septembre 24, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Qu’il soit avec les Canucks ou non, Boudreau devrait obtenir un emploi dans la LNH la saison prochaine

Vancouver – Les fans des Canucks de Vancouver ne l’ont pas entendu pendant les matchs, ils ont scandé le nom de l’entraîneur. Mais généralement, quand ils veulent le chasser.

« Bruce, ça y est ! Il est devenu en quelque sorte une chanson de victoire au Rogers Arena depuis que Bruce Boudreaux est arrivé en décembre et a orchestré l’une des transformations de mi-saison les plus impressionnantes de l’histoire de la franchise, même s’il est peu probable que le retour des Canucks sous la direction de l’entraîneur de 67 ans soit encore les éliminatoires de la Ligue nationale de hockey le mois prochain.

Boudreaux a déclaré dès le début qu’il n’aimait pas les applaudissements, car cela donne l’impression que le match est centré sur l’entraîneur, alors que tout tourne autour des joueurs.

Il a également plaisanté après que cela se soit produit lors de son premier match à Vancouver, lors de leur victoire 4-0 contre les Kings de Los Angeles le 6 décembre, que si les Canucks perdaient, les acclamations seraient « Bruce, le voilà ».

Cela vous fait vous demander ce que les fans diraient vraiment si l’organisation choisissait de mettre fin à son contrat avec l’entraîneur dont le dossier avec les Canucks s’est amélioré à 26-13-8 lorsque l’équipe a balayé de manière décisive des matchs consécutifs cette semaine à Las Vegas et en Arizona. .

Une mini version de « Bruce, le voilà ! » C’était clairement audible parmi les fans des Canucks dans la T-Mobile Arena lors de la victoire 5-1 de mercredi contre les Golden Knights de Vegas. Et le soutien joyeux d’un entraîneur de Vancouver sur la route est sans précédent.

Jusqu’à présent, le directeur général des Canucks Patrick Alvin et le président Jim Rutherford n’ont pas encore été arrêtés dans l’obsession de Boudreaux, en réponse à une question selon laquelle Boudreaux se débrouille essentiellement bien et l’entraîneur-chef sera revu après la saison.

READ  Ferrari a peut-être construit la plus belle voiture de Formule 1 de tous les temps

Les Canucks ayant une année élective disponible dans le cadre d’un contrat de deux ans que Boudreau a signé avec le propriétaire-gérant Francesco Aquilini en décembre – quelques jours avant la nomination de Rutherford – la direction n’avait aucune pression pour traiter avec Boudreau maintenant plus que, disons, J.T. Miller, l’influence offensive qu’il lui reste une autre saison sur son contrat.

Mais le soutien terne de Boudreaux, dans un marché où presque toutes les discussions sont analysées et expliquées, a contribué à un sentiment croissant que Rutherford et Alvin pourraient envisager quelqu’un d’autre pour entraîner les Canucks l’année prochaine.

La question est devenue un sujet de discussion régulier à la radio et dans les médias sociaux au point que Boudreau a été interrogé à ce sujet lors d’une conférence de presse la semaine dernière.

« Je pense que j’ai fait du bon travail », a déclaré Boudreau lorsqu’on lui a demandé s’il aimerait prolonger le contrat. C’est une question difficile. Je veux dire, je veux m’entraîner pour toujours et j’aime vraiment Vancouver. Je pense que cela répond en quelque sorte à la question. »

Mais l’appréciation de Boudreaux par l’administration est plus grande qu’il n’y paraît.

Interrogé à Las Vegas sur Boudreaux, Alvin a déclaré à Sportsnet qu’il se sentait mal que son entraîneur entende deviner qu’il pourrait être remplacé.

« Je ne sais pas où cela commence », a déclaré Alvin. « Bruce a fait du bon travail jusqu’à présent. Nous jouons toujours ici et chaque match est important, et il prépare l’équipe. J’aime aussi la communication que vous avez avec Bruce. »

Quel sera le processus pour décider de l’avenir de Boudreau?

