juillet 5, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Rogers conclut une entente pour vendre Freedom Mobile à Quebecor pour 2,85 milliards de dollars

Rogers Communications Inc. a conclu une entente Une entente pour vendre le fournisseur de services sans fil Freedom Mobile à Quebecor Inc. pour 2,85 milliards de dollars afin d’obtenir l’approbation réglementaire pour l’acquisition de Shaw Communications Inc. par Rogers.

Les deux partis étaient en pourparlers Pendant des semaines, Rogers a diverti plusieurs autres soumissionnaires. Freedom Mobile de Shaw est le quatrième fournisseur de services sans fil en importance au Canada, compte 1,7 million de clients en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique et est crédité d’avoir fait baisser les prix des réseaux sans fil au cours des dernières années.

L’acquisition doit encore être approuvée par le Bureau de la concurrence et le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, qui supervisent le transfert des licences sans fil.

Rogers, Shaw et Kipikore ont déclaré dans un communiqué de presse conjoint vendredi soir qu’ils pensaient que l’accord avec Kibecor – qui comprend la vente de tous les contrats clients, infrastructures, licences sans fil et magasins Freedom – répond aux préoccupations soulevées par le commissaire à la concurrence et le ministère. Concernant la viabilité du quatrième concurrent sans fil. Rogers a également accepté de fournir à Kibekor des services de transport et d’itinérance.

Le Bureau de la concurrence tente d’empêcher une fusion des deux plus grandes entreprises de câblodistribution du Canada, arguant que l’accord entraînera des prix plus élevés, un service médiocre et moins d’options pour les consommateurs, en particulier pour les services de téléphonie mobile.

Le président et chef de la direction de Rogers, Tony Staveri, a décrit l’accord comme une « étape décisive » vers la finalisation de l’acquisition de Shaw. « Nous croyons fermement que la cession atteindra l’objectif du gouvernement du Canada de fournir un fournisseur de services sans fil de quatrième génération robuste et durable », a déclaré M. Staveri dans un communiqué.

READ  Une étape «historique et énorme» a été franchie lorsque le Winnipeg Bay Building a été remis au groupe des Premières Nations

Pierre-Carl Bellado, président et chef de la direction de Kibecor, a qualifié l’entente de « tournant dans le marché canadien du sans-fil ». Pour Quebecor, propriétaire de Vidéotron ltée. Pour les câblodistributeurs de Montréal, l’entente offre la possibilité de expansion nationale.

« La filiale de Québecor, Vidéotron, est le quatrième acteur important qui, combiné à la forte présence de Freedom en Ontario et dans l’Ouest canadien, peut offrir des avantages tangibles à tous les Canadiens », a déclaré M. Péladeau dans un communiqué.

Brad Shaw, PDG de Shaw, a déclaré que l’annonce « garantit que Freedom Mobile demeure un concurrent sérieux », tandis que le président de Rogers, Edward Rogers, l’a qualifiée de « solution véritablement conçue au Canada qui profitera à tous les Canadiens en offrant une concurrence et un choix accrus, la prochaine génération génération de services de communication et permettant les avantages transformateurs des groupes Rogers et Shaw. »

Rogers, Shaw et Kibekor ont déclaré qu’ils travailleraient rapidement et « de bonne foi » pour finaliser les documents de vente, qui sont « sans espèces et sans dettes avec une valeur de projet de 2,85 milliards de dollars ».

L’annonce de vendredi fait suite à un dossier du Bureau de la concurrence dans lequel le chien de garde a déclaré que les gains d’efficacité économique que Rogers prétend résulter de son rachat de Shaw sont spéculatifs et « considérablement exagérés » et basés sur des hypothèses irréalistes et des méthodologies erronées.

En vertu du droit canadien de la concurrence, les entreprises peuvent faire valoir que les économies de coûts qu’une fusion contestée créerait, en leur permettant de combiner leurs ressources et de réduire leur personnel, seraient plus importantes que le préjudice causé aux consommateurs par une concurrence réduite.

READ  Netflix introduit des plans financés par la publicité dans un revirement majeur - TechCrunch

Roger a se disputer Que le Bureau de la concurrence n’a pas évalué les effets de l’accord sur la concurrence – qui, selon les communications, seraient « peu ou rien » – par rapport aux gains d’efficacité économique que l’accord créerait.

Dans une poursuite en cassation déposée auprès du Tribunal de la concurrence, le chien de garde soutient que les avantages promis par Rogers sont insuffisants pour surmonter le préjudice causé à la concurrence. Le bureau affirme que l’accord « transfèrera la richesse des groupes à revenu faible et moyen de la société aux répondants, dont les actionnaires comprennent des membres ultra-riches des groupes de propriété familiale de ces entreprises ».

L’augmentation du dividende sera également versée aux investisseurs non canadiens. Ces effets sont socialement opposés et doivent être pondérés par rapport à tout gain d’efficacité qui pourrait survenir », lit-on dans le dossier, qui a été annoncé vendredi.

Le cas du Bureau se concentre sur les dommages potentiels à l’industrie canadienne du sans-fil si Rogers était autorisé à acquérir Freedom Mobile.

Bien que Rogers se soit engagé à vendre Freedom, l’organisme de surveillance de la concurrence a fait valoir que la séparation de l’opérateur sans fil du réseau câblé de Shaw réduirait la compétitivité de l’opérateur car il ne serait pas en mesure de faire des ventes croisées ou de fournir des services groupés. Shaw a qualifié ces préoccupations de « complètement déplacées », arguant que le succès de Freedom Mobile ne dépendait pas de l’exploitation du réseau câblé de Shaw.

Dans sa réfutation, le Bureau de la concurrence a déclaré que la position prise par les communications sur l’importance du réseau câblé était «contradictoire et intéressée», Rogers faisant valoir que l’acquisition de Shaw’s Cable Network lui permettrait de concurrencer plus efficacement dans le domaine du sans fil avec BCE. Inc. et Telus Corp.

READ  Voici comment le prix de l'or prend 2000 $ - Bloomberg Intelligence

Le dossier indiquait que cela « contredit l’affirmation de Rogers selon laquelle Freedom Mobile peut être séparée de l’activité de câble de Shaw sans désavantage concurrentiel significatif ».

Rogers et Shaw ont déclaré qu’ils espéraient parvenir à un règlement et éviter une audience devant le tribunal de la concurrence, mais qu’ils étaient prêts à s’opposer à la demande du commissaire à la concurrence Matthew Boswell si cela se produisait.

Votre temps est précieux. Recevez notre bulletin d’information sur les principaux titres d’entreprise facilement livré dans votre boîte de réception le matin ou le soir. Inscrivez-vous aujourd’hui.