie de buts de Chris Kreider.

7. Foudre de Tampa Bay (50-22-8)
Certains des personnages ont changé, mais il semble que cette essence gagnante de la coupe soit prête pour trois tourbes et chauffée au moment idéal pour le prouver.

8. Blues de Saint-Louis (21-11-49)
Après avoir été balayés par le Colorado au premier tour au printemps dernier et n’ayant inscrit que sept buts dans chaque série, les Blues ont retiré une page du livre de jeu de leurs adversaires centraux et ont augmenté leur score en marquant – 3,77 buts par match est le quatrième de la ligue- meilleure moyenne et la principale raison de leur retour aux Éliminatoires… Cependant, ils ont toujours l’impression de passer inaperçus en tant que prétendants.

READ  L'ancienne star des Raptors Kyle Lowry reçoit une ovation debout pour son retour très attendu à Toronto

9. Sauvage du Minnesota (51-22-7)
Au cours de la deuxième année de l’ère de Kirill Kaprizov, la star de deuxième année a écrit son nom dans les livres d’histoire du Wild – buts d’une saison, passes décisives, points, vous voyez l’idée – et a transformé ce club en un véritable concurrent qui a profité de l’espace de couverture (bonjour , Marc-André Fleury!) pour une course sérieuse. Avant que la crise des couvertures n’arrive.

10. Oilers d’Edmonton (47-27-6) : Il faudrait plus d’une phrase pour résumer la saison des montagnes russes d’Edmonton – les départs, les arrêts, les séquences, le ski, les changements d’entraînement, les hauts et les bas du filet – et il faudrait tout un récit pour décrire l’étendue de la franchise. Conor McDavid (44 buts, 122 points) et Leon Drystle (55 buts, 109 points) ont joué tout au long de la saga pour propulser malgré tout cette équipe vers les séries éliminatoires.

11 – Les Pingouins de Pittsburgh (25-11-45)
Les Penguins sont une excellente équipe de 16 séries éliminatoiresy La saison consécutive (la meilleure de toutes les ligues sportives professionnelles nord-américaines) mais avec Evgeni Malkin et Kris Letang sur des accords expirés et une longue liste d’autres UFA en attente, il semble que nous assistions à la fin d’une époque.

12. Kings de Los Angeles (44-27-10)
Au milieu du terrain, la réémergence d’Adrien Kempe et la réémergence de Jonathan Quick et Anze Kopitar conduisent les Kings à faire un travail rapide de reconstruction.

13. Bruins de Boston (50-25-5)
Il y a six mois, il aurait été presque impossible d’imaginer les Bruins en compétition sans Touka Raske dans le filet, mais la forte synergie entre Jeremy Swayman et Linus Olmark a gardé cette fenêtre ouverte (pour l’instant) alors que des questions sur l’équipe devant eux – en particulier , l’avenir de Patrice Bergeron – occupait le devant de la scène. .

14. Capitales de Washington (24-12-44)
Une autre saison de 50 buts Alex Ovechkin le lie à Wayne Gretzky et Mike Posey pour la plupart de ces campagnes de sa carrière (neuf) et a propulsé les Capitals aux séries éliminatoires pour une autre chance d’ajouter à l’héritage déjà déterminé du capitaine.

15ème. Prédateurs de Nashville (44-29-7)
La question de savoir où en sera cette équipe sans Juuse Saros cette saison devient soudainement plus tonique… parce qu’il craint que les prédateurs ne le découvrent assez tôt.

READ  Les Blue Jays lancent Jake Lamb

16. Étoiles de Dallas (45-30-6)
Deux tendances de la saison dernière se sont poursuivies : il est encore presque impossible de noter les stars avec une quelconque cohérence, et Jason Robertson est vraiment la vraie affaire.

17. Nuits dorées à Vegas (31/08/42)
Quand ils ont échangé Jack Eichel en novembre, j’ai senti qu’ils étaient imparables (chapeau? Quelle est la couverture ?) Mais plusieurs blessures – dont, plus récemment, celle de Robin Lehner – et un match nul au hockey ont finalement été l’épée qui les a tués (mais ils ne sont pas tombés sans se battre mercredi soir).

18. Canucks de Vancouver (30-11-39)
À travers tous les huées (Al Canucks a trébuché hors de la porte), les nouvelles (formation et réparations du front office) et les appels exaltés de « Bruuuuuce! » À Vancouver, Quinn Hughes et GT Miller disputaient tranquillement certains des meilleurs matchs de hockey – Hughes a établi un nouveau record de points par un défenseur (66) et Miller a flirté avec un 100 pour la première fois de sa carrière.

