avril 13, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Ottawa élargit l’accès aux travailleurs étrangers temporaires pour atténuer la crise de l’emploi

Ottawa élargit l’accès aux travailleurs étrangers temporaires pour atténuer la crise de l’emploi

Usine de transformation de salami de Suntera Farms à Acme, en Alberta, le 14 octobre 2021.Jeff McIntosh/Le Globe and Mail

Le gouvernement fédéral permet aux employeurs canadiens d’embaucher davantage de travailleurs étrangers temporaires dans le cadre des modifications apportées aux règles d’immigration, une mesure visant à atténuer les pénuries de main-d’œuvre qui ont exacerbé les entreprises tout en se remettant de la pandémie.

Le ministère fédéral du Travail a annoncé lundi des changements au Programme des travailleurs étrangers temporaires qui finiront par augmenter le nombre de travailleurs étrangers autorisés à entrer au Canada, tant dans les emplois peu rémunérés que bien rémunérés. Les modifications simplifieront également le processus de demande pour les employeurs.

Les restrictions assouplies offrent une aubaine aux entreprises quelques jours seulement avant la publication du budget fédéral de 2022, que Compagnie Canada surveillera de près pour les mesures visant à faire croître l’économie canadienne après deux ans de volatilité des marchés et de dépenses publiques massives.

Le Canada vise à accueillir 432 000 immigrants en 2022 dans le cadre d’un plan triennal visant à combler les écarts d’emploi

À partir du 30 avril, les employeurs seront autorisés à augmenter le nombre de travailleurs à bas salaire qu’ils embauchent, de 10% à 20% de leur effectif total, jusqu’à nouvel ordre. Pour sept grands secteurs qui ont particulièrement souffert de graves pénuries de main-d’œuvre au cours des dernières années – par exemple, la transformation alimentaire ; Soins hospitaliers, infirmiers et résidentiels ; Services d’hébergement et de restauration – Le plafond du TET pour les travailleurs à bas salaire sera porté à 30 % pendant un an.

Le gouvernement prévoit également de supprimer le nombre maximal d’emplois à bas salaire que les employeurs des industries saisonnières, telles que la transformation du poisson et des fruits de mer, peuvent combler grâce au programme. Les employeurs pourront désormais détenir des TET à ces postes pendant 270 jours, au lieu des 180 jours actuels.

READ  La Cour suprême décidera d'une bataille juridique sur les vols retardés et les bagages perdus

De plus, le gouvernement prolonge la période pendant laquelle un travailleur étranger peut être embauché dans le cadre du programme Global Talent Streams (ciblant les travailleurs étrangers bien rémunérés) au Canada, à trois ans au lieu de deux. Les leaders technologiques du Canada ont constamment fait pression sur Ottawa pour qu’il assouplisse les règles d’immigration pour les travailleurs hautement qualifiés, car la bataille pour les talents technologiques oppose souvent les entreprises locales aux riches géants de la Silicon Valley.

De nombreuses entreprises au Canada, en particulier celles touchées par des fermetures intermittentes au cours des deux dernières années, ont eu du mal à trouver des travailleurs domestiques prêts à travailler en première ligne d’une pandémie en cours, et ont demandé au gouvernement de leur permettre d’accéder au programme TET.

Selon Statistique Canada, les employeurs canadiens ont recruté près de 915 000 emplois au dernier trimestre de 2021, soit une augmentation de 80 % par rapport au nombre de postes vacants il y a deux ans. En décembre, le besoin de main-d’œuvre était particulièrement aigu dans trois industries comptant chacune plus de 100 000 postes vacants : l’hébergement et la restauration, le commerce de détail ainsi que les soins de santé et l’assistance sociale.

Même avec la demande accrue de main-d’œuvre, l’emploi au Canada a dépassé les niveaux d’avant la pandémie. Le taux de chômage national est de 5,5 %, juste en deçà d’un creux record – un signe que la disponibilité des travailleurs diminue.

