mai 22, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’UE cherche à récupérer les fonds du candidat français Le Pen : Rapport | Nouvelles sur les élections

Le rapport de l’Agence antifraude de l’UE affirme que Marine Le Pen a détourné des fonds publics alors qu’elle était membre du Parlement européen (MPE).

Les procureurs français ont déclaré qu’ils examinaient un rapport de l’organisme antifraude de l’Union européenne, qui a accusé la candidate présidentielle d’extrême droite Marine Le Pen et les membres de son parti d’avoir détourné les fonds parlementaires de l’UE.

Dimanche, le parquet de Paris a confirmé avoir pris connaissance d’un rapport de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) en date du 11 mars.

Au cours de son mandat de député européen entre 2004 et 2017, le site d’information français Mediabart a rapporté que Le Pen avait personnellement détourné environ 137 000 euros (148 000 $) d’argent public du Parlement européen basé à Strasbourg.

Une source a déclaré que le Parlement européen avait renvoyé l’affaire à l’OLAF après avoir découvert certaines des irrégularités alléguées.

« Au total, on parle du détournement de 617 000 euros (667 100 $). Nous allons maintenant procéder à la récupération [of the money] Des parties intéressées dans les semaines à venir », a ajouté la source.

Le bureau de Le Pen n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

Nier les allégations

L’enquête de l’OLAF est ouverte depuis 2016 et Le Pen a été interrogé par courrier en mars 2021, a indiqué à l’AFP son avocat Rodolf Poseludt.

S’adressant à BFM TV, Bosselut a nié les allégations de ses clients. Il a déclaré que Le Pen n’avait pas encore fait l’objet d’une enquête et que ni lui ni son client n’avaient vu le rapport de l’OLAF.

READ  Ce que vous devez savoir sur les produits Cup du Brix de L'Arc de Triomphe en France et d'autres éleveurs

Le Pen a déjà fait l’objet d’une enquête sur des soupçons d’embauche d’aides de parti imaginaires au Parlement européen.

La décision à venir contre le candidat présidentiel du Rassemblement national intervient alors que les sondages offrent de fortes chances de battre le président français Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle française le 24 avril.

« Les Français ne seront pas dupes des efforts de l’Union européenne et des institutions européennes (…) pour s’immiscer dans la campagne présidentielle et nuire à Marine Le Pen », a déclaré Jordan Bardella, chef du Rassemblement national, à Europe 1 Radio.

Bardella a déclaré que son parti avait déposé deux plaintes légales contre l’OLAF et déposerait un tiers des plaintes en réponse à cette déclaration.