19 – New Yorkais (36-34-10)
Les Islanders ont été l’une des équipes les plus surprenantes de la ligue cette année, mais pas dans le bon sens – les premières difficultés de la formation (y compris, de manière inhabituelle, au filet) et les attaques constantes n’étaient que quelques raisons de leur chute, compte tenu de la performance de ce noyau l’année dernière et de son amélioration récente, il semble que nous pourrions avoir le hoquet.

20. Jets de Winnipeg (37-32-11)
S’étant retrouvés en territoire inconnu en tant que vendeurs de délais, les Jets ne ressemblent pas à une équipe qui a besoin d’être reconstruite – juste une équipe qui a besoin de repos et de réinitialisation.

21 – Sharks de San José (32-36-12)
Dans un autre mouvement pour résister à la reconstruction, les Sharks ont maintenu le bail de la star Thomas Hurtl avant la date limite en le signant pour un contrat de huit ans – bien sûr, dans un signe qu’ils s’attendent à faire face à cette primaire l’année prochaine.

22 – Sabres de Buffalo (31-38-11)
Le départ de Jack Eichel de Buffalo en novembre a mis fin à un chapitre, et son retour en tant que chevalier d’or en mars a semblé ouvrir un nouveau chapitre – Buffalo est l’une des équipes les plus excitantes depuis, nous donnant un aperçu d’un avenir passionnant avec ce jeune club tout en établissant un record de 13-6-3 depuis lors.

23- Canards d’Anaheim (31-36-14)
C’est le monde de Trevor Zegras, nous y vivons tous.

24. Vestes bleues de Columbus (37-36-7)
L’équipe qui n’a jamais abandonné a semblé invaincue cette année, une longue liste de blessures et des performances médiocres dans le guidage des buts les ont affaiblis et ils sont entrés dans un probable changement hors saison.

READ  Fantasy : classement de la semaine 16 (mise à jour du samedi)

25. Red Wings de Détroit (31-40-10)
Trois ans après le début de l’ère du front-office d’Yzerman à Detroit, nous voyons sa vision commencer à être façonnée par le succès d’étudiants de première année comme Moritz Seider et Lucas Raymond, faisant de cette saison morte un pivot de la reconstruction.

26- Sénateurs d’Ottawa (32-41-7)
Après le boom des débutants de l’année dernière, cette saison a fait un énorme bond en avant pour la jeune star la plus brillante du club – cette Superstar Tim Stutzel – Où le joueur de 20 ans a prospéré en tant que centre de l’homme.

27- Blackhawks de Chicago (28-11-42)
Toute idée que cette reconstruction était à court terme a été effacée au début de ce qui était une saison de changements nécessaires – avec d’autres à venir.

28 Diables du New Jersey (27-44-9)
Cette année était censée être consacrée à faire un grand pas en avant, mais alors que Jack Hughes l’a certainement fait, dépassant son total de deux saisons lors de ses deux premières combinées avec son effort de 26 buts et 56 points, les blessures ont finalement gêné ce club – Hughes Lui-même a raté plus d’un tiers de la saison et Dougie Hamilton ne se ressemble plus depuis qu’il s’est fracturé la mâchoire.

29- Seattle Kraken (26-48-6)
La première année de l’équipe Kraken n’a pas vu les cuivres de Seattle construire une liste d’outsiders de calibre championnat dans le repêchage d’expansion comme leurs pairs de Vegas, mais ils ont construit une base très solide de fans dévoués avec l’inclusivité à l’avant et au centre, beaucoup de couverture choix d’espace et de repêchage pour la deuxième année et au-delà – La saison morte sera là où le plaisir commence vraiment ici.

30. Flyers de Philadelphie (25-45-11)
Une autre saison sombre et un adieu émotionnel au capitaine Claude Giroud montrent clairement que cette franchise n’a pas besoin d’une solution facile, mais plutôt d’un changement sismique – ce que ce sera l’intersaison.

31- Coyotes de l’Arizona (24-50-7)
Tout sur la glace a été éclipsé par la controverse du circuit, ce qui est dommage car les Coyotes en reconstruction ont réalisé des performances vraiment amusantes malgré leur absence de la course depuis si longtemps.

32- Canadiens de Montréal (21-49-11)
La course de Cendrillon de l’an dernier ressemble à de l’histoire ancienne, avec des problèmes de santé qui occupent le devant de la scène et repoussent le leadership des vétérans, et maintenant les Canadiens se retrouvent là où ils ont commencé : en mode reconstruction, avec nulle part où aller mais en montée.