« Alors que nous commençons à nous remettre de la pandémie et cherchons à pourvoir les postes vacants restants, nous continuerons de rendre le Programme des travailleurs étrangers temporaires plus accessible, efficace et rapide pour soutenir les employeurs qui cherchent à augmenter leurs effectifs et à accroître leurs opérations », Sean Fraser, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté fédérale, a déclaré dans un communiqué.

READ  Les résidents de la Première nation de l'Ontario ont reçu un vaccin Pfizer contre le virus Corona périmé

Les TET sont autorisés à entrer au Canada avec des visas temporaires, et ils sont généralement confrontés à des restrictions légales concernant leur lieu de travail et les types de travail qu’ils peuvent effectuer. Les TET peuvent tenter d’obtenir la résidence permanente au Canada, mais ceux qui n’ont pas obtenu la résidence permanente sont tenus de quitter le pays à l’expiration de leur visa.

L’expansion du programme TET a suscité des réactions mitigées. Les employeurs et les groupes de pression des entreprises ont applaudi les changements, tandis que les défenseurs des droits syndicaux ont averti que l’augmentation effective du nombre de travailleurs immigrés augmente le nombre de travailleurs précaires ayant moins de droits que les Canadiens.

« Nous pensons que la communauté des affaires a entendu parler de pénuries de main-d’œuvre, en particulier à court terme », a déclaré Lea Nord, directrice principale des stratégies de main-d’œuvre et de la croissance inclusive à la Chambre de commerce du Canada. Les changements apportés au programme de TFW « contribueraient grandement à résoudre ces problèmes dans de nombreux secteurs ».

Pendant des décennies, le programme des TET a été au centre des critiques du système d’immigration canadien. Ses opposants ont déclaré que les entreprises qui cherchent à réduire les coûts de main-d’œuvre en abusent. Une autre critique fréquente est que le programme permet aux employeurs d’exploiter les travailleurs migrants.

Selon le gouvernement, seulement 0,4 % de la main-d’œuvre totale du Canada est composée de travailleurs TET. La plupart d’entre eux se retrouvent dans des emplois peu rémunérés. L’agriculture représente à elle seule 60 pour cent de tous les travailleurs migrants.

READ  L'étude a révélé que l'emploi précaire est répandu sur le marché du travail de la Colombie-Britannique

Les travailleurs agricoles saisonniers vivent souvent dans des serres mises à disposition par leur employeur. Ces conditions de surpeuplement ont été imputées à une vague d’épidémies de COVID-19 parmi les travailleurs migrants au cours des deux dernières années, qui a fait des milliers de malades et des morts. Les groupes syndicaux affirment que le traitement inhumain des travailleurs agricoles est sévère en Ontario, où ils sont empêchés de se syndiquer ou de conclure des conventions collectives.

« C’est très préoccupant. Lorsque des travailleurs viennent dans ce pays liés à un employeur, cela limite complètement leur capacité à parler de pratiques de travail déloyales ou de problèmes de santé », a déclaré Dina Ladd, directrice exécutive du Center for Labour Labor, une organisation de défense des droits des travailleurs. groupe. .

Mme Ladd a ajouté que permettre aux travailleurs étrangers d’entrer dans le pays sans chemin clair vers la résidence permanente, ce qui leur donnerait une protection complète du travail et de la santé en vertu de la loi, est rétroactif.

Le gouvernement a déclaré que l’augmentation de la durée du visa Global Talent Streams de deux à trois ans permettra à cette catégorie de travailleurs étrangers de trouver plus facilement des moyens de se qualifier pour la résidence permanente.

Près de 152 000 candidats sont passés du statut de travailleur à la résidence permanente entre janvier et novembre 2021, a déclaré Jane Dix, porte-parole de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Caltrow.

Rapporté par Michel Carbert

Votre temps est précieux. Recevez notre bulletin d’information sur les principaux titres d’entreprise facilement livré dans votre boîte de réception le matin ou le soir. Inscrivez-vous aujourd’hui.