« Nous verrons ce que nous ferons après ces matchs (finals), et après cela, nous évaluerons évidemment », a déclaré Alvin. « Mais pour moi, Bruce a fait un travail incroyable depuis qu’il est arrivé ici à Vancouver. »

READ  La pression monte alors que le Canada se prépare pour un match crucial contre le Panama sur SN1

Lorsqu’on lui a demandé si cela signifiait qu’il y avait encore une réelle possibilité que Boudreaux entraîne les Canucks la saison prochaine et au-delà, Alvin a répondu: « Absolument. Absolument. »

Oui, il l’a dit deux fois.

En termes de mérite, Boudreau a non seulement mérité la deuxième année de son contrat, mais mérite une prolongation afin qu’il ne soit pas embourbé dans le même drame que son prédécesseur, Travis Greene, a connu la saison dernière alors qu’il était dans la dernière année de son contrat. et a pris la relève en tant qu’entraîneur. Chaque match comme si son gagne-pain était en jeu.

Le pourcentage de victoires des Canucks est de 0,638 depuis que Boudreau a remplacé Green en tant que quatrième meilleur joueur de la Conférence de l’Ouest et à égalité avec les Flames de Calgary.

L’entraîneur a coordonné 1,3 buts par match : les buts pour 3,11 par match sont passés de 2,36, tandis que les buts contre eux sont passés de 3,16 à 2,60 par match. Incidemment, la défensive de cette équipe occupe le cinquième rang à Vancouver dans la ligue depuis que Boudreaux a pris la relève.

Le jeu de puissance est passé au quatrième rang de la LNH (26,7 %), passant de 22deuxième abréviation (17,4 %), la peine pour meurtre est passée à un respectable 15y (79,8%) de la classe 32deuxième abréviation (64.6).

Comme l’a dit récemment l’ailier vétéran Tanner Pearson : « Où en étions-nous quand tout a commencé, n’est-ce pas ? (Boudreau) a fait demi-tour et… nous a aidés à gagner à nouveau une chance dans le mix de qualification. »

Objectivement, il n’y a aucune discussion sur la performance de Boudreau.

Mais Alvin, qui a été embauché sept semaines après Boudreaux, a le droit de choisir son entraîneur même s’il a été le dernier directeur général des Canucks à embaucher l’homme clé probable Dave Nunes en 2006, lorsqu’il a promu le junior Allan Vinault pour remplacer Mark Crawford.

READ  Les Titans s'arrêtent dramatiquement à la dernière minute pour écraser leurs factures d'excitation

Ce qui est clair, c’est à quel point Boudreaux, qui a arrêté de s’entraîner pendant près de deux ans après avoir été limogé par le Wild du Minnesota en février 2020, veut être à Vancouver.

« Quand vous n’êtes pas dedans, et que vous y avez été toute votre vie depuis aussi longtemps que vous vous en souvenez, je pense que la plus grande chose qui vous manque, c’est la camaraderie – être dans un combat de groupe », a déclaré Boudreaux. Cette semaine.

« Nos joueurs ont réalisé une excellente performance. Nous avons eu quelques ratés, mais je pense que, pour la plupart, même lorsque nous perdons, à l’exception de quelques matchs, nous étions vraiment compétitifs. Et c’est important. Cela signifie que nous sommes très proches. ”

Boudreaux a refusé de répondre aux questions sur son avenir, sauf pour dire qu’il était « à l’aise » avec son contrat.

« Je suis heureux de faire le travail et je pense que je travaille dur », a-t-il déclaré. « J’adore le faire. Comme je veux dire, je me lève le matin et c’est tout ce à quoi je pense toute la journée. Et cela vous donne un but, vous savez ? Quand vous pensez que je fais ça professionnellement depuis 47 ans, c’est tout vous savez. Et vous ne voulez jamais vous arrêter.

Il n’aura pas encore à le faire. S’il n’est pas à Vancouver, il s’entraînera ailleurs la saison prochaine. Les quatre derniers mois de Boudreau ont donc été bons.