juin 20, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Quatre enfants blessés dans une attaque au couteau dans les Alpes françaises

Quatre enfants blessés dans une attaque au couteau dans les Alpes françaises

Un homme armé d’un couteau a attaqué jeudi un groupe d’enfants d’âge préscolaire jouant au bord d’un lac dans les Alpes françaises, blessant quatre personnes plus un adulte et envoyant des ondes de choc à travers le pays.

Une source policière a indiqué à l’AFP que le suspect est un Syrien d’une trentaine d’années qui a obtenu le statut de réfugié en Suède en avril dernier.

Des témoins ont décrit le suspect armé d’un couteau courant dans une frénésie, attaquant des personnes apparemment au hasard avant d’être abattu par la police près des rives du lac d’Annecy.

L’ancien footballeur professionnel Anthony Le Tallec, qui faisait du jogging dans le parc, a déclaré au journal local Dauphine Libre : « Il voulait attaquer tout le monde. Je me suis éloigné et il s’est jeté sur un vieil homme et une femme et a poignardé le vieil homme. »

Un autre témoin, Malou, a déclaré à BFM TV que l’agresseur avait attaqué les enfants avant le vieil homme et « criait, mais ce n’était pas vraiment compris ».

Une source sécuritaire a indiqué à l’AFP que deux enfants – âgés d’environ trois ans – et une victime adulte sont dans un état critique et ont du mal à rester hospitalisés.

Une source policière a indiqué que les recherches de l’homme interpellé sur les lieux se poursuivaient, mais qu’il n’était pas connu des services de sécurité français.

Annecy est une ville pittoresque des Alpes françaises près de la frontière avec la Suisse, populaire auprès des touristes et abritant l’un des festivals d’animation les plus importants au monde, qui commence le dimanche.

READ  Sélection cinéma et télévision : Taylor Swift : Tournée pour les âges, Festival du film français, Castaway Diva

Le président français Emmanuel Macron l’a qualifié d' »attaque totalement lâche ».

« La nation est sous le choc. Nos pensées vont à (les victimes), ainsi qu’à leurs familles et aux services d’urgence », a-t-il écrit sur Twitter.

Une minute de silence

Le bureau de la Première ministre Elisabeth Bourne a annoncé qu’elle se rendait sur les lieux et les parlementaires français ont observé une minute de silence.

« Nous espérons que les conséquences de cette attaque très grave ne plongeront pas le pays dans le deuil », a déclaré la présidente du Parlement Yael Brown-Bevitt aux législateurs, interrompant un débat houleux sur la réforme des retraites.

Les motivations et l’identité de l’agresseur font l’objet d’une enquête et le procureur local devrait fournir plus de détails lors d’une conférence de presse.

En 2012, un extrémiste franco-algérien du nom de Mohamed Merah a tué sept personnes lors d’une fusillade dans la ville méridionale de Toulouse, alors que le meurtre de trois enfants et d’un rabbin dans une école juive a suscité une indignation généralisée.

Plus récemment, la décapitation d’un enseignant en plein jour en 2020 près de son école dans la banlieue parisienne par un réfugié tchétchène radicalisé a provoqué choc et chagrin, ainsi qu’un débat national sur l’impact de l’islam radical dans les zones mal desservies du pays. .

L’attaque de jeudi est susceptible d’apporter plus de contrôle à la politique d’immigration et d’asile, les politiciens de droite saisissant immédiatement l’identité de l’auteur présumé en tant que réfugié.

« L’enquête déterminera ce qui s’est passé, mais l’auteur semble avoir la même image que vous voyez souvent dans ces attaques », a déclaré Eric Ciotti, le chef du Parti républicain de droite, aux journalistes au Parlement.

READ  Le livre Long Lost London d'un auteur pro-nazi français a été publié

« Nous devons tirer des conclusions sans être naïfs, avec force et lucidité. »

La chef de file du parti d’extrême droite Rassemblement national, Marine Le Pen, a écrit qu’elle avait appris la nouvelle avec « effroi et horreur ».

©